The State Bank of Vietnam building, Hanoi, Vietnam, 8 September 2017 (Photo: Reuters/Kham)

Auteur: Suiwah Leung, ANU

L’économie et la population vietnamiennes sont souvent décrites comme «résilientes». Nulle part cela n’est plus approprié que dans le cas de la pandémie COVID-19. Après avoir réussi à lutter contre le COVID-19, le Vietnam a encore enregistré une croissance de 1,8% du PIB au cours du premier semestre de 2020 malgré une croissance négative dans la plupart des régions du monde.

Selon le rapport de juillet 2020 de la Banque mondiale Faire le point rapport, la récente performance économique du Vietnam est le résultat de ses deux moteurs de croissance – la demande d’exportation et la consommation intérieure – qui se sont déclenchés séquentiellement au cours des deux premiers trimestres de 2020.

De janvier à la mi-avril, les exportations du Vietnam ont enregistré une augmentation de 13 pour cent par mois avant que ses partenaires commerciaux, tels que les États-Unis, le Japon et la Chine, ne commencent à se contracter. Au cours de cette période, la consommation intérieure a été modérée en raison de distanciations sociales strictes et de verrouillages. Puis, de la mi-avril à la fin juin, l’économie intérieure était en mode de reprise, le secteur manufacturier progressant de 30 pour cent tandis que les exportations de marchandises s’effondraient. La Banque mondiale prévoit un taux de croissance annuel de 2,8 à 3% pour le Vietnam en 2020 et un retour à la croissance d’avant la crise de 6,8% en 2021.

Cette prévision est soumise au fait que le gouvernement utilise activement la politique budgétaire pour soutenir la croissance à très court terme et que l’économie continue de bénéficier du détournement des échanges et des investissements à moyen terme grâce à la participation à des accords de libre-échange régionaux comme l’UE-Vietnam. Accord de libre-échange conclu en juin 2020.

L’une des mesures immédiates pour soutenir la croissance consiste à alléger les restrictions à la mobilité, étant donné que le tourisme contribue pour environ 10% à la croissance du PIB. Après des mois de très peu d’infections au COVID-19 et aucun décès, les rapports d’août ont fait état de quelque 1000 infections, dont 25 décès provenant de la région de Da Nang, une destination touristique nationale populaire. À la fin du mois de septembre, le décompte était de 1 100 cas d’infections, 35 décès, mais aucune transmission domestique pendant 27 jours. Par conséquent, les restrictions imposées sont à nouveau levées et l’impact économique de cet épisode peut ne pas être significatif.

D’autres mesures fiscales comprennent l’augmentation des dépenses au titre du programme d’investissement public approuvé, en particulier les dépenses consacrées aux projets d’aide publique au développement en préparation. Le soutien stratégique du secteur privé, tel que l’investissement dans l’infrastructure numérique du pays, est également mis en œuvre.

À la mi-août, le ministère de l’Information et des Communications a annoncé le lancement de la plateforme de blockchain akaChain qui aide les entreprises à raccourcir le temps consacré à des tâches telles que les procédures électroniques Know Your Customer, l’évaluation du crédit et les programmes de fidélisation de la clientèle. Une sécurité et une transparence améliorées sont également possibles dans les développements futurs de cette technologie. Dans un pays à la démographie relativement jeune, l’enseignement et l’apprentissage à distance, ainsi que la télémédecine, sont des progrès qui ont été impulsés par le COVID-19.

Le secteur privé formel n’est qu’un domaine qui a besoin de soutien. Le secteur privé informel du Vietnam (dans le tourisme et d’autres services) est important et peut rebondir plus rapidement que le secteur formel une fois que les restrictions relatives au COVID-19 seront assouplies. Le rapport de la Banque mondiale souligne un certain nombre de risques associés à cette stratégie à court et moyen terme.

Premièrement, en termes de position extérieure du Vietnam, la forte croissance des exportations, les investissements directs étrangers et les envois de fonds au cours des cinq dernières années ont abouti à un tampon raisonnablement confortable de réserves internationales. La structure industrielle du Vietnam est telle que les exportations sont fortement liées aux intrants importés. Ainsi, une réduction significative des exportations de marchandises s’accompagne généralement d’une baisse des importations afin que la balance commerciale des marchandises ne soit pas sérieusement affectée. Paradoxalement, ce manque de lien en amont dans la structure industrielle du Vietnam est un sérieux obstacle à une croissance rapide à long terme.

Deuxièmement, l’assainissement budgétaire au cours des trois dernières années signifie qu’il y a une certaine marge de manœuvre pour une relance budgétaire à court terme sans alourdir considérablement le fardeau de la dette publique, qui est tombée à environ 55 pour cent du PIB. En effet, la hausse attendue de la dette publique pourrait accroître la pression pour relancer la privatisation des entreprises publiques (SOE) – un programme qui est au point mort depuis 2018. Cela aurait des avantages importants à long terme.

Enfin, un assouplissement monétaire est désormais nécessaire, mais pourrait entraîner une nouvelle détérioration de la qualité des prêts et une augmentation du nombre de prêts non productifs dans le système bancaire. La gestion de ce risque permettrait de tester l’efficacité des structures réglementaires du gouvernement nécessaires à la croissance à long terme.

Les réformes fondamentales nécessaires pour réaliser l’ambition du Vietnam de sortir du piège du revenu intermédiaire restent inchangées. Ils comprennent la restructuration des banques et des entreprises publiques et la mise en place d’institutions publiques efficaces et responsables. Dans une économie très ouverte comme celle du Vietnam, et pendant une période où l’économie mondiale a été durement touchée par le COVID-19, la résilience à court terme doit s’accompagner d’une volonté politique de poursuivre les réformes structurelles qui continueront de créer une dynamique à long terme. croissance à terme.

Bien qu’il ait pu y avoir un élément de chance dans le détournement du commerce et des investissements à court terme ainsi que dans le calendrier de gestion de la pandémie, une bonne politique a généralement été adoptée et continuera d’être cruciale pour assurer la croissance économique à long terme du Vietnam.

Suiwah Leung est professeur agrégé honoraire d’économie à la Crawford School of Public Policy de l’Université nationale australienne.

Cet article fait partie d’un Série de fonctions spéciales EAF sur la crise du nouveau coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire