A worker walks past the logo of Reserve Bank of India (RBI) inside its office in New Delhi, India, 8 July 2019 (Photo: Reuters/Anushree Fadnavis).

Auteur: Rajeswari Sengupta, IGIDR

L’efficacité de la politique monétaire dépend largement de la stabilité et de la solidité du système financier d’un pays. En Inde, les banques sont les principaux intermédiaires financiers. Le secteur bancaire joue un rôle crucial dans la transmission des changements du taux d’intérêt directeur à l’économie réelle. Les problèmes persistants dans le secteur bancaire entravent la bonne transmission de la politique monétaire, rendant potentiellement impuissant un important outil de politique de stabilisation macroéconomique. Le problème est exacerbé pendant les périodes de détérioration des perspectives macroéconomiques telles que le ralentissement déclenché par la pandémie.

Même avant la pandémie, le lien entre les changements de politique monétaire et la croissance du crédit bancaire était devenu ténu. Depuis 2015, dans un contexte de ralentissement de la croissance économique et de détérioration des investissements des entreprises privées, les banques indiennes ont du mal à gérer les actifs stressés de leur bilan. Leur pourcentage d’actifs bruts non performants (NPA bruts) est parmi les plus élevés au monde. Avant la pandémie, le ratio des APM bruts par rapport au total des actifs était de 8,3% pour l’ensemble du système bancaire et de près de 10% pour les banques publiques appartenant à l’État.

La tension dans le secteur bancaire a été exacerbée par des faiblesses structurelles telles que la participation publique de 70% des banques et des réglementations qui permettent aux banques de cacher et de retarder les problèmes, entre autres questions de gouvernance.

Des années de problèmes de bilan ont rendu les banques très réticentes au risque. Conjuguée à la faible demande de crédit due au ralentissement des investissements dans le secteur privé, cela s’est traduit par une croissance lamentable du crédit. Au moment où la pandémie a frappé l’Inde en mars 2020, la croissance du crédit bancaire était tombée à 6,14% – le plus bas depuis environ six décennies.

Alors que le stress dans le secteur bancaire a augmenté, le taux de croissance du PIB de l’Inde est en baisse depuis 2015-2016. Le taux de croissance annuel est passé de 6,1% en 2018-2019 à 4,2% en 2019-2020, le plus bas depuis 2008-2009.

Pour arrêter le déclin de la croissance, les décideurs ont mis en œuvre des politiques standard de stabilisation macroéconomique. Entre février 2019 et février 2020, la Banque de réserve de l’Inde (RBI) a abaissé le taux de politique monétaire à court terme (taux repo) de 135 points de base à 5,15% – le taux le plus bas depuis près d’une décennie. Mais la croissance du crédit bancaire a continué de baisser. L’efficacité de la politique monétaire a été entravée parce que les banques n’ont pas répercuté les baisses de taux sur les emprunteurs, même sur les prêts consentis pendant cette période.

La pandémie a aggravé les problèmes structurels du secteur bancaire indien. Pour faire face à la propagation du coronavirus, le gouvernement indien a imposé l’un des verrouillages les plus stricts au monde le 24 mars 2020. Dans les mois suivants, l’économie a connu des perturbations massives des chaînes d’approvisionnement ainsi qu’un effondrement sévère de la demande globale. Au cours du trimestre d’avril à juin, le PIB de l’Inde s’est contracté de près de 24 pour cent, ce qui en fait la principale économie la moins performante du monde.

La RBI a encore abaissé le taux des pensions de 5,15% à 4% dans le but de stimuler la croissance. Afin de soulager temporairement les entreprises à court de liquidités, la RBI a également imposé un moratoire sur les prêts de six mois et a interdit aux emprunteurs de rembourser aux banques les prêts en cours à compter du 1er mars 2020. Avec la fin du moratoire le 31 août, les impayés des entreprises augmentera inévitablement. Le problème du bilan sera vraisemblablement bien plus grave cette fois qu’auparavant. Le verrouillage prolongé a endommagé les bilans de nombreuses entreprises, grandes et petites. Selon le dernier du RBI Rapport sur la stabilité financière, dans un scénario de crise sévère, le ratio NPA brut des banques commerciales devrait passer à 14,7% d’ici mars 2021.

Pour remédier à la situation, la RBI a lancé un programme de restructuration, dans le cadre duquel les entreprises restructurées ne seront pas déclarées NPA. Ce type de stratégie d’abstention permettra d’éviter temporairement la gravité du problème du NPA en le reportant à l’avenir. Le stress bilanciel sous-jacent ne sera pas résolu.

L’incertitude généralisée associée à la pandémie combinée aux conséquences dévastatrices pour l’économie accentuera l’aversion au risque d’un secteur bancaire déjà fragile, entravant encore la transmission des baisses persistantes des taux. Il n’est pas surprenant que la croissance du crédit bancaire reste étouffée.

Jusqu’à présent, il ne semble pas y avoir de stratégie cohérente pour résoudre les problèmes de bilan des banques. Le Code de l’insolvabilité et de la faillite a été adopté en 2016 pour résoudre la crise du NPA, mais au cours des dernières années, la loi a été considérablement diluée. Les défis opérationnels ont également entravé sa mise en œuvre efficace. Pendant la pandémie, la portée de la loi a été réduite, ce qui pourrait aggraver considérablement le problème de la résolution des actifs stressés à l’avenir.

L’expérience des dernières années et la conjoncture économique en cours …

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire