dimanche, janvier 17, 2021

L’approche prudente du Vietnam en matière de voyages internationaux porte ses fruits

Must Read

Mise à jour TAT: Arrivée en Thaïlande – Tourisme

Une vidéo explicative de la Tourism Authority of Thailand détaille les différentes étapes de l’arrivée en Thaïlande depuis le...

Crash d'un Boeing en Indonésie : des débris retrouvés, les boîtes noires localisées

Au lendemain du crash d'un avion indonésien en mer avec 62 personnes à bord, des morceaux de corps et des...

L’Espagne pourrait fermer ses frontières aux touristes cet été par peur d’une deuxième vague de contamination du coronavirus

L’Espagne pourrait fermer ses frontières aux touristes cet été par peur d’une deuxième vague de contamination du coronavirus Source link...

Auteur: Hoa Thi Minh Nguyen, ANU

En septembre, le vice-Premier ministre vietnamien Pham Binh Minh a approuvé la réouverture de certaines routes de vols internationaux commerciaux après avoir été suspendus depuis mars. Certaines routes à destination du Japon, de la Corée du Sud, de la Chine et de Taiwan devaient être rouvertes à partir du 15 septembre, et des routes vers le Laos et le Cambodge à partir du 22 septembre.

La sélection a été faite sur la base à la fois de l’importance de ces pays pour le Vietnam et de leur contrôle de la pandémie chez eux. À l’époque, tous les pays avaient réussi à contrôler le COVID-19. Le Japon, la Corée du Sud, la Chine et Taïwan sont les principales sources d’investissements directs étrangers et d’importants partenaires commerciaux et marchés pour les exportations de main-d’œuvre du Vietnam. Ils ont, ainsi que le Laos et le Cambodge, une influence géopolitique importante sur le Vietnam.

L’excitation des passagers et des compagnies aériennes a cependant été de courte durée. Toutes les routes ont été de nouveau suspendues après seulement deux vols au départ de Séoul par Vietnam Airlines et Vietjet Air les 25 et 30 septembre, respectivement. La raison en était un manque de cohérence dans les normes de quarantaine – en particulier celles appliquées aux passagers vietnamiens. Le Japon et la Corée du Sud connaissent actuellement des pics d’infections au COVID-19.

Le ministère des Transports (MOT) a expliqué les obstacles spécifiques qui ont de nouveau interrompu tous les vols. Il y avait un manque de directives du ministère des Finances sur les frais à percevoir auprès des passagers à l’enregistrement. Il n’y avait pas non plus de procédures claires pour la remise, la gestion et la supervision des immigrants entre les gouvernements municipaux et provinciaux et les ministères d’exécution, avec une certaine confusion pour les parties telles que les entreprises, les usines et les hôtels. Plus important encore, il y avait un manque de directives du ministère de la Santé (MS) sur les procédures de quarantaine et de test appliquées aux passagers. Enfin, les gouvernements des villes et des provinces n’avaient pas largement annoncé la liste des hôtels de quarantaine, les tarifs des chambres et leur capacité.

Le MOT a proposé une solution pour remédier à ce goulot d’étranglement. Cela nécessite des actions spécifiques et la coordination de divers ministères et agences compétents et a fait des progrès substantiels.

Il semble que tout est maintenant prêt, à l’exception des directives du MS. Un projet de directives récemment publié classe les passagers en trois groupes. Le premier groupe est constitué de passagers vietnamiens et de leurs parents étrangers. Le deuxième groupe comprend les étrangers qui sont des spécialistes, des investisseurs, des gestionnaires, des étudiants internationaux, des travailleurs qualifiés, d’autres personnes désignées et leurs proches. Le troisième groupe est celui des étrangers qui viennent au Vietnam en tant que diplomates ou pour affaires pendant moins de 14 jours.

La principale différence dans la façon dont ces trois groupes seront traités est la durée de quarantaine qu’ils doivent subir à l’arrivée. Le premier groupe doit être entièrement mis en quarantaine dans des zones isolées au centre pendant 14 jours. Ils doivent présenter la preuve du paiement effectué pour les services de test et de quarantaine avant l’embarquement pour éviter les différends survenus après les deux premiers vols en septembre.

Le deuxième groupe peut être mis en quarantaine pendant moins de 14 jours dans des zones isolées au centre, mais doit encore être mis en quarantaine à la maison jusqu’au jour 14. Les deux groupes devraient avoir des résultats négatifs dans les 3 à 5 jours avant l’embarquement, remplir une déclaration de santé électronique 12 heures avant l’embarquement et installez la Déclaration de santé du Vietnam et les applications de traçage.

À leur arrivée, ces deux groupes seront testés immédiatement pour COVID-19, puis testés à nouveau le jour 14 après l’arrivée. Ils doivent également continuer à surveiller leur état de santé, le signaler via des applications et restreindre les contacts avec d’autres personnes jusqu’au 28e jour. Le troisième groupe n’a pas à rester dans une base isolée au niveau central, mais ils doivent être testés tous les trois jours pendant leur séjour.

Le ministère de la Santé déclare que le projet de lignes directrices est en cours de consultation avant d’être publié. On ne sait toujours pas quand les directives seront promulguées. L’administration de l’aviation civile du Vietnam permettra aux transporteurs de reprendre leurs vols dès que les directives seront disponibles.

L’approche prudente du Vietnam vis-à-vis des «bulles de voyage» ne fait pas exception. L’idée de créer une bulle de voyage – où deux pays ayant de bons antécédents de contrôle du COVID-19 permettent aux gens de voyager librement sans être mis en quarantaine – a été bien accueillie. Mais peu de progrès ont été réalisés au niveau mondial. Même lorsque le Vietnam reprend ses vols commerciaux, cela ne créera pas de bulles de voyage et les périodes de quarantaine ne seront ni supprimées ni raccourcies.

Le Vietnam veut clairement maintenir son bilan exemplaire de contrôle de la pandémie, ce qui est essentiel pour sa reprise économique. Au cours des neuf premiers mois de 2020, le PIB du Vietnam a augmenté de 2,12% et il devrait être de 2 à 3% pour toute l’année, faisant du pays la seule grande économie de l’ASEAN à connaître une croissance économique positive en 2020.

Les revenus des vols internationaux représentent environ 50 pour cent des revenus totaux perçus par les transporteurs vietnamiens. Mais avec COVID-19 sous contrôle, la demande de vols intérieurs a dépassé la demande en 2019. Avec ce record, la reprise du marché intérieur des compagnies aériennes vietnamiennes est plus rapide que celle de leurs homologues de l’ASEAN. Il semble que l’approche prudente du Vietnam génère des retombées positives pour son économie et son industrie aérienne.

Hoa Thi Minh Nguyen est maître de conférences à la Crawford School of Public Policy de l’Université nationale australienne.

Cet article fait partie d’un Série de fonctions spéciales EAF sur la crise du nouveau coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

Latest News

Mise à jour TAT: Arrivée en Thaïlande – Tourisme

Une vidéo explicative de la Tourism Authority of Thailand détaille les différentes étapes de l’arrivée en Thaïlande depuis le...

More Articles Like This