Où aller maintenant pour le Vietnam après Trong?

Auteur: Alexander L Vuving, APCSS

Les événements de l’année écoulée ont fait remonter à la surface les grandes tendances à long terme de la politique intérieure et étrangère du Vietnam. Le pays sera moins aligné sur la Chine. Au cours de la prochaine décennie, il aura probablement son premier dirigeant non conservateur depuis la fin de la guerre froide, mais ses dirigeants continuent de valoriser le modèle d’État léniniste.

Le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam, Nguyen Phu Trong, prend la parole lors de la cérémonie d'ouverture du 13e congrès national du parti communiste au pouvoir au Vietnam est vu au National Convention Center à Hanoi, Vietnam, le 26 janvier 2021 (Photo: VNA / Document via Reuters).

Malgré la forte densité de sa population et de son trafic avec la Chine, le taux d’infection au COVID-19 au Vietnam était l’un des plus bas au monde. La suppression du virus a permis à l’économie vietnamienne de croître d’environ 2,9% en 2020, supérieure à 2,3% estimée en Chine dans un contexte de récession mondiale dans laquelle la plupart des autres économies se sont contractées.

Avec la diminution des heures de travail et des investissements, la croissance du produit intérieur brut du Vietnam doit beaucoup à la croissance de la productivité totale des facteurs, qui reflète en partie la transformation numérique vertigineuse du pays. Le gouvernement vietnamien reconnaît depuis longtemps que la transformation numérique est essentielle pour atteindre les objectifs de modernisation et d’industrialisation. La pandémie a fait de ce slogan une nécessité.

En 2020, 13000 nouvelles start-up ont rejoint les 45000 entreprises existantes dans l’économie numérique naissante du Vietnam. Selon une analyse de 90 économies, le Vietnam – avec l’Azerbaïdjan, l’Indonésie, l’Inde et l’Iran – n’est derrière la Chine que dans sa dynamique d’évolution numérique.

Pourtant, alors que la transparence et la compétence étaient des éléments clés de l’approche du Vietnam face à la pandémie de COVID-19, les dirigeants vietnamiens ne sont pas disposés à appliquer cette approche à d’autres domaines de la gouvernance. Alors qu’ils cherchent à préserver l’État léniniste, ils ont peur de la transparence et en veulent au talent.

Alors que l’élite dirigeante sélectionnait de nouveaux dirigeants à l’approche du 13e Congrès du Parti communiste du Vietnam (PCV), les informations sur les nouveaux dirigeants ont été classées «top secret». Au Congrès, le CPV a refusé de promouvoir le héros de la bataille du Vietnam contre le COVID-19, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam, à un membre du Politburo. Il a levé pour la troisième fois la limite d’âge de 65 ans et a accordé au secrétaire général conservateur Nguyen Phu Trong (77 ans) un troisième mandat sans précédent en violation de la propre constitution du CPV.

Si la réélection de Trong signifie pour le moment le triomphe des conservateurs du régime, elle marque le début de la fin de l’ère de réforme menée par les conservateurs au Vietnam. Depuis l’effondrement des régimes communistes en 1989 en Europe de l’Est, trois ans seulement après le lancement du Vietnam doi moi (réforme), tous les secrétaires généraux du CPV ont été des conservateurs de régime. Cette fois, Trong n’a pas réussi à promouvoir son successeur préféré.

Son choix préféré, l’ancien secrétaire exécutif conservateur Tran Quoc Vuong, était loin derrière les autres malgré le fort soutien de Trong. N’ayant pas de meilleurs conservateurs à soutenir, Trong a recouru à l’option nucléaire – il a occupé le premier poste malgré le fait que le CPV ait forcé le CPV à enfreindre ses propres règles.

La réélection de Trong faisait partie d’un accord plus large. Les autres postes de direction du pays – le président, le Premier ministre et le président de l’Assemblée nationale – devraient être occupés par Nguyen Xuan Phuc, Pham Minh Chinh et Vuong Dinh Hue, respectivement, qui sont pragmatistes plutôt que doctrinaires. Au-dessous de ces «quatre piliers», le cinquième poste de direction du parti-État, celui de secrétaire exécutif du PCV, a été confié à Vo Van Thuong, un intermédiaire, ni conservateur ni réformateur.

Ainsi, bien que Trong puisse rester un demi-mandat ou un mandat complet, son successeur probable parmi ces hauts dirigeants serait le premier non-conservateur à diriger le VCP depuis 1989.

Le conservatisme du régime vietnamien était souvent associé à l’anti-occidentalisme. Mais le déploiement par la Chine en 2014 de la plate-forme pétrolière HYSY-981 dans la zone économique exclusive (ZEE) du Vietnam – franchissant la ligne rouge de Hanoï – a été un tournant dans la politique étrangère vietnamienne et a mis fin à la politique anti-occidentale actuelle. Depuis 2014, le Vietnam s’est éloigné de la Chine pour se rapprocher des États-Unis, bien que progressivement.

La pandémie COVID-19 a accéléré cette tendance tout en creusant également l’écart entre la Chine et les États-Unis. Alors que Pékin a profité du temps des troubles pour empiéter sur la ZEE du Vietnam, Washington a envoyé un porte-avions visiter le Vietnam. Hanoï a reconnu, selon les mots du vice-ministre de la Défense Nguyen Chi Vinh, «qui est un ami proche et qui est un simple partenaire».

En avril 2020, le Vietnam a participé à des pourparlers avec le groupe informel Quad dirigé par les États-Unis, qui comprend les amis les plus proches de Washington dans l’Indo-Pacifique, pour discuter de la restructuration des chaînes d’approvisionnement régionales hors de Chine et pour éviter une dépendance excessive à l’égard de ce marché. Pendant la pandémie, des envoyés chinois de haut niveau ont rendu visite à tous les membres de l’ASEAN, à l’exception du Vietnam. Le but de ces voyages était d’empêcher une coalition contre-chinoise et de les attirer dans la sphère d’influence chinoise. Le Vietnam a peut-être été considéré comme une cause perdue ou puni pour son implication dans le Quad.

Le Vietnam est l’une des trois seules économies asiatiques à exclure le chinois Huawei de ses réseaux 5G – les deux autres étant le Japon et Taïwan. Le Vietnam est également resté à l’écart de «One Belt One Road» de la Chine, malgré ses paroles en l’air à l’initiative.

Le Vietnam est en train de devenir un rempart contre la Chine avec une économie qui se numérise rapidement et un leadership pragmatiste qui s’accroche fermement à la règle du CPV.

Alexander L Vuving est professeur au Daniel K Inouye Asia-Pacific Center for Security Studies, Honolulu.

Toutes les opinions exprimées dans cet article sont entièrement celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de DKI APCSS, du département américain de la Défense ou du gouvernement américain.

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss