L’Asie du Sud navigue habilement entre les tensions sino-indiennes

Auteur: Rohan Mukherjee, Yale-NUS College

Les relations sino-indiennes se sont détériorées en 2020. Les intrusions de l’Armée populaire de libération le long de la frontière contestée ont conduit à une impasse militaire et à des escarmouches, dont on n’avait pas vu depuis des décennies entre les deux pays. Ce n’est que récemment qu’ils ont entamé le processus de désengagement.

Des camions militaires transportant des fournitures se dirigent vers les zones avancées de la région du Ladakh, 15 septembre 2020 (Photo: Reuters / Danish Siddiqui).

Le voisinage de l’Inde est de plus en plus devenu un espace dans lequel les deux grandes puissances se bousculent pour leur influence. Au cours de la dernière décennie, la Chine est devenue l’un des principaux exportateurs vers l’Asie du Sud. Les investissements chinois ont afflué dans des projets d’infrastructure tels que les chemins de fer, les ports, les autoroutes et les corridors économiques s’étendant sur des milliers de kilomètres à travers la région. À l’exception de l’Inde et du Bhoutan, tous les pays d’Asie du Sud sont membres de l’Initiative chinoise de la ceinture et de la route.

Les États d’Asie du Sud regardent tranquillement les étincelles qui volent à la frontière himalayenne. Même le Pakistan – peut-être le partenaire le plus proche de la Chine au niveau mondial et qui a le plus à gagner de la distraction de l’Inde sur son flanc oriental – n’a pas fait grand chose d’extraordinaire pour changer le statu quo. Le 25 février 2021, New Delhi et Islamabad ont réitéré de manière inattendue un cessez-le-feu le long de leur frontière contestée.

Le Népal est une exception, prenant la crise comme une opportunité de publier officiellement et de légitimer constitutionnellement une nouvelle carte revendiquant trois petits territoires historiquement disputés avec l’Inde. L’Inde a revendiqué et contrôlé ces territoires pendant des décennies, avec peu de protestations officielles du Népal. L’action sans précédent de Katmandou lors de l’impasse Chine-Inde a donc suggéré une volonté de piquer l’Inde dans les yeux tout en reconnaissant les liens naissants du Népal avec la Chine. Ce type de signalisation était un niveau supérieur à celui de l’impasse militaire sino-indienne à Doklam en 2017, lorsque les élites népalaises ont blâmé l’Inde pour la crise, tout en reconnaissant qu’il valait mieux que Katmandou reste non impliquée.

Les voisins de l’Inde qui ont des comptes à régler pourraient de même chercher à exploiter toute augmentation future des tensions sino-indiennes. Le modèle établi dans la région a été pour la Chine d’étendre et d’approfondir régulièrement ses relations économiques et militaires avec les petits États et pour l’Inde de répondre par toutes sortes de manœuvres diplomatiques et financières pour saper les efforts chinois. Pendant ce temps, les pays d’Asie du Sud essaient de jouer les deux côtés les uns contre les autres pour obtenir les meilleurs accords sur le financement du développement, les ventes d’armes et les concessions diplomatiques.

Une concurrence accrue pourrait amener l’Inde ou la Chine à commencer à exiger davantage de petits États. La partie qui a le plus de poids dans cette interaction à trois aura probablement le plus grand impact sur les résultats. Malgré ses poches profondes et ses relations étendues, la Chine n’est pas cette partie. Pékin éprouve déjà les limites d’essayer d’établir un empire commercial loin de chez lui. Les petits États ne font souvent pas la queue, leurs opinions publiques nationales tiennent la Chine responsable des effets négatifs des projets d’infrastructure non durables, et l’Inde se présente à chaque tournant pour offrir une alternative crédible.

L’actuel Premier ministre et ancien président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, s’est joint à la Chine avant 2015, mais son successeur, l’ancien président sri-lankais Maithripala Sirisena, a ostensiblement cultivé des liens avec l’Inde. Même après que Rajapaksa est devenu Premier ministre en 2019, Colombo a pris soin d’inviter les investissements dans les infrastructures indiennes et japonaises comme couverture géopolitique contre la présence de la Chine.

Au Népal, loin d’avoir une conduite facile, la Chine s’est retrouvée désormais impliquée dans la crise politique du Népal et qualifiée de partenaire commercial peu fiable pour la fermeture de certaines routes commerciales pendant la pandémie COVID-19.

Aux Maldives, New Delhi a évité le piège de l’intervention militaire à la suite d’une crise constitutionnelle en 2018 précipitée par le président d’alors, Abdulla Yameen, aligné sur la Chine. L’Inde a plutôt exercé des pressions diplomatiques et soutenu le candidat de l’opposition, Ibrahim Mohamed Solih, qui a promis de meilleures relations avec l’Inde. Solih a tenu sa promesse après une victoire surprise et New Delhi a rendu la pareille avec un financement d’infrastructure de 500 millions de dollars américains.

Les petits États détiennent donc souvent le plus grand effet de levier. Les deux grandes puissances voudront entretenir des relations solides avec elles pour assurer un soutien diplomatique et à tout le moins pour empêcher l’opportunisme. L’Inde a intérêt à assurer la paix le long de sa périphérie, tandis que la Chine doit protéger ses investissements contre les risques politiques, en particulier à un moment où les effets économiques du COVID-19 ont rendu beaucoup plus difficile pour les pays de rembourser les prêts chinois.

Les petits États peuvent désormais protéger leurs intérêts plus facilement que lorsque l’Inde était le seul acteur clé. Les racines économiques de plus en plus profondes de la Chine garantissent que l’Inde ne peut pas exploiter ses avantages économiques structurels en tant que l’un des plus grands marchés du monde. Pendant ce temps, l’Inde est profonde …

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss