East Asia Forum

Auteur : Thang Nam Do, ANU

Dans son discours à la 26e Conférence des Parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh a annoncé que le pays viserait un objectif de zéro émission nette d’ici 2050. Avec cette décision, le Vietnam a rejoint le groupe d’environ 140 pays qui se sont engagés à zéro émission nette d’ici le milieu du siècle.

De nombreux défis demeurent. Harmoniser le développement économique national et les engagements environnementaux mondiaux n’est pas une tâche facile. Dans les pays en développement, la demande d’augmentation des émissions le long d’une trajectoire de développement traditionnelle est élevée et les ressources pour passer à une nouvelle voie plus verte sont souvent limitées.

Les émissions de CO2 du Vietnam ont atteint 282 millions de tonnes en 2019, juste derrière l’Indonésie en Asie du Sud-Est. Ses émissions annuelles totales de gaz à effet de serre (GES) devraient augmenter de 7 % cette décennie selon le scénario du statu quo. Les émissions de CO2 par habitant ont atteint 2,9 tonnes en 2019, mais restent inférieures à celles de la Thaïlande et de la Malaisie.

Les combustibles fossiles devraient constituer environ la moitié du mix électrique du Vietnam d’ici à 2030 en octobre 2021. Avant la COP26, les efforts du Vietnam étaient jugés très insuffisants pour atteindre l’objectif mondial de réduction des émissions fixé dans l’Accord de Paris. Une forte détermination est nécessaire pour que le Vietnam réalise son engagement de zéro émission nette, ce qui nécessite des changements radicaux dans la structure économique du pays.

Il y aura à la fois des gagnants et des perdants dans la transition énergétique, donc un consensus rapide entre les parties prenantes est peu probable. Par exemple, le changement impliquerait raisonnablement l’annulation de nouvelles centrales électriques au charbon. Bien que cette décision créerait des avantages sociaux nets importants, tels que la réduction de la pollution atmosphérique locale et l’évitement des impasses liées à l’impossibilité de trouver des sources de financement, la résistance de certains acteurs de l’industrie charbonnière est prévisible.

Le Vietnam a la possibilité de poursuivre l’objectif de zéro émission nette avec des ressources nationales et un soutien international, mais un plan concret et réalisable est essentiel pour guider le processus. Les éléments clés du plan comprennent des objectifs clairs et ambitieux, des responsabilités détaillées des parties prenantes et des mécanismes de suivi étroits. Une meilleure communication sur les avantages potentiels et le soutien aux groupes concernés lors de la transition faciliterait l’adoption et la mise en œuvre du plan.

Les projets de remplacement du charbon par du gaz naturel liquéfié importé pour la production d’électricité doivent être soigneusement réexaminés. Le gaz naturel n’est pas une source d’énergie zéro carbone. Il faudra également des années pour mettre en place l’infrastructure nécessaire aux nouvelles centrales à gaz. Cela pose un risque élevé d’actifs bloqués, étant donné la baisse rapide des coûts technologiques des sources d’énergie solaire et éolienne déjà compétitives en termes de coûts.

L’augmentation des objectifs pour l’énergie solaire et éolienne dans le prochain Power Development Plan 8 stimulerait leur adoption. Le Vietnam a le potentiel d’atteindre plus de 90 % de pénétration de l’énergie solaire et éolienne domestique et du stockage d’énergie hydroélectrique pompée hors rivière dans son bouquet électrique à un coût compétitif. L’impulsion pour accélérer l’adoption des énergies renouvelables pourrait s’appuyer sur les premiers succès du pays dans le développement de l’énergie solaire et éolienne terrestre qui en ont fait un leader en Asie du Sud-Est.

L’éolien offshore peut contribuer à la réduction des émissions de GES. Le Vietnam dispose d’un potentiel technique de 475 gigawatts d’énergie éolienne offshore à moins de 200 kilomètres de la côte, soit environ huit fois la capacité électrique totale installée du Vietnam en 2020. La Banque mondiale estime qu’en remplaçant l’énergie au charbon par 25 gigawatts d’énergie éolienne offshore d’ici 2035, Le Vietnam pourrait éviter plus de 200 millions de tonnes d’émissions de CO2, soit près d’un tiers des émissions du secteur énergétique du pays dans le scénario du statu quo.

L’énergie éolienne offshore pourrait être déployée à grande échelle pour répondre à la demande intérieure et pour l’exportation vers d’autres pays. D’autres stratégies comprennent l’amélioration de l’efficacité énergétique, la modernisation du transport, l’investissement dans des systèmes de stockage d’énergie et le développement d’un marché de gros concurrentiel de l’électricité.

La décarbonisation dans d’autres secteurs tels que les transports et l’industrie est vitale. Les politiques potentielles comprennent l’incitation aux véhicules électriques, la réforme des subventions aux combustibles fossiles et l’accélération de la mise en œuvre de la tarification du carbone. Ceux-ci devraient être reflétés dans la future Stratégie nationale de développement énergétique, en plus du Plan de développement énergétique 8.

Redoubler d’efforts pour réduire les émissions de carbone dues à la déforestation et à la dégradation des forêts ajouterait de la substance à l’engagement du Vietnam en faveur d’émissions nettes nulles tout en mobilisant des financements internationaux.

Le soutien international est crucial pour que le Vietnam et d’autres pays en développement libèrent des opportunités pour poursuivre des objectifs d’émissions nettes zéro. Un transfert de technologie et une aide financière accrus des pays développés vers les pays en développement accéléreraient les efforts de lutte contre le changement climatique mondial. Il opérationnaliserait également le principe de « responsabilités communes mais différenciées » adopté dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Les résultats de la COP26 devraient augmenter l’aide mondiale aux pays en développement. Il existe des opportunités pour le Vietnam de se lancer dans une reprise verte post-pandémique et d’améliorer sa contribution aux réductions d’émissions mondiales.

Thang Nam Do est chercheur dans le programme Zero-Carbon Energy for the Asia-Pacific Grand Challenge Program à l’ANU Institute for Climate, Energy and Disaster Solutions, The Australian National University.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Philipp Roesler nommé en qualité de président du Conseil consultatif de Deutsches Haus de Hô Chi Minh-Ville

Nhân Dân en ligne – Après avoir quitté l’arène politique allemande, Philipp…

Le VEPR revoit à la baisse la croissance vietnamienne à 2,8% en 2020

Nhân Dân en ligne – La résurgence du COVID-19 dans un certain…