East Asia Forum

Auteurs : Katherine M Nelson, Reiner Wassmann et Björn Ole Sander, Institut international de recherche sur le riz

Lors de la COP 26 de Glasgow, le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh s’est joint à plus de 100 pays pour signer un engagement de réduction des émissions de méthane. La production de riz contribue à près de la moitié des émissions totales de méthane du Vietnam et est le centre d’action pour réduire le puissant gaz à effet de serre. Pour atteindre l’objectif de réduction de 30 % des émissions de méthane du riz, il faudra transformer des millions de pratiques de petits exploitants en une culture à faibles émissions.

Le méthane est un polluant à vie courte avec une durée de vie d’environ 12 ans, contre plusieurs centaines d’années pour le dioxyde de carbone. Mais le potentiel de réchauffement climatique du méthane est 28 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone, ce qui signifie que la réduction des émissions de méthane peut freiner le réchauffement climatique avec un effet relativement rapide.

La production de riz est un contributeur majeur aux émissions mondiales de méthane anthropique et le Vietnam est l’un des rares pays producteurs de riz à signer l’engagement mondial sur le méthane. Les signataires conviennent de prendre des mesures volontaires pour réduire collectivement les émissions mondiales de méthane de 30 % d’ici 2030. La faisabilité de cet engagement dépend des niveaux réalistes de réduction du méthane au niveau national.

Selon la troisième communication nationale du Vietnam, les émissions nationales de méthane étaient de 99,5 tonnes métriques d’équivalent dioxyde de carbone (MtCO2e) en 2019. Le riz irrigué en représente 43 % à 42,7 MtCO2e. En supposant une réduction uniforme des émissions de méthane dans tous les secteurs, l’objectif de 30 % se traduit par un objectif de réduction annuelle de 12,8 MtCO2e pour la seule production de riz irrigué.

Dans la mise à jour de la contribution déterminée au niveau national de 2020, le Vietnam s’est engagé à réduire les émissions globales de 9 % sans condition et de 27 % sous réserve d’un financement international. Une réduction de 9 % dans le secteur du riz équivaudrait à 3,8 MtCO2e. La stratégie nationale de réduction des émissions de riz décrit des méthodes pragmatiques et économiques de gestion contrôlée de l’eau, de réduction de la combustion de la paille et de conversion des rizières inefficaces à d’autres usages. Divers systèmes de gestion des cultures, y compris la norme Sustainable Rice Platform et le System of Rice Intensification, pourraient diffuser des pratiques d’atténuation telles que l’alternance d’humidification et de séchage et le drainage à mi-saison.

Atteindre l’objectif de réduction de 30 % du méthane nécessiterait une réduction supplémentaire de 9 MtCO2e de méthane dans le secteur du riz. Une réduction d’environ 5,5 MtCO2e serait réalisable, mais nécessitera des objectifs et des investissements plus importants – dépendant du financement international pour les pratiques de riziculture à faibles émissions – que ceux actuellement définis dans les plans nationaux.

Des investissements sont nécessaires pour améliorer les canaux existants et les installations de pompage afin de permettre une gestion contrôlée de l’eau. Ces efforts doivent être soutenus par une formation renforcée et une campagne de sensibilisation pour encourager de meilleurs comportements de gestion de l’eau. L’atténuation totale de cette transition est estimée à 9,5 MtCO2e ou une réduction d’environ 22 %. Cet objectif est ambitieux mais réalisable — les 8 % supplémentaires doivent être considérés comme ambitieux à ce stade. Les 8 % restants nécessiteront un changement de paradigme dans la politique agricole, donnant la priorité à la réduction des émissions comme objectif primordial de la production de riz.

Le gouvernement pourrait également envisager des améliorations dans la gestion et l’utilisation de la paille de riz en encourageant son adoption à des fins hors champ dans des approches d’économie circulaire. Cette option pourrait réduire davantage les émissions de méthane, mais le manque actuel de données détaillées empêche d’estimer son potentiel d’atténuation. Un éventuel compromis avec la santé du sol doit également être pris en compte lors de la planification d’un enlèvement de paille à grande échelle. Des investissements dans la recherche et la mise à l’échelle qui n’ont pas encore quitté la sphère scientifique – gestion innovante des engrais, additifs pour le sol ou variétés ultra-courtes et à faibles émissions – pourraient également contribuer davantage à atteindre l’objectif de réduction.

Alors que les chiffres pointent vers l’objectif, le défi consiste à introduire un ensemble d’options d’atténuation pour des millions d’agriculteurs à travers le Vietnam. Des pratiques à faibles émissions ont déjà été mises en œuvre avec succès. Grâce à son programme de vulgarisation provincial, An Giang — une importante province productrice de riz dans le delta du Mékong — a réussi à promouvoir de bonnes pratiques de gestion, connues sous le nom de « une chose à faire et cinq réductions ». Les programmes à faibles émissions ont contribué à une réduction de plus de 2 MtCO2e par an, dans les systèmes agricoles avec une bonne irrigation et des antécédents de pratiques de production avancées. Ces conditions ne peuvent pas être considérées comme la norme dans tout le pays.

La participation du Vietnam à l’engagement de réduction du méthane représente une opportunité de puiser dans le financement climatique international. Ces fonds pourraient canaliser des ressources vers des projets de développement agricole vert dans les régions rurales et garantir des fonds pour les populations agricoles à faible revenu fortement menacées par le changement climatique. En outre, les participants s’engagent à respecter le niveau le plus élevé des méthodologies d’inventaire du GIEC et à améliorer la transparence, l’exactitude et la comparabilité des rapports sur les inventaires nationaux de gaz à effet de serre. Cela nécessitera une coordination entre diverses institutions gouvernementales, privées et internationales et pourrait créer des effets de retombée qui profiteront aux efforts mondiaux de réduction des gaz à effet de serre ainsi qu’aux exportations de riz du Vietnam vers des consommateurs soucieux de l’environnement.

Katherine M Nelson est spécialiste du changement climatique à l’Institut international de recherche sur le riz, Hanoï, Vietnam.

Reiner Wassmann était coordinateur du changement climatique à l’Institut international de recherche sur le riz, Hanoï, Vietnam jusqu’à sa retraite en 2020.

Björn Ole Sander est chercheur principal sur le changement climatique à l’Institut international de recherche sur le riz, à Hanoï, au Vietnam.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Vietnam : contamination par la dioxine plus grave que prévu

Des analyses de sang effectuées à Danang se sont toutes révélées positives à la dioxine. L’aéroport local avait abrité un dépôt d’agent orange pendant la guerre.

La croissance du PIB du Vietnam devrait atteindre 3,8 % cette année

Nhân Dân en ligne – La pandémie de Covid-19 continuera d’impacter négativement…

Les stars de football de l'ASEAN encouragent un mode de vie sain au milieu du COVID-19

Visant à transmettre le message clé: «Nous sommes diversifiés, mais si nous…