Le Vietnam gravit la chaîne de valeur des puces

Auteurs : Phan Le et Hai Thanh Nguyen, CIEM

Le PDG de Samsung Electronics a rencontré le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh et a annoncé un investissement de 850 millions de dollars américains pour fabriquer des composants semi-conducteurs dans la province de Thai Nguyen le 5 août 2022.

Cet investissement fera du Vietnam l’un des quatre seuls pays, avec la Corée du Sud, la Chine et les États-Unis, à produire des semi-conducteurs pour le plus grand fabricant de puces mémoire au monde. La sélection du Vietnam sur des sites plus développés en dit long sur l’importance croissante du pays dans la chaîne de valeur des semi-conducteurs.

Le Vietnam n’est pas un nouveau venu dans l’industrie des semi-conducteurs. La première usine de semi-conducteurs du pays, Z181, a été créée en 1979 pour produire et exporter des composants semi-conducteurs vers le bloc de l’Est pendant la guerre froide. L’effondrement de l’Union soviétique et l’embargo commercial qui a suivi ont mis fin à la première tentative du pays de développer des capacités de semi-conducteurs.

Pourtant, le désir d’entrer dans la chaîne de valeur mondiale des semi-conducteurs perdure. Pour les dirigeants vietnamiens, les semi-conducteurs représentent à la fois des opportunités économiques et des intérêts de sécurité nationale. L’entrée dans la chaîne de valeur des semi-conducteurs signifie l’accès à un marché mondial qui devrait atteindre 1 400 milliards de dollars américains d’ici 2029 avec un taux de croissance annuel composé de 12 %. Il renforce également les compétences et l’expertise locales, favorise le développement d’industries de haute technologie associées et augmente la valeur ajoutée nationale dans la production électronique.

Les semi-conducteurs sont aussi une question de sécurité nationale. La dépendance à l’égard des puces importées rend l’infrastructure critique du pays vulnérable aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement et aux risques de logiciels malveillants cachés. L’interdiction radicale d’exportation de puces américaines contre la Chine soulève des inquiétudes au Vietnam quant à savoir si ses différences politiques avec l’Occident pourraient conduire à un sort similaire à l’avenir.

Hanoï a adopté une stratégie à deux volets pour réduire sa vulnérabilité à ces menaces extérieures. Il maintient la neutralité diplomatique au milieu des conflits géopolitiques tout en renforçant progressivement les capacités nationales dans les trois étapes de la chaîne de valeur des semi-conducteurs – conception de puces, fabrication frontale et assemblage et test back-end.

Les politiques industrielles et technologiques du Vietnam ont toujours accordé les incitations les plus élevées aux projets de haute technologie, y compris la réduction de l’impôt sur les sociétés et l’exonération de la taxe de vente et de la rente foncière. En 2020, alors que les entreprises technologiques continuaient de quitter la Chine, le Vietnam a créé un groupe de travail spécial pour courtiser les investissements de haute technologie en offrant des incitations personnalisées au-delà de celles spécifiées par les lois existantes. Différents premiers ministres vietnamiens ont rencontré des dirigeants de géants mondiaux de la technologie pour encourager les investissements dans les semi-conducteurs.

Les incitations généreuses ne sont pas la seule raison pour laquelle les multinationales injectent des milliards de dollars dans l’écosystème des semi-conducteurs du Vietnam. L’un des avantages du Vietnam par rapport à ses voisins régionaux est son vivier de jeunes talents en ingénierie à un coût relativement inférieur. Plus de 40 % des diplômés collégiaux et universitaires vietnamiens se spécialisent en sciences et en ingénierie, et le Vietnam figure parmi les 10 premiers pays avec le plus de diplômés en ingénierie.

Alors que les risques de mettre tous ses œufs dans le panier de la Chine augmentent, les sociétés de semi-conducteurs considèrent le Vietnam comme une option prometteuse pour leur stratégie China Plus One. Le cluster manufacturier du nord du pays n’est qu’à 12 heures de route de Shenzhen, le centre manufacturier de la Chine. Cela garantit un minimum de perturbations de la chaîne d’approvisionnement pour ceux qui cherchent à se diversifier.

Le Vietnam possède également l’une des économies les plus ouvertes au monde, avec 15 accords de libre-échange, un environnement commercial en constante amélioration et un gouvernement relativement stable avec des plans de développement socio-économique clairs. La neutralité géopolitique du pays est un autre atout pour les entreprises technologiques à la recherche d’un emplacement à faible risque pour produire et exporter.

La scène vietnamienne des semi-conducteurs évolue rapidement à toutes les étapes de la chaîne de valeur. Synopsys – un leader des logiciels de conception de puces – transfère sa formation en investissement et en ingénierie de la Chine au Vietnam. Le géant sud-coréen de la technologie, Amkor Technology, a signé un accord en 2021 pour établir une usine de fabrication de semi-conducteurs de 1,6 milliard de dollars dans la province de Bac Ninh.

Intel a récemment injecté 475 millions de dollars supplémentaires dans son usine d’assemblage et de test au Vietnam qui produit des processeurs centraux. Les sociétés technologiques locales ont également lancé leurs propres gammes de semi-conducteurs bas de gamme pour un large éventail d’applications. De tels projets jettent les bases d’encore plus d’investissements à venir.

La prochaine étape pour le Vietnam est d’aller au-delà de l’attraction des investissements directs étrangers pour intégrer les multinationales dans son économie. Les faiblesses du climat d’investissement du pays – notamment les infrastructures arriérées, la faible application des droits de propriété intellectuelle, la lourdeur des procédures, les réseaux de fournisseurs sous-développés et la pénurie de compétences locales – doivent être corrigées de toute urgence.

Le Vietnam devrait tirer parti des ressources et de l’expertise des investisseurs étrangers pour catalyser les améliorations de son écosystème de semi-conducteurs. Le récent accord de formation à la conception de puces entre Synopsys et Saigon Hi-Tech Park est une étape bienvenue dans cette direction. Un autre exemple est le programme de développement des fournisseurs nationaux de Samsung — organisé conjointement avec le ministère de l’Industrie et du Commerce — permettant à de nombreux fournisseurs nationaux de devenir compétitifs au niveau international.

Ce que le Vietnam ne devrait pas faire, c’est essayer de choisir des gagnants pour acquérir une capacité souveraine dans les semi-conducteurs. Protéger les entreprises locales – en particulier publiques – de la concurrence étrangère tout en subventionnant leurs opérations ne fait que perpétuer l’utilisation inefficace des ressources nationales. La politique devrait se concentrer sur la création d’un environnement commercial qui permet à tous les gagnants potentiels, étrangers et locaux, de prospérer.

Phan Le et Hai Thanh Nguyen sont économistes à l’Institut central de gestion économique (CIEM) du Vietnam.

Source : East Asia Forum