Les entreprises vietnamiennes n’ont pas encore trouvé leur avantage concurrentiel grâce aux retombées des IDE

Auteurs : Trung Nguyen, Quyen Dang, Erhan Atay, RMIT Vietnam

Le Vietnam est l’une des grandes réussites économiques des 35 dernières années, ayant transformé quelque 450 milliards de dollars d’investissements directs étrangers (IDE) en un important produit intérieur brut et d’autres gains. Le pays reste une destination majeure pour les IDE entrants, attirant des géants mondiaux tels que Samsung, Intel, LG, Toyota et Lego.

L’IDE est un mécanisme attrayant pour les pays en développement en raison de ses retombées positives, notamment les progrès technologiques, les transferts de compétences, l’expertise en gestion et l’intégration des chaînes de valeur. Ces retombées se produisent à travers les interactions avec les entreprises multinationales (EMN), les relations avec les fournisseurs et l’apprentissage et la concurrence au sein du marché intérieur. Au fil du temps, les entreprises nationales deviennent plus compétitives, ce qui leur permet de gravir les échelons de la chaîne de valeur et de rivaliser avec les multinationales.

Mais les éléments disponibles suggèrent que le Vietnam n’a pas été témoin de ce phénomène d’entraînement. Bien que le Vietnam ait observé certaines externalités positives telles que la création d’emplois et une croissance record de l’économie numérique au cours des cinq dernières années, ces gains n’ont pas été à la hauteur des attentes et n’ont pas permis d’exploiter tout le potentiel du pays.

Les entreprises locales du secteur manufacturier ont des liens limités avec les entreprises d’IDE, ce qui rend l’économie trop dépendante des IDE pour les exportations. Les IDE génèrent plus de 70 pour cent de la valeur totale des exportations du Vietnam, ce qui indique un manque de croissance et de développement comparables pour les entreprises locales.

Les entreprises nationales ont généralement du mal à accroître leur capacité d’absorption lorsque des sociétés d’IDE sont présentes sur le marché, mais il semble que le cas du Vietnam soit particulièrement grave. Les transferts de technologie des sociétés d’IDE vers les entreprises locales sont limités et le secteur manufacturier vietnamien a une productivité particulièrement faible.

Seul un nombre limité d’entreprises vietnamiennes ont réussi à améliorer leur position dans la chaîne de valeur mondiale. En conséquence, leur rôle se limite principalement à fournir des intrants ou des tâches à faible valeur ajoutée, ce qui conduit à des liens et des externalités fragmentés et inefficaces. Un employé vietnamien de haut niveau chez un fournisseur de Samsung a déclaré que même si un tel accord peut offrir des avantages majeurs, ceux-ci ne sont accessibles qu’à une petite fraction des quelque 900 000 entreprises au Vietnam. Par exemple, en 2020, Apple s’est procuré des AirPod auprès de 21 fournisseurs du pays, mais aucun d’entre eux n’était vietnamien.

Plusieurs raisons expliquent les retombées limitées des principaux flux d’IDE du Vietnam.

Les politiques gouvernementales semblent depuis longtemps se concentrer davantage sur la quantité que sur la qualité. Les réglementations sur le transfert de technologie n’étaient pas strictement appliquées. Combiné à une mauvaise gestion publique dans plusieurs cas, cela a conduit à une prolifération des IDE de faible technologie dans l’économie. Un grand nombre d’entreprises d’IDE donnent la priorité aux technologies simples pour tirer parti de la taille et du potentiel du marché vietnamien ainsi que des faibles coûts de main-d’œuvre du pays.

Une autre raison pour laquelle les retombées ont été minimes est que les entreprises vietnamiennes ont un historique de développement relativement court par rapport à leurs pairs. L’imposition d’une économie dirigée à l’échelle nationale juste après l’unification du pays en 1975 a entravé le développement du secteur privé. Bien que cette erreur stratégique ait commencé à être corrigée avec l’introduction de la politique Doi Moi en 1986, les entreprises vietnamiennes ont encore moins d’expérience du marché que leurs pairs de la région et leur gouvernance d’entreprise est par conséquent bien plus mauvaise.

En outre, les entreprises privées sont confrontées à divers défis au Vietnam, notamment pour accéder aux capitaux et aux prêts formels. Pour y faire face, beaucoup se tournent vers les canaux informels proposant des tarifs plus élevés. Les dépenses logistiques élevées et la petite corruption au sein des agences gouvernementales entravent la compétitivité des entreprises locales sur la scène mondiale. Enfin, il existe encore des écarts entre les ambitions du gouvernement et la réalité de la gestion de la mise en œuvre dans le secteur public.

Bon nombre de ces défis sont d’origine humaine et peuvent être relevés grâce à des politiques efficaces et à une mise en œuvre disciplinée. Le Vietnam possède des avantages uniques, notamment son emplacement stratégique en Asie du Sud-Est, une population jeune et adaptable, un environnement politique stable, des performances d’innovation impressionnantes, une économie numérique florissante et une économie ouverte avec de multiples accords de libre-échange.

Pour tirer pleinement parti de ces avantages et promouvoir les externalités positives, en particulier dans la création d’entreprises locales solides, Hanoï devrait donner la priorité à l’investissement dans le capital humain en mettant en œuvre un programme national complet de formation sur les compétences numériques. Cela facilitera la mise en œuvre réussie de la stratégie nationale 4.0 et soutiendra les transformations numérique et verte.

Des investissements ciblés et complets dans le numérique, les transports, l’énergie et d’autres infrastructures clés amélioreront également la compétitivité des entreprises nationales et motiveront davantage la main-d’œuvre. Cela peut être amélioré en promouvant une bureaucratie plus fonctionnelle grâce à de meilleurs salaires et à une meilleure responsabilisation. Hanoï pourrait se tourner vers d’autres pays d’Asie – Malaisie, Singapour, Corée du Sud – pour voir les avantages de la numérisation des services gouvernementaux pour promouvoir l’efficacité des entreprises, ainsi que les avantages de la rupture numérique pour les chaînes de valeur émergentes.

Le Vietnam doit également améliorer l’environnement des affaires et établir des règles du jeu équitables en promulguant des lois relatives aux entreprises publiques, et positionner le Vietnam comme une plaque tournante régionale pour attirer les sièges sociaux des multinationales et les centres de recherche et d’innovation.

Bien que le Vietnam soit une destination attractive pour les entreprises d’IDE, les entreprises locales n’ont pas pleinement réalisé les avantages souhaités. Surmonter ces obstacles avec la bonne stratégie en place peut renforcer les entreprises locales et conduire à un plus grand succès.

Trung Quang Nguyen est chef du département de gestion à l’Université RMIT du Vietnam.

Quyen Dang est directeur par intérim du programme de commerce international chez RMIT Vietnam.

Erhan Atay est maître de conférences en commerce international au RMIT Vietnam.

Source : East Asia Forum