Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné avec les ALE de l’Inde ?

Auteur : Rahul Nath Choudhury, EY LLP

L’Inde a jusqu’à présent signé 13 accords de libre-échange (ALE), tous différents par leur portée et leur nature. Mais la majorité de ces accords n’ont pas réussi à produire les résultats escomptés et ont contribué au déficit commercial élevé de l’Inde. Les importations de l’Inde en provenance de ses partenaires de libre-échange ont augmenté plus que ses exportations.

Entre 2017 et 2022, les exportations de l’Inde vers ses partenaires de libre-échange ont augmenté de 31 pour cent, tandis que ses importations ont augmenté de 82 pour cent. L’utilisation des ALE par l’Inde reste très faible, autour de 25 pour cent, tandis que l’utilisation par les pays développés se situe généralement entre 70 et 80 pour cent. Cette faible utilisation met en évidence l’échec alarmant de l’Inde à tirer parti des avantages offerts par ses accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux. Reconnaissant l’inefficacité de ces ALE, le gouvernement indien a commencé à les réexaminer en 2019.

L’une des raisons fondamentales des progrès négligeables des ALE indiens est le manque de consultation adéquate de l’industrie et des parties prenantes pendant le processus de négociation. Les négociateurs n’ont pas réussi à impliquer les représentants des industries, des entreprises et des associations concernées, ce qui a abouti à une compréhension étroite de l’impact potentiel des ALE sur divers secteurs. Cela a conduit à accorder l’accès au marché aux partenaires de l’ALE sans tenir compte des opinions critiques et des préoccupations des industries nationales.

Alors que les taux tarifaires de la nation la plus favorisée de l’Inde avant l’ALE étaient plus élevés que ceux de ses partenaires, les ALE ont conduit à une réduction des taux tarifaires, permettant aux partenaires de pénétrer plus profondément dans le marché indien. Mais les barrières non tarifaires telles que les normes strictes, les mesures sanitaires et phytosanitaires et les barrières techniques au commerce persistaient, limitant l’accès des exportateurs indiens aux marchés partenaires et limitant les opportunités d’exportation. Par exemple, malgré un ALE avec le Japon, les exportations indiennes sont restées stagnantes en raison des normes d’importation élevées du Japon.

La complexité des exigences de certification et des règles d’origine dans le cadre des ALE a entravé la capacité de l’Inde à rationaliser les processus pour les exportateurs. La lourdeur des procédures et de la paperasse a rendu difficile pour les exportateurs de respecter les normes prescrites et le coût élevé des certificats d’origine a également augmenté les coûts de conformité.

Le manque d’efforts globaux du gouvernement pour vulgariser les ALE auprès des parties prenantes de l’industrie après leur mise en œuvre a entravé la mise en œuvre efficace des ALE. Après l’entrée en vigueur des ALE, les activités de sensibilisation ont été limitées et le marketing inadapté pour sensibiliser les exportateurs à leurs avantages. De nombreux exportateurs ne connaissent pas les incitations et les avantages potentiels qui leur sont offerts dans le cadre des ALE, ce qui entraîne une sous-utilisation de ces accords.

La disparité des performances des secteurs manufacturiers en Inde et dans les économies partenaires des ALE, comme la Corée du Sud, la Malaisie, le Vietnam et la Thaïlande, constitue un autre facteur entravant les progrès des ALE. Les secteurs manufacturiers de la Corée du Sud et de l’ASEAN ont surperformé ceux de l’Inde dans des secteurs critiques tels que l’électronique, l’automobile, le cuir et les produits textiles, entre autres.

L’accent mis par l’ASEAN sur la recherche, l’innovation, le soutien gouvernemental et l’amélioration des chaînes de valeur a permis aux États membres de l’ASEAN de produire des biens à moindre coût, améliorant ainsi leur compétitivité mondiale. Mais les fabricants indiens sont confrontés à des défis qui rendent les importations en provenance de l’ASEAN et de la Corée du Sud plus compétitives que la production nationale.

L’Inde a reconnu les failles de ses ALE existants et a entamé leur révision, le ministre indien du Commerce et de l’Industrie, Piyush Goyal, reconnaissant que les ALE antérieurs étaient mal conçus. L’Inde s’est abstenue de signer un quelconque ALE depuis environ une décennie. Mais l’Inde a renouvelé son intérêt en signant l’Accord de partenariat économique global (CEPA) avec les Émirats arabes unis et l’Accord de coopération économique et commerciale (ECTA) avec l’Australie.

Étonnamment, les exportations indiennes vers les deux pays ont connu une augmentation significative quelques mois seulement après la conclusion du CEPA et des statistiques remarquables sur l’utilisation des ALE ont également été publiées. Outre les accords commerciaux, d’autres développements cruciaux incluent le renforcement des infrastructures commerciales, la mise en place d’un mécanisme accéléré de règlement des différends et la numérisation de diverses procédures.

L’Inde adopte désormais une nouvelle approche en matière d’ALE et s’engage avec des partenaires qui ont un fort potentiel d’augmentation des échanges et qui sont politiquement et stratégiquement alignés. La nouvelle stratégie de libre-échange de l’Inde recherche des alliés fiables et robustes dans la chaîne d’approvisionnement qui fourniront des investissements, un accès à la technologie et un commerce durable. Outre la réduction des droits de douane, les priorités incluent la création de chaînes d’approvisionnement résilientes, l’intégration de la production, le commerce numérique et la protection de l’environnement.

Alors que l’Inde s’engage dans une nouvelle aventure avec les ALE, elle devrait tenir compte des enseignements tirés des accords antérieurs,…

Source : East Asia Forum