Le commerce textile durable entre l’UE et l’Asie de l’Est devient rapidement à la mode

Auteur : Ha Hai Hoang, Université nationale d’éducation de Hanoï

L’Union européenne a publié de nouvelles politiques et exigences commerciales pour l’exportation de textiles vers le marché de l’UE – des politiques qui ont été accusées de protectionnisme commercial. Parmi elles, la stratégie de l’UE pour des textiles durables et circulaires (EUSSCT) de juin 2022 aura probablement un impact significatif sur les fabricants de textile d’Asie de l’Est, qui fournissent plus de 70 % des textiles de l’Union européenne.

Un ouvrier travaille sur une chaîne de production dans une usine textile de la ville de Rugao, en Chine, le 10 octobre 2020 (Photo : Reuters/Oriental Image).

Au sein de l’EUSSCT, une série de réglementations environnementales stipulent que d’ici 2030, les entreprises commercialisant des vêtements et des vêtements avec l’Union européenne doivent respecter des normes en matière de durabilité, d’absence de substances dangereuses et d’utilisation prédominante de matériaux recyclables. Cette stratégie devrait servir de plan fondamental pour l’évolution vers une consommation plus durable de vêtements et d’habillement par les États membres de l’UE. Ce faisant, l’Union européenne pourrait être pionnière en obligeant ses partenaires commerciaux à adopter une fabrication durable.

Les secteurs de l’habillement, du textile et de la chaussure restent un contributeur essentiel aux économies asiatiques, générant environ 60 millions d’emplois pour la région et des emplois indirects pour des millions d’autres. L’industrie textile continue de croître dans la plupart des pays d’Asie de l’Est, les taux de croissance les plus rapides étant enregistrés en Chine, en Indonésie, au Vietnam et au Cambodge. La région est le centre de production des poids lourds de l’industrie européenne de la fast fashion comme Nike, Zara, C&A et H&M. Les textiles constituent le quatrième fardeau environnemental résultant de la consommation européenne.

La région de l’Asie de l’Est est le principal producteur mondial de vêtements et joue un rôle clé dans la chaîne d’approvisionnement du textile et de l’habillement. En 2019, la région représentait environ 55 pour cent des exportations mondiales de textiles. Par exemple, le Vietnam a exporté des vêtements, des vêtements et des produits textiles d’une valeur de 37,6 milliards de dollars vers le marché mondial en 2022. Sur ces exportations, 5,4 milliards d’euros (5,8 milliards de dollars) sont allés vers l’Union européenne.

Le secteur connaît une croissance rapide, qui est en partie attribuée à un engagement accru en Asie du Sud-Est, motivé par l’accord de libre-échange AELE-Singapour et l’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA). L’EVFTA a conduit à une dépendance croissante des produits vietnamiens à l’égard du marché de l’UE.

Pourtant, depuis la pandémie de COVID-19, l’industrie textile et de l’habillement d’Asie de l’Est connaît des difficultés en raison d’une baisse de la demande sur des marchés clés, notamment l’Union européenne et les États-Unis. Les exportations de textiles de l’Indonésie, de la Malaisie, de la Thaïlande et du Vietnam ont également chuté en 2020. À la lumière de cela, les nouvelles réglementations de l’EUSSCT pourraient avoir un impact plus important que prévu sur les fabricants de vêtements et de textiles d’Asie de l’Est.

L’EUSSCT devrait poser des défis et potentiellement augmenter les coûts pour le secteur de l’habillement d’Asie de l’Est. Les entreprises opérant dans ce secteur devraient être proactives en s’adaptant à ces réglementations à venir afin de garantir la poursuite des exportations. L’Union européenne a fixé 2030 comme année cible pour une circularité totale. Cela exerce une pression sur les entreprises du textile et de l’habillement pour qu’elles se conforment à différents aspects, notamment la circularité, la traçabilité et la décarbonisation.

Les producteurs de vêtements et de vêtements d’Asie de l’Est qui n’utilisent pas de matériaux recyclables pourraient faire l’objet d’une surveillance accrue. En outre, l’utilisation massive d’eau et de produits chimiques dans ce secteur contribue à une grave pollution de l’eau, car elle rejette des volumes importants d’eaux usées contenant des substances dangereuses dans les rivières et les cours d’eau. La réduction des émissions de carbone nécessitera des changements dans les modèles économiques du secteur et des innovations technologiques et de processus.

Mais les opportunités ne manquent pas. La transformation nationale requise pour répondre aux normes de l’UE pourrait permettre à la région de mieux se préparer si d’autres marchés développés mettaient en œuvre des politiques similaires. L’adoption de pratiques de production vertes peut avoir un impact positif sur l’environnement local et la qualité de vie des populations d’Asie de l’Est. Cela peut également ouvrir la voie à de nouvelles opportunités de production et d’affaires durables. Cela pourrait à son tour attirer davantage d’investissements étrangers en provenance des pays développés.

Malgré les défis posés par ces nouvelles réglementations, les entreprises de la région y répondent de manière proactive. Ramatex, basée à Singapour, a déjà fait des progrès en matière de durabilité en recherchant comment créer des vêtements qui ne perdent pas de microfibres. Au Vietnam, l’usine de confection Spectre s’appuie sur les énergies renouvelables pour alimenter ses opérations, tandis que le groupe sud-coréen Hansae et la Hanoi Textile and Garment Joint Stock Corporation ont collaboré pour produire des textiles recyclés destinés à l’exportation vers l’Union européenne.

Dans une certaine mesure, les possibilités de progrès environnemental dépendent des capacités existantes et d’autres facteurs facilitateurs, notamment les cadres politiques et les infrastructures. Atténuer l’impact environnemental de la fabrication textile nécessite une transition systémique vers une économie circulaire. Cette transition devrait englober les marchés publics verts, l’éco-conception, l’étiquetage et les normes, ainsi que la responsabilité accrue des producteurs. Il est impératif d’adopter une nouvelle approche de développement à la fois carboneutre et réparatrice de l’environnement.

Un défi important dans la transformation durable de l’industrie textile en Asie de l’Est est le manque de connaissances et de savoir-faire technique en matière de durabilité environnementale. Pour rendre l’industrie du textile et de l’habillement d’Asie de l’Est plus verte, des projets clés doivent être lancés. Ils incluent l’investissement dans la recherche et le développement et la fourniture de programmes complets d’éducation et de formation pour accroître l’expertise en matière de durabilité environnementale.

Les gouvernements devraient également adopter des politiques et des incitations favorables à la fabrication durable dans le secteur textile, notamment des incitations fiscales et des subventions. Ces incitations devraient encourager l’adoption de technologies respectueuses de l’environnement et promouvoir des pratiques de chaîne d’approvisionnement vertes.

Les collaborations internationales et nationales pour partager les meilleures pratiques et stratégies de durabilité sont également vitales. En abordant ces problèmes, les fabricants de textiles et de vêtements d’Asie de l’Est peuvent mieux se positionner pour répondre aux normes changeantes du marché européen et améliorer leur durabilité.

Le professeur agrégé Dr Hoang Hai Ha est maître de conférences à la Faculté d’histoire de l’Université nationale d’éducation de Hanoï.

Source : East Asia Forum