La région du Mékong connaît des difficultés économiques et politiques mais maintient son équilibre géopolitique

Malgré les signes encourageants des élections générales thaïlandaises de mai 2023, les perspectives politiques dans le Mékong
la région reste sombre. Sur le plan économique, les pays du Mékong ont également eu du mal à retrouver leur niveau d’avant la pandémie.
croissance. La région continue d’être un champ de bataille dans la lutte pour l’influence géopolitique entre les
États-Unis et Chine.

L’autoritarisme est profondément ancré dans la région du Mékong. En Thaïlande, malgré la victoire écrasante du parti jeune et progressiste Move Forward aux élections générales de mai, l’establishment conservateur a réussi à empêcher le leader du parti, Pita Limjaroenrat, de devenir Premier ministre.

L’armée birmane maintient son emprise sur le pouvoir depuis le coup d’État de 2021, intensifiant sa campagne de répression contre son propre peuple et reportant les élections promises pour août 2023. Au Cambodge, Hun Sen a officiellement remis les rênes du pouvoir à son fils Hun. Manet après ses trois décennies de règne. Au Vietnam, le Parti communiste vietnamien dirigé par le secrétaire général Nguyen Phu Trong a renforcé sa position conservatrice grâce à sa campagne anti-corruption.

Derrière l’apparente stabilité se cachent des signes d’instabilité. En Thaïlande, la victoire électorale historique du Parti Move Forward reflète le mécontentement généralisé du public à l’égard du système politique actuel et un désir de changement, en particulier parmi les jeunes électeurs. Le Laos a connu une instabilité politique et des difficultés économiques depuis la démission de Phankham Viphavanh de son poste de Premier ministre fin 2022. Au Vietnam, les départs forcés de l’ancien président Nguyen Xuan Phuc et de deux vice-Premiers ministres début 2023 ont affaibli la direction collective du régime communiste. Au Myanmar, l’offensive menée en novembre 2023 par des groupes de résistance armée a ébranlé le pouvoir militaire.

L’instabilité dans certaines parties de la région a alimenté une recrudescence de la criminalité transnationale, notamment au sein des centres d’escroquerie gérés par la Chine au Cambodge, au Myanmar et au Laos. L’implication de ces centres dans la traite des êtres humains et le travail forcé représente un risque sécuritaire non traditionnel important.

L’incertitude politique est aggravée par les préoccupations économiques alors que les économies du Mékong, axées sur les exportations, peinent à se redresser après la pandémie de COVID-19. Le Vietnam, habituellement le pays où les performances économiques sont les plus performantes, a connu des difficultés considérables en raison de la faiblesse de la demande sur ses marchés clés, les États-Unis et l’Union européenne. La situation au Laos est désastreuse, avec une crise de la dette qui s’aggrave et un taux d’inflation de 25,6 % en octobre 2023, le deuxième plus élevé de la région Asie-Pacifique après le Sri Lanka, en proie à la crise. La Thaïlande et le Cambodge ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2023, tandis que l’économie du Myanmar après le coup d’État s’est, sans surprise, effondrée, se contractant de 12 % depuis 2021.

Compte tenu du contexte économique et politique, la politique étrangère s’est révélée être un élément positif rare, les pays du Mékong naviguant habilement dans leurs relations avec les États-Unis et la Chine. Le Vietnam, en particulier, a soigneusement équilibré ses intérêts stratégiques, bénéficiant de relations étroites avec les deux superpuissances tout en minimisant les risques. En septembre 2023, Hanoï a établi un partenariat stratégique global avec Washington, lui permettant de devenir un centre d’investissement fiable pour les entreprises occidentales, au milieu de la stratégie de « réduction des risques » des États-Unis.

Le Cambodge a réussi à apaiser les tensions avec les États-Unis, notamment après sa présidence réussie de l’ASEAN en 2022, tout en continuant à renforcer ses liens avec Pékin dans les domaines du commerce et des investissements. La Thaïlande a également réparé la détérioration de ses relations avec Washington depuis le coup d’État de 2014, tout en continuant à jouer un rôle important dans la crise du Myanmar.

La région du Mékong sera confrontée à de nombreuses incertitudes en 2024. Les économies régionales doivent renforcer leur capacité nationale pour compenser la baisse des exportations. Cela signifie que les gouvernements doivent s’engager dans des réformes structurelles, améliorer les déficits d’infrastructures, soutenir le secteur privé en difficulté et améliorer le bien-être national.

Les pays de la région doivent également promouvoir une meilleure coopération économique, en évitant de se concurrencer pour les IDE à faible valeur ajoutée et en cherchant une intégration plus profonde dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. À cet égard, des initiatives telles que la zone du triangle de développement Cambodge-Laos-Vietnam devraient être étendues à la Thaïlande et au Myanmar.

La stabilité politique pourrait finalement prévaloir en Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam et au Laos grâce à des gouvernements nouvellement formés et au contrôle ferme des partis au pouvoir, mais la crise au Myanmar ne devrait pas disparaître de sitôt. La Tatmadaw étant dans sa position la plus faible depuis peut-être un demi-siècle, les médiateurs régionaux comme la Thaïlande devront accroître la pression sur Naypyidaw pour qu’elle mette en œuvre le consensus en cinq points négocié en 2021. Le Vietnam, en tant qu’aspirant puissance moyenne, doit jouer un rôle plus actif dans la résolution des problèmes. la crise, tandis que le Laos doit également assumer la présidence de l’ASEAN en 2024.

Au-delà des questions économiques et politiques, la région du Mékong est confrontée à des défis transnationaux qui incluent un développement hydroélectrique mal géré et l’impact du changement climatique et de la détérioration rapide de l’environnement. Les pays du Mékong se sont engagés à adopter des pratiques plus écologiques, mais leurs actions doivent aller au-delà de simples paroles. Cela nécessitera une position unifiée pour traiter avec la Chine sur les barrages hydroélectriques et une plus grande implication des acteurs non étatiques et du grand public. Les récentes mesures de répression contre les acteurs de la société civile environnementale au Vietnam et au Cambodge ne sont pas un signe positif.

À long terme, les élites politiques de la région doivent comprendre qu’il est impératif de libérer le potentiel de leurs populations pour relever ces défis urgents et faire avancer la région vers un avenir meilleur.

Nguyen Khac Giang est chercheur invité à l’ISEAS – Yusof Ishak Institute, Singapour.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire