Catégories
Chine

Traiter avec les États-Unis tels qu’ils sont

Auteur: Comité de rédaction, ANU

Les États-Unis sous le président Trump se sont concentrés sur le fait de rendre l’Amérique encore grande. Il le fait en favorisant la division, au pays et à l’étranger. Pouvoir sur les autres.

Le président américain Donald J. Trump (L) gestes à côté du vice-président américain Mike Pence (R) lors d'une cérémonie de plantation d'arbres pour commémorer le Jour de la Terre et le Jour de l'arbre, sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, DC, USA, 22 avril 2020 (Photo: Reuters).

L’approche de l’homme fort pour gouverner fait appel à ceux en Amérique qui ont été laissés pour compte par la société; qui veulent retrouver une certaine gloire du passé et maintenir la primauté dans l’avenir. Cela a conduit à saper les institutions nationales qui rendent l’Amérique exceptionnelle et les institutions internationales qu’elle a défendues et protégées et qui ont donné au monde une période dorée d’avancement du niveau de vie.

La concurrence entre les grandes puissances et la Chine montante a contribué à unir Washington politiquement divisé. La Chine est une cible facile avec ses différents systèmes de gouvernement, sa posture de plus en plus affirmée et ses nombreuses actions qui ne s’aident pas aux yeux de la communauté internationale. Les États-Unis se sentent déçus que la Chine ne soit plus devenue comme elle depuis son entrée dans le système mondial.

Mais la Chine est grande et est cruciale pour résoudre les plus grands défis du monde, du changement climatique aux pandémies. Le monde dépend de l’économie chinoise ouverte au développement et à la prospérité. La Chine n’est pas un pays qui peut être remis dans sa boîte ou découplé sans frais: elle représente 18% de la population mondiale, la deuxième économie mondiale et son plus grand commerçant.

Les États-Unis et la Chine semblaient être sur une trajectoire de collision bien avant la crise sanitaire et économique du COVID-19. Au lieu de les réunir, avec le reste du monde, pour faire face à cette catastrophe mondiale sans précédent, cela semble exacerber la spirale descendante.

Joseph Nye fait valoir dans le premier des fonctionnalités de cette semaine que «même si les États-Unis restent la plus grande puissance, ils ne peuvent pas atteindre bon nombre de leurs objectifs internationaux en agissant seuls» en raison de la révolution de l’information et de la mondialisation. Mais l’administration Trump échoue parce que «sa stratégie de sécurité nationale (et son budget) se concentre presque entièrement sur la concurrence des grandes puissances, en particulier avec la Chine».

Nye plaide pour le «pouvoir américain» avec les autres, pas pour le «pouvoir sur» les autres. Et il nous exhorte à «penser en termes de pouvoir pour atteindre des objectifs communs». L’administration Trump a utilisé le pouvoir sur d’autres, alliés et adversaires, pour renégocier les accords commerciaux, réduire les concessions et redéfinir l’engagement – le tout unilatéralement.

Peut-être que l’Amérique passera au pouvoir avec les autres, au lieu de les surmonter, pour trouver un moyen de sortir de la crise du COVID-19. Après tout, comme Winston Churchill l’a dit de manière célèbre, « vous pouvez toujours compter sur les Américains pour faire la bonne chose après avoir tout essayé ». La crise n’a pas encore atteint son apogée aux États-Unis et les ramifications sanitaires, sociales et économiques déjà graves devraient encore empirer.

Bien que séduisant, l’appel de Nye au pouvoir américain «avec» les autres est peut-être tout simplement trop idéaliste, loin de ce que nous voyons dans l’Amérique de Trump. Et si le président Trump est un symptôme, et non une cause, des problèmes aux États-Unis, il est difficile de voir un changement significatif à Washington de si tôt.

Il nous reste à traiter le monde tel qu’il est, et non tel que nous le pensons.

L’idée de partager le pouvoir «avec» plutôt que «sur» les autres ne fait tout simplement pas partie de la mentalité ou de l’approche de Trump – tout ce qu’il a fait en tant que président, et en particulier dans cette crise, va dans l’autre sens. Alors qu’un futur président démocrate peut apporter des tons plus chaleureux à la rhétorique et des sentiments plus coopératifs à certaines politiques américaines à l’étranger, le prochain président élu devra faire face aux forces qui ont amené Trump au pouvoir, forces qui continueront de tourner l’Amérique vers l’intérieur.

Tout comme le monde a besoin pour faire face à la Chine telle qu’elle est, non pas comme nous le voulons, le monde doit aussi traiter avec les États-Unis tels qu’ils sont, pas tels qu’ils étaient autrefois ou ce que nous souhaiterions qu’ils soient.

La proposition de Nye pour un nouveau plan Marshall à la suite de COVID-19 est louable. Pourtant, le monde doit faire face à la réalité selon laquelle la coopération internationale a été durement touchée pendant cette crise et la probabilité que la proposition gagne du terrain aux États-Unis est faible.

La coopération et le multilatéralisme ne sont certainement pas irréparables. Nye explique qu’au lieu d’une propagande concurrentielle, les dirigeants pourraient exprimer l’importance du «pouvoir avec» plutôt que «sur» les autres, et mettre en place des cadres bilatéraux et multilatéraux pour renforcer la coopération ».

Alors que les États-Unis abandonnent leur leadership et sapent le système multilatéral, d’où viendra le leadership?

Dans une autre fonctionnalité cette semaine Alex Rouse et Adam Triggs expliquent cette modélisation montre que l’Asie est le principal bénéficiaire de la coopération internationale et de l’action économique coordonnée.

La Corée du Sud, l’Inde, l’Indonésie et l’Australie bénéficient plus que les autres membres du G20 de la relance budgétaire coordonnée, par exemple. Et «les avantages politiques vont également de manière disproportionnée aux économies asiatiques», où le G20 et la coopération internationale fournissent un renforcement politique pour prendre des mesures constructives au pays.

Les pays asiatiques ont donc la motivation et l’opportunité de devenir des leaders mondiaux. Et la plupart sont plus incités à gérer une relation productive avec la Chine étant donné que c’est un voisin proche.

Le leadership est difficile. Il doit commencer à la maison mais il peut être construit en petits groupes. Les plus petits groupes d’Asie comprennent les pays les plus peuplés du monde et certaines des plus grandes économies, des pays les plus riches et du plus grand potentiel, où la reprise après la crise du COVID-19 semble devoir se produire en premier.

Peut-être que l’Asie peut montrer à quoi ressemble le pouvoir avec les autres.

Suivez le Forum de l’Asie de l’Est série spéciale de crise COVID-19 d’experts dans le pays et dans le monde. Comme pour toutes nos publications, ces essais sont évalués en double aveugle par les pairs, vous pouvez donc vous attendre à l’analyse faisant autorité, rendue accessible.

Le comité de rédaction de l’EAF est situé à la Crawford School of Public Policy, College of Asia and the Pacific, The Australian National University.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading