Le cadrage erroné de Biden de la rivalité américano-chinoise en tant que démocratie contre autocratie

Auteur : Baogang He, Université Deakin

Le 9 décembre 2021, le président américain Joe Biden tiendra le « Sommet pour la démocratie », où il répétera probablement son accent sur une bataille entre démocraties et autocraties au XXIe siècle. L’objectif de Biden de promouvoir le renouveau démocratique dans le monde est admirable, et la Chine doit apprivoiser ses tendances autoritaires. Mais cadrer la concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine en termes de démocratie par rapport à l’autocratie est une mauvaise stratégie.

Le président américain Joe Biden s'entretient virtuellement avec le dirigeant chinois Xi Jinping depuis la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 15 novembre 2021 (Photo : Reuters/Jonathan Ernst).

Cette fausse dichotomie idéologique inhibe une analyse sophistiquée. Cela intensifiera la polarisation mondiale et alimentera la compétition géopolitique à un moment où la solidarité internationale est désespérément nécessaire pour faire face au changement climatique et à d’autres défis communs.

Il y a une part de vérité dans la catégorisation de Biden. Le conflit entre Washington et Pékin concerne les valeurs politiques et les manières dont la société, l’économie, le commerce et la technologie sont gérés. Pourtant, Washington et Pékin partagent de nombreuses similitudes. Tous deux ont mis en œuvre des mesures étatiques de développement descendantes, par exemple pour promouvoir leurs secteurs de haute technologie respectifs.

Les États-Unis et la Chine relèvent tous deux de la définition la plus large d’un système capitaliste, le premier étant caractérisé par la domination du capital privé et le second par les entreprises d’État. La rivalité entre les deux pays doit donc être considérée comme une compétition entre différents modèles économiques au sein d’un même système capitaliste global.

Le cadre de la démocratie contre l’autocratie fournit une mauvaise base pour le ‘nouvelle guerre froide” entre les États-Unis et la Chine. Contrairement à la guerre froide, au cours de laquelle la contestation américano-soviétique s’est déroulée selon des lignes libérales-capitalistes et socialistes-communistes, la «nouvelle guerre froide» n’est pas un conflit d’inspiration idéologique, religieuse ou civilisationnelle caractérisé par des attaques manifestes contre la manière de chaque pays de la vie. La bataille idéologique entre Washington et Pékin se déroule à un niveau bien inférieur à celui de la guerre froide.

La démocratie n’est guère le principe directeur de l’engagement américain en Asie. Alors que la démocratie a fourni une base solide à l’accord AUKUS entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, d’autres soutiennent que les véritables fondements de l’accord sont un héritage racial blanc et l’histoire et la culture partagées de ces pays. L’Indonésie, la plus grande démocratie de l’ASEAN, a exprimé sa profonde préoccupation avec AUKUS.

La démocratie est également une base faible pour le dialogue quadrilatéral sur la sécurité, auquel l’Inde s’est jointe pour des raisons géopolitiques, pas pour la démocratie. L’Inde devient de plus en plus despotique en tant que Premier ministre Narendra Modi favorise sa marque de nationalisme hindou.

Le cadre de la démocratie contre l’autocratie de Biden néglige les complexités du système politique chinois – dans lequel les élections de village, la budgétisation participative et la démocratie délibérative locale se sont développées – surestimant la nature et l’ampleur de l’idéologie chinoise. La promotion du socialisme par Pékin dans son pays est conçue comme un moyen de contrôle interne plutôt que comme le reflet d’une allégeance idéologique. Il s’agit d’une affaire essentiellement domestique, un élément clé de sa stratégie de sécurité intérieure.

Le parrainage du discours socialiste par le président chinois Xi Jinping vise principalement à prévenir les troubles sociaux nationaux. Sous son prédécesseur Hu Jintao, le financement des services de sécurité intérieure chinois dépassait celui du budget militaire. De toute évidence, une telle approche est financièrement insoutenable, Xi a donc déployé des formes de contrôle plus idéologiques pour parvenir à la stabilité sociale.

Le soutien de la Chine aux États autoritaires ne doit pas être confondu avec la promotion active de son modèle socialiste à l’échelle mondiale. Alors que le soutien de la Chine a aidé certains États autoritaires à éviter la crise et l’effondrement, il a également apporté son soutien à des pays démocratiques, comme l’Italie et la Grèce. L’aide de la Chine à certains États autoritaires ne doit pas être confondue avec une volonté d’établir une coalition ou un bloc autoritaire en opposition à la coalition américaine des démocraties.

La coopération en matière de sécurité entre la Chine, la Russie et l’Iran n’est pas basée sur des valeurs autoritaires ou idéologiques partagées, mais plutôt sous la pression de Washington. L’interprétation selon laquelle ils représentent une coalition d’États autoritaires est trompeuse. Pékin comprend bien que l’autoritarisme à lui seul n’est pas un fondement suffisant pour une coalition.

Surjouer le récit de la démocratie contre l’autocratie pourrait favoriser des sentiments d’aliénation et de ressentiment en Asie. L’Indonésie, Singapour et la Thaïlande ont tous des réserves sur la démocratie à l’américaine. En embrassant certains pays et en excluant d’autres, Biden risque de créer de nouvelles divisions entre les États amis des États-Unis. Biden pourrait peut-être plutôt tirer des leçons de l’approche inclusive de l’Indonésie, en vertu de laquelle la plupart des pays asiatiques – dont la Chine et la Russie – sont invités à participer au Bali Democracy Forum.

Toute rivalité idéologique devrait être considérée comme inutile. Comme Kishore Mahbubani affirme qu’« en traitant le nouveau défi de la Chine comme semblable à l’ancienne stratégie soviétique, l’Amérique commet l’erreur stratégique classique de mener la guerre de demain avec les stratégies d’hier ».

La réconciliation idéologique entre les États-Unis et la Chine est possible si les États-Unis parviennent à une position médiane qui reconnaisse certains éléments de la promotion par la Chine du droit au développement. Peut-être que les petits-enfants de Biden suivront son Conseil de « faire leur thèse de doctorat sur la question de savoir qui a réussi : l’autocratie ou la démocratie ». Ils seraient mieux placés pour juger si Biden surmonte la dichotomie erronée entre démocratie et autocratie et évite une dangereuse «nouvelle guerre froide».

Baogang He est professeur et président des relations internationales à l’Université Deakin.

Source : East Asia Forum