Les États du Golfe passent au numérique avec la Chine

Auteur : Mordechai Chaziza, Ashkelon Academic College

La rivalité stratégique entre les États-Unis et la Chine s’étend à la lutte pour le contrôle de l’économie numérique, en particulier l’infrastructure numérique et l’innovation technologique. L’économie numérique de la Chine est l’une des plus dynamiques au monde, se classant deuxième au niveau mondial en 2021 à 7,1 billions de dollars américains. Il est devenu un élément crucial des relations entre la Chine et les États du Golfe, notamment Bahreïn, le Koweït, l’Irak, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU).

Un modèle du système de satellites de navigation BeiDou est présenté lors d'une exposition à l'occasion de la Journée de l'espace de la Chine 2019 à Changsha, dans la province du Hunan, en Chine.  (Photo : Reuters/Aly Song)

Le secteur de l’énergie reste le principal bénéficiaire des investissements chinois dans la plupart des pays du Golfe. Les importations chinoises de pétrole brut proviennent de seulement neuf pays du Moyen-Orient. Les importations de pétrole et de gaz, les investissements dans les infrastructures et les ventes d’armes de Pékin lui confèrent une influence régionale qui va à l’encontre des États-Unis. Les économies des États du Golfe ont toujours dépendu des exportations d’énergie pour leur prospérité économique.

Mais l’essor des technologies numériques au cours de la dernière décennie a vu les États du Golfe diversifier leurs économies en développant des secteurs financiers et des industries fondées sur la connaissance. Cela signifie que la coopération numérique entre la Chine et les États du Golfe pourrait changer la donne pour Pékin dans sa compétition avec les États-Unis pour atteindre une supériorité stratégique dans la région.

Le développement conjoint des télécommunications, des villes intelligentes, de l’intelligence artificielle et des entreprises axées sur la technologie est une entreprise complémentaire pour la Chine et les États du Golfe. La jeune population du Golfe est exposée à la présence croissante de la technologie chinoise, allant des applications de réseaux sociaux aux plateformes de paiement numériques.

La route de la soie numérique (DSR) est le bras technologique de l’initiative “la Ceinture et la Route”. L’initiative DSR a le potentiel d’ajouter 255 milliards de dollars au PIB régional et de créer 600 000 emplois liés à la technologie dans les pays du Conseil de coopération du Golfe d’ici 2030. Pourtant, les projets liés à la DSR restent inégalement répartis entre les États du Golfe.

Les géants de la technologie ont un rôle à jouer dans la mise en œuvre de l’initiative DSR de la Chine et dans la poursuite du développement numérique de la région. Huawei travaille avec l’Arabie saoudite pour développer une infrastructure numérique pour les pèlerinages religieux. L’entreprise s’est également associée à des responsables de Dubaï pour aider à moderniser son aéroport et a coopéré avec l’Autorité de l’électricité et de l’eau de Dubaï pour construire la fibre optique et la vidéosurveillance.

En 2022, la société de télécommunications des Émirats arabes unis, Du, a signé un protocole d’accord (MoU) avec Huawei pour rechercher, vérifier et répliquer des applications informatiques de pointe à accès multiple dans la région. Cela inclut l’exploitation des applications informatiques de pointe multi-accès 5G pour diffuser en direct la Coupe cycliste présidentielle.

Huawei a reçu l’autorisation d’offrir des services de cloud computing en Koweit en juillet 2022. Alibaba s’est depuis engagé à construire une « Tech Town » avec Meraas Holding, un développeur basé à Dubaï, abritant plus de 3 000 entreprises de haute technologie. Alibaba a également signé des accords pour stocker des données cloud à Oman et dispose d’un vaste Empreinte du commerce électronique en Arabie saoudite.

La société chinoise d’intelligence artificielle SenseTime a ouvert un siège régional à Abu Dhabi en 2019. Abu Dhabi Global Market et Hong Kong Securities and Exchange ont récemment travaillé ensemble pour favoriser l’innovation dans les services financiers à Hong Kong et aux Émirats arabes unis.

La société saoudienne M/s Aramco Asia est en négociation pour signer un protocole d’accord avec la société chinoise Avic International sur les services de drones et le développement technologique. La société chinoise de télécommunications Huawei tente également de soumissionner pour l’expansion des centres de traitement de données à Dammam et Riyad.

Les géants chinois de la tech ont notamment participé au développement des réseaux 5G dans les États du Golfe. Les Émirats arabes unis et le Koweït ont été les premiers États du Golfe à construire des réseaux 5G. En 2019, le réseau 5G des EAU couvrait 80 % de ses villes et Huawei avait déployé plus de 1 000 sites 5G à travers le Koweït.

La présence régionale croissante de la Chine a conduit Washington à faire pression sur les États du Golfe pour qu’ils choisissent leur camp. Les États-Unis perçoivent certains aspects de leur coopération numérique avec la Chine comme préjudiciables à sa sécurité nationale. Les États du Golfe sont conscients des préoccupations américaines concernant la présence régionale de la Chine et ils veulent éviter d’être pris dans un conflit entre grandes puissances.

Malgré les doutes sur l’engagement de Washington envers leur sécurité, les États du Golfe reconnaissent qu’il n’y a pas de substitut à la présence militaire américaine pour bloquer l’agression iranienne. Les États du Golfe tentent de diversifier leur soutien économique et militaire pour éviter une dépendance absolue vis-à-vis de Washington ou de Pékin. Choisir son camp risque de faire perdre aux États du Golfe leur partenariat de sécurité avec les États-Unis ou leur partenariat technologique avec la Chine.

La présence militaire américaine dans le Golfe suggère un certain degré d’interdépendance militaire entre les États-Unis et les États du Golfe. La Chine n’a pas la même capacité à projeter une puissance militaire mondiale car elle manque de portée mondiale, de traités de défense étrangers et de bases militaires à l’étranger.

La Chine n’a pas non plus l’argent pour remplacer Washington en tant que garant de la sécurité du golfe Persique, bien que les États-Unis se révèlent être un partenaire de moins en moins fiable. Cela ajoute à la situation impossible à laquelle sont confrontés les États du Golfe alors qu’ils équilibrent leur partenariat de sécurité vital avec les États-Unis parallèlement à l’essor des liens numériques avec la Chine.

Mais la mesure dans laquelle les États du Golfe peuvent s’engager dans une collaboration économique ou technologique avec la Chine dépend de la pression américaine. Les appels de Washington à ralentir la prolifération des technologies chinoises compliquent l’environnement commercial des entreprises chinoises. La Chine pourrait, en réponse, utiliser la pression diplomatique et économique pour se promouvoir aux dépens des États-Unis, ce qui rendrait difficile pour les États du Golfe de maintenir des partenariats parallèles.

À une époque de rivalité géostratégique, Washington s’attend à ce que ses alliés du Golfe fassent des choix austères et brutaux. Les États du Golfe doivent gérer leurs liens numériques avec la Chine tout en comprenant que les préoccupations de Washington limitent leurs nouveaux partenariats technologiques.

Mordechai Chaziza est maître de conférences au Département de politique et de gouvernance de l’Ashkelon Academic College, en Israël.

Source : East Asia Forum