Un expert de l’ONU exhorte le Japon à aider les déplacés volontaires à Fukushima

Le gouvernement japonais devrait supprimer les distinctions entre les évacués “obligatoires” et “volontaires” de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011 et adopter une approche fondée sur les droits pour le soutien continu aux personnes encore déplacées par ses effets, a déclaré vendredi un expert des droits de l’homme de l’ONU.

Cecilia Jimenez-Damary, la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l’homme des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, a lancé ces appels alors que le gouvernement et Tokyo Electric Power Company Holdings Inc., l’exploitant de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima, ont été exposés à de nombreuses poursuites de la part de évacués volontaires et ceux qui sont retournés dans leurs anciennes communautés.

Les distinctions ont eu “des impacts particulièrement graves sur les personnes en situation de pauvreté, les personnes sans moyens de subsistance, les personnes âgées et les personnes handicapées”, a déclaré Jimenez-Damary lors d’une conférence de presse pour annoncer les conclusions préliminaires de sa visite officielle du 26 septembre au 7 octobre. au Japon.

Cecilia Jimenez-Damary, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme des personnes déplacées, prononce ses remarques préliminaires à la fin de sa visite au Japon pour évaluer les conditions des personnes déplacées après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, au Japan National Press Club à Tokyo le 7 octobre 2022. (Kyodo)

Le Japon fait la distinction entre les évacués selon qu’ils sont enregistrés comme résidents dans des zones soumises à des directives d’évacuation en raison de leur inhabitabilité et les personnes qui ont choisi de partir en raison de problèmes de rayonnement.

Les personnes extérieures aux zones spécifiées et relocalisées à la suite de la catastrophe sont devenues inéligibles au soutien du gouvernement préfectoral de Fukushima à partir de mars 2017, une décision qui a suscité des protestations.

Avocate des droits de l’homme avec des décennies d’expérience, Jimenez-Damary a déclaré aux journalistes que le désir de revenir ne définissait pas les évacués et a décrit les conversations qu’elle avait eues avec des personnes déplacées lors de sa visite au Japon et ailleurs, en disant : “Quand je leur demande s’ils veulent revenir , ils disent oui, mais quand je demande pouvez-vous revenir, ils disent que nous ne pouvons pas.”

Depuis la catastrophe, le gouvernement a relevé la limite annuelle de sécurité d’exposition aux rayonnements de 1 millisievert par an à 20, une quantité qui présenterait particulièrement des risques pour les personnes vulnérables, telles que les enfants et les femmes en âge de procréer.

En 2018, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les substances dangereuses, Baskut Tuncak, a déclaré qu’il était “décevant” que le Japon n’ait pas ramené les niveaux à ce qu’il considère comme acceptable malgré les recommandations de l’organisation en 2017. Jimenez-Damary a renouvelé ses appels à son examen. dans sa déclaration préliminaire.

Les données de l’Agence de reconstruction indiquent qu’au 1er août, environ 32 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays vivaient dans 878 municipalités des 47 préfectures du Japon, soit 2 841 personnes de moins que les totaux enregistrés le 8 avril de cette année. À son apogée, environ 470 000 personnes ont été déplacées à la suite de la catastrophe.

Jimenez-Damary a déclaré que le problème “doit être résolu car on ne sait pas combien sont en évacuation” lorsqu’on lui a demandé si l’estimation du gouvernement du nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays reflétait la réalité. L’experte des droits de l’homme a ajouté qu’elle “recommande définitivement” que les évacués soient entendus par le gouvernement.

Les conclusions de la visite de Jimenez-Damary au Japon, qui l’ont mise en contact avec des gouvernements, des organisations de soutien et des personnes déplacées, seront présentées au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève en juin 2023.

Source : Kyodo News