East Asia Forum

Auteur: Arun R Swamy, Université de Guam

En février, la visite d’État du président américain Donald Trump en Inde a été entaché de rapports de violence sectaire entre les foules hindoues et les résidents des quartiers musulmans de Delhi.

En quelques jours, des dizaines étaient morts dans le dernier cycle de conflit qui a balayé l’Inde depuis l’adoption de la Citizen Amendment Act (CAA) le 9 décembre 2019.

Le CAA, combiné au précédent Registre national des citoyens (NRC), a aggravé les tensions autour du parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP) qui cherche à identifier plus étroitement la nation indienne avec l’identité culturelle et religieuse hindoue.

La CAA est ostensiblement destiné pour permettre aux réfugiés fuyant la persécution religieuse dans les pays voisins de demander plus facilement la citoyenneté indienne en réduisant le délai d’attente.

Mais il est très sélectif de savoir quels pays et religions peuvent bénéficier d’un traitement accéléré.

Seules les minorités non musulmanes de voisins à majorité musulmane – Pakistan, Bangladesh et Afghanistan – sont éligibles.

Les minorités religieuses en Chine, au Népal, au Bhoutan, au Myanmar et au Sri Lanka – dont beaucoup ont cherché refuge en Inde – ne le sont pas. De plus, les groupes religieux qui ont le droit de réclamer en raison de l’oppression religieuse dans ces trois pays sont les hindous, les sikhs, les bouddhistes, les jaïns, les parsis et les chrétiens. La loi omet ostensiblement les communautés musulmanes minoritaires, comme les Ahmadis et les Soufis, qui subissent la discrimination au Pakistan.

Le CNRC ajoute à la controverse. Cela visait à l’origine à supprimer les immigrants illégaux présumés du Bangladesh des listes électorales dans l’État du nord-est de l’Assam.

Dans les années 1980, l’Assam a connu une agitation violente avec des citoyens exigeant l’expulsion de locuteurs du bengali du Bangladesh. Les manifestants étaient préoccupés par le changement d’équilibre électoral entre les Assamais et les étrangers. Les Bengalis nés en Inde ne pouvaient pas être légalement exclus de l’Assam, de sorte que la demande officielle consistait à identifier les migrants illégaux présumés du Bangladesh. Étant donné que ces personnes pouvaient être musulmanes ou hindoues, les manifestants d’Assam n’ont pas fait de distinction nette à l’époque, bien que les musulmans bengalis aient été les plus touchés par la violence.

Au cours des décennies suivantes, un gouvernement après l’autre a promis de retirer les immigrants illégaux des listes électorales d’Assam, mais aucun ne l’a fait. Enfin, un gouvernement national du BJP a modifié la loi sur la citoyenneté en 2003 pour, entre autres, créer le NRC. Mais le BJP a perdu le pouvoir en 2004 et a été dans l’opposition pendant dix ans. La question est restée en suspens jusqu’à ce qu’une décision de la Cour suprême en 2013 et le retour au pouvoir du BJP en 2014.

La mise en œuvre du NRC a été inévitablement controversée dans un pays où de nombreux citoyens n’ont pas d’acte de naissance. Les musulmans se plaignaient souvent d’être faussement identifiés comme des non-citoyens. Des milliers de personnes ainsi identifiées ont ensuite été rassemblées centres de détention attendre l’expulsion. En même temps, pour les nationalistes hindous, pour qui la partition est le traumatisme national déterminant, l’idée d’exclure les réfugiés hindous des régions s’étendant au Pakistan était un anathème.

Le but principal de la CAA était de permettre au NRC de cibler exclusivement les migrants musulmans. En conséquence, la CAA a été attaquée de deux côtés. En Assam et dans d’autres États du nord-est, manifestants objecté d’accorder la citoyenneté aux réfugiés hindous du Bengale, qui, craignaient-ils, rendraient l’afflux des Bengalis dans l’Assam permanent. Ailleurs, les musulmans et les hindous libéraux craignaient qu’un NRC national, comme promis par le BJP dans sa campagne électorale de 2019, puisse être utilisé à travers l’Inde pour rassembler les citoyens musulmans sans registres adéquats, les dépouiller de leur citoyenneté et les expulser.

De début décembre 2019 à mars 2020, jusqu’à ce que la crise du COVID-19 remette le problème en veilleuse, l’Inde a été secouée par des manifestations dans les villes et les campus universitaires. Les campus les plus touchés, l’Université Jamia Millia (JMU) – une université confessionnelle musulmane de Delhi – et l’Université Jawaharlal Nehru (JNU) a connu une violence à grande échelle, la JMU étant la cible de violentes descentes de police.

Shaheen Bagh, un quartier de Delhi avec de nombreuses familles musulmanes, a vu protestations continues dirigée par des femmes et des interventions policières fréquentes. Manifestations dans le plus grand État, Uttar Pradesh, ont fait des morts aux mains de la police. D’autres États, dirigés par des partis d’opposition, ont assisté à des manifestations à grande échelle qui transcendent souvent les frontières religieuses. Rapports sur de nombreuses petites confrontations, comme une à la fois collège des femmes à Bengaluru, diffusé via les réseaux sociaux.

L’opposition démoralisée et fragmentée de l’Inde, qui a perdu de façon décisive les élections de 2019, a d’abord tergiversé sur le passage de la CAA, mais a ensuite semblé trouver une plate-forme à partir de laquelle s’opposer au BJP, alors que de nombreux États dirigés par l’opposition passaient résolutions refusant mettre en œuvre le CAA ou le NRC. Mais avec le gouvernement bénéficiant d’un nouveau mandat et d’une grande majorité, et le pays maintenant sous un verrouillage pour faire face à la crise du COVID-19, il y a peu de possibilités d’inverser la politique.

Arun R Swamy est professeur de science politique à l’Université de Guam.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Trouver une voie à suivre dans les négociations commerciales UE-Inde

Auteurs : Hosuk Lee-Makiyama, ECIPE et Shada Islam, Collège d’Europe Le Premier…

Augmentation des infections et baisse de la croissance économique en Inde

Auteur: Kaliappa Kalirajan, ANU Le 2 juillet 2020, le ministère indien de…

Calendrier des fêtes nationales et religieuses en Inde

Les voyageurs qui partent en vacances en Inde ont l’opportunité d’assister aux nombreuses festivités locales nationales.