Auteur: Nguyen Khac Giang, Victoria University of Wellington

Le Vietnam est l’un des pays d’Asie qui a le mieux réussi à faire face à la pandémie de COVID-19.

Son premier cas confirmé a été annoncé le 23 janvier, en même temps que la France.

Après deux mois et demi, la France est aux prises avec près de 140 000 cas et 15 000 décès, tandis que le Vietnam – limitrophe de la Chine et entretenant des relations économiques étendues avec elle – a découvert moins de 300 cas, sans décès. Mais ce succès a un prix.

Le Vietnam a été parmi les premiers pays à imposer des méthodes de confinement strictes, même lorsque COVID-19 était encore confiné en Chine.

En mobilisant les ressources disponibles pour la mise en quarantaine et la recherche des contacts, Hanoi espérait écraser la pandémie tôt – comme elle l’avait fait avec le SRAS et le H5N1 – et éviter de surcharger son système de santé sous-équipé.

Au moment où le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a officiellement annoncé un verrouillage national le 31 mars, la vie était déjà arrêtée depuis deux mois.

Les conséquences économiques se font sentir

La croissance du PIB au premier trimestre de 2020 a été la plus faible en 11 ans avec seulement 3,82%. Le Vietnam ne peut désormais pas atteindre son objectif de croissance de 6,8%. Pour un pays avec une main-d’œuvre jeune et une population de près de 100 millions d’habitants, cela aura d’énormes impacts sociaux et économiques.

En tant que pays tributaire du commerce, le Vietnam est vulnérable aux chocs de l’offre et de la demande. Les perturbations des chaînes d’approvisionnement d’Asie de l’Est entraînent une pénurie d’intrants dans l’industrie manufacturière. Le Vietnam importe des matières premières en provenance de Chine, de Corée du Sud et du Japon pour leurs entreprises et sociétés nationales telles que Samsung et Foxconn.

Alors que les pays ferment leurs frontières et appliquent des mesures de contrôle strictes dans la perspective d’une nouvelle récession mondiale, le secteur des exportations du Vietnam éprouve également des difficultés.

Les entreprises phares du textile et de l’habillement qui génèrent des revenus pour près de 12% de la population vietnamienne ont reçu des notifications de leurs plus grands marchés – les États-Unis et l’Union européenne – pour une suspension temporaire des importations de trois semaines à un mois.

Alors que la pandémie fait des ravages aux États-Unis, les fabricants et les travailleurs du Vietnam en ressentent les effets.

Le marché américain représente 15 milliards de dollars américains en valeur d’exportation et représente 45% des exportations totales de vêtements et de textiles du Vietnam. Dans le secteur agricole et l’industrie des services, l’arrêt de presque toutes les activités pèse lourdement sur l’économie dynamique du Vietnam.

Plus de 30 000 entreprises ont cessé temporairement ou définitivement leurs activités au premier trimestre de 2020. Pour celles qui fonctionnent toujours, le gouvernement a proposé des incitations économiques, notamment des allégements fiscaux pouvant aller jusqu’à 2 milliards de dollars américains et un ensemble de crédits de plus de 11 milliards de dollars américains. Reste à voir dans quelle mesure ces mesures seront efficaces.

Pourtant, le Vietnam peut sortir de la pandémie en meilleure forme que les autres. Bien que le taux de croissance prévu soit tombé à 4,9% en 2020, ce sont les quelques économies de la région Asie-Pacifique – et peut-être du monde – qui ont encore des taux de croissance positifs.

La Banque asiatique de développement, tout en prévoyant une forte baisse de la croissance du PIB du pays, a déclaré que l’économie vietnamienne reste «particulièrement robuste» dans la sous-région. La forte baisse des prix du pétrole – en dépit d’une charge plus lourde sur le budget du Vietnam – donne aux décideurs vietnamiens une marge de manœuvre monétaire et budgétaire alors que les inquiétudes inflationnistes s’estompent.

Le succès du Vietnam dans la lutte contre la pandémie pourrait attirer des investisseurs étrangers, tout comme ses avantages traditionnels de main-d’œuvre bon marché, de stabilité politique et de proximité avec la Chine.

Samsung, qui fonde déjà la moitié de sa production mondiale de téléphones mobiles au Vietnam, y a transféré une partie de sa production de téléphones domestiques après l’épidémie en Corée du Sud.

La distanciation sociale contribue également à accélérer la transformation du pays vers une économie numérique, considérée par le gouvernement comme un pilier de la croissance durable.

La pandémie de COVID-19 a également affecté l’agenda international de Hanoi en 2020, lorsque le pays a commencé son adhésion non permanente au Conseil de sécurité des Nations Unies et sa présidence de l’ANASE. Hanoi prévoyait d’utiliser ces opportunités pour exercer une influence sur des questions telles que le différend sur la mer de Chine méridionale.

Mais comme les pays sont occupés à faire face à la pandémie, le Vietnam ne peut pas mener des activités avec ces institutions comme espéré. Des experts à Hanoi ont même appelé à demander une prolongation de la présidence vietnamienne de l’ANASE pour une autre année.

Pourtant, le danger s’accompagne d’opportunités. Si le Vietnam émerge fortement de la pandémie, il peut saisir cette occasion pour renforcer la coordination des pays de l’ANASE dans la résolution de leurs préoccupations communes.

La pandémie a éclaté un an avant la tenue du 13e Congrès national du Parti communiste vietnamien (VCP) en janvier 2021. Si le gouvernement peut sortir le Vietnam de la pandémie facilement, les hauts fonctionnaires pourraient être récompensés par des promotions à des postes plus élevés.

Il s’agit notamment du Premier ministre Nguyen Xuan Phuc, qui est le candidat au poste de secrétaire général du VCP, et du vice-premier ministre Vu Duc Dam, qui espère être promu au Politburo. Un large soutien du public aux réponses du gouvernement pourrait être utile. Un sondage d’opinion a révélé que 62% des répondants vietnamiens pensent que le gouvernement réagit bien au COVID-19 – le plus élevé parmi les 45 pays interrogés.

Mais ce jugement pourrait encore être réservé pour l’avenir. Les dirigeants vietnamiens ne se font aucune illusion que la «guerre contre le virus» – selon Phuc – sera bientôt terminée.

Nguyen Khac Giang est chercheur principal à l’Institut vietnamien de recherche économique et politique (VEPR), Université nationale du Vietnam, et doctorant à l’Université Victoria de Wellington.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire