East Asia Forum

Auteur: Santosh Sharma Poudel, Institut népalais de recherche sur les politiques

Le différend territorial entre le Népal et l’Inde sur les régions de Kalapani, Lipulekh et Limpiyadhura a repris après que le ministre indien de la Défense Rajnath Singh a inauguré une route dans la région le 8 mai 2020. La route mène à Mansarovar, un important site de pèlerinage hindou, bouddhiste et jain au Tibet. Lors de l’inauguration, Singh a vanté l’importance «stratégique, religieuse et commerciale» de la route.

Le Népal revendique les zones du côté est de la rivière Kali – maintenant appelée Mahakali au Népal – sur la base du traité de Sugauli de 1816 avec l’Inde britannique. L’inauguration de la route a provoqué des manifestations spontanées au Népal malgré le verrouillage à l’échelle nationale en raison de COVID-19.

Le 11 mai, le ministre népalais des Affaires étrangères, Pradeep Kumar Gyawali, a remis à l’ambassadeur indien une note diplomatique pour protester contre cette action et appelant l’Inde à suspendre toute nouvelle activité. Le Premier ministre népalais KP Sharma Oli a affirmé au Parlement que le Népal ne céderait pas un pouce de territoire. Le Népal a ensuite rectifié sa carte politique pour inclure les territoires revendiqués et installer un poste frontière à Chhangru.

L’Inde a rapidement jugé la nouvelle carte inacceptable. Le 15 mai, le chef de l’armée indienne, le général Manoj Mukund Naravane, a insinué que le Népal avait soulevé la question à la demande de quelqu’un d’autre – une référence évidente à la Chine. Cela a déclenché une nouvelle fureur au Népal. Le chef de l’armée indienne étant également chef honoraire de l’armée népalaise, cela semblait très insensible. La déclaration a également insulté le Népal en laissant entendre qu’il ne pouvait même pas soulever à lui seul des intérêts nationaux fondamentaux tels que l’intégrité territoriale.

Pourtant, la perception de l’Inde révèle certaines perspectives importantes. Pour commencer, il met en évidence l’insécurité de l’Inde face à une Chine en pleine ascension. Il est indéniable que l’influence chinoise dans la région augmente avec les projets de commerce, d’investissement et de développement chinois.

Certains analystes indiens font remarquer que le Népal penche vers la Chine, en particulier après l’arrivée au pouvoir d’Oli en 2018. Le Népal a signé des accords cruciaux de commerce, de transit et de connectivité lors de la visite d’Oli en Chine en 2018. Cela inquiète l’Inde car elle considère toujours la région himalayenne comme sa frontière de sécurité naturelle avec la Chine. Certaines préoccupations sont légitimes, mais considérer chaque problème entre les deux nations – qui partagent des relations multidimensionnelles étroites – à travers une lentille géopolitique est réducteur. En tant que puissance plus importante, l’Inde aurait dû engager le Népal pour résoudre le problème avec tact.

L’Inde considère également la région contestée comme stratégiquement importante. Singh l’a affirmé lors de l’inauguration. Pendant la guerre sino-indienne de 1962, les forces chinoises ont submergé les forces indiennes. Depuis lors, l’Inde a veillé à surveiller les activités chinoises le long de la frontière. L’Inde a identifié le col de Lipulekh comme un emplacement stratégique important, optimal pour stationner des unités militaires pour suivre les activités chinoises de l’autre côté.

L’Inde a également un différend territorial avec la Chine sur la ligne de contrôle réelle (déterminée par le conflit de 1962), qui éclate parfois. Pourtant, le Népal a autorisé l’Inde à installer 19 postes frontaliers indiens sur le territoire népalais immédiatement après la guerre. Les revendications territoriales du Népal n’entraînent pas nécessairement une réduction significative de la présence de l’Inde dans la région.

La réaction du Népal a été atypiquement forte cette fois. Ce n’était pas la première fois que le différend territorial se manifestait. Il a été soulevé de manière proéminente lors de la signature du Traité de Mahakali en 1996. Le Népal réagit généralement à ces différends par des protestations publiques suivies de déclarations politiques fortes visant principalement à obtenir des références «nationalistes» auprès de son public national. Ces déclarations ne sont suivies d’aucune action concrète significative dans la crainte perçue de représailles indiennes – en particulier parce que les gouvernements du Népal depuis 1990 sont faibles. Des progrès ont été accomplis lors de la visite de l’ancien Premier ministre indien Inder Kumar Gujral au Népal en 1997, lorsque les deux parties ont convenu de maintenir le statu quo dans la région.

Le ministre des Affaires étrangères Gyawali a reconnu la faiblesse du Népal dans le passé. Le gouvernement népalais actuel détient une majorité de près des deux tiers au Parlement, ce qui est largement dû à de forts sentiments anti-indiens à la suite du blocus indien de 2015 sur le Népal. La solidarité nationale sur la question est désormais forte, comme l’a montré la réunion multipartite convoquée par Oli. Le gouvernement a le capital politique et une pression intense pour «livrer» cette fois. En outre, c’était le moment opportun pour Oli de mettre sa rhétorique nationaliste en action à un moment où sa position était contestée en raison de divergences internes entre les partis.

Si le différend territorial est important en soi, il est compliqué par le sentiment d’insécurité du Népal vis-à-vis de l’Inde. La taille relative de l’économie, l’histoire de l’Inde en matière d’intervention dans la politique intérieure népalaise et l’extrême dépendance de l’Inde ont conduit à un complexe d’infériorité et à une montée des sentiments anti-indiens. Celles-ci éclatent en réponse à l’empiètement indien réel et perçu, et sont encore compliquées par les préoccupations de l’Inde au sujet de la Chine. Dans cet esprit, un problème bilatéral entre le Népal et l’Inde s’est entrelacé avec les problèmes géopolitiques plus larges entre l’Inde et la Chine.

Le Népal fait face à une situation peu enviable. L’actuel gouvernement népalais est arrivé au pouvoir, en partie à cause du sentiment anti-indien après le blocus de 2015, et le gouvernement a pris des mesures assez extraordinaires pour renforcer la revendication du Népal sur le territoire contesté. Le Népal croit toujours qu’une solution appropriée peut être trouvée grâce à la diplomatie – mais une solution n’est pas facile. Toute erreur de calcul mineure en provenance de l’Inde ou du Népal mettra à l’épreuve les «relations spéciales» déjà tendues entre les deux nations.

Santosh Sharma Poudel est co-fondatrice de l’Institut népalais de recherche sur les politiques et de la faculté des relations internationales de l’Université Tribhuvan.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire