Hospital staff serve food to the patients suffering from the coronavirus disease (COVID-19) during an evening buffet at a terrace of the Yatharth Hospital in Noida, on the outskirts of New Delhi, India, 15 September, 2020 (Reuters/Adnan Abidi).

Auteurs: Niharika Rustagi et Alfred M Wu, NUS

La réponse de la société civile au COVID-19 en Inde a fourni un soulagement significatif aux personnes en détresse et marginalisées et devrait être soutenue plutôt qu’annulée par le gouvernement. Les ONG et les organisations à but non lucratif (OSBL) se sont réunies pour fournir de la nourriture aux défavorisés. Bien que la réponse de la société civile se soit avérée efficace, les défis et les dilemmes se multiplient à mesure que l’espace pour la société civile se rétrécit.

La réponse perverse du gouvernement a été d’adopter la loi d’amendement sur les contributions étrangères (règlement) (FCRA), qui a des effets potentiellement négatifs sur les ONG et les institutions caritatives. Le gouvernement a également pris des mesures sévères contre les acteurs de la société civile, arrêtant des militants des droits de l’homme et des leaders étudiants et supprimant les militants des libertés civiles.

Bien qu’il s’agisse d’un outil théoriquement efficace pour contenir la propagation rapide du COVID-19, le verrouillage de l’Inde a aggravé les problèmes existants tels que les inégalités économiques, la pauvreté et d’autres maux de la société. Le verrouillage a aggravé la situation de faim déjà désastreuse du pays. Une enquête a observé que les ONG de 13 États indiens ont surpassé les gouvernements des États en termes de repas gratuits. La plupart ont été fournis à des travailleurs migrants qui ont subi une perte de revenu dévastatrice pendant le verrouillage.

Les défis persistent en raison de la faiblesse des liens entre les personnes à faible revenu, les communautés, les organisations sociales et les gouvernements des États. Les chercheurs de l’IIM Ahmedabad ont signalé un accès inadéquat au système de distribution public (PDS), notamment une pénurie de produits essentiels, une arrivée tardive des fournitures, une mauvaise qualité et la discrimination à laquelle sont confrontées les familles des communautés marginalisées.

Les efforts des ONG et des OSBL – essentiels pour fournir une aide alimentaire aux personnes âgées, aux personnes trans, aux travailleurs du sexe et à d’autres personnes ayant des besoins spéciaux – ont été motivés par la mauvaise préparation du PDS. Ils ont également fourni des kits d’équipement de protection individuelle (EPI), facilité les transferts d’argent et la promotion de la sensibilisation au virus, en plus d’organiser des services de transport pour les travailleurs migrants bloqués. Mais les ONG et les OBNL ont du mal à faire face aux dimensions sociales et économiques complexes de la crise.

Le Centre pour l’impact social et la philanthropie de l’Université Ashoka a constaté qu’un tiers des OSBL interrogées utilisaient le financement de programmes existants pour exécuter le travail de secours contre le COVID-19. De nombreuses organisations ont envisagé de mettre fin à leurs activités faute de fonds. Les organisations qui dépendent du financement de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) sont confrontées à de plus grandes difficultés parce que le financement des entreprises est réorienté vers les secours immédiats et le fonds d’assistance aux citoyens et de secours en situation d’urgence (PM CARES) du Premier ministre. Les réductions prévues des bénéfices financiers réduiront probablement davantage les contributions à la RSE.

La loi FCRA pourrait avoir un impact négatif énorme sur les organisations de la société civile et les ONG déjà en difficulté. Le calendrier de l’adoption de la législation FCRA est particulièrement remis en question étant donné le rôle remarquable joué par la société civile dans la lutte contre les effets de la pandémie. Cela rendra le fonctionnement des ONG plus difficile car la loi ne permet pas la redistribution des fonds d’une organisation à d’autres organisations, même si ces dernières restent conformes au FCRA. Cela réduit également les dépenses autorisées sur les dépenses administratives. La loi habilite en outre le ministère de l’Intérieur à suspendre le certificat FCRA d’une organisation pendant plus de 180 jours.

Les subventions ne peuvent pas être accordées à des organisations qui impliquent des fonctionnaires, bien que le fonds PM CARES soit exempté des dispositions de la loi FCRA car il est dirigé par le Premier ministre. Selon la Commission internationale de juristes (CIJ), la législation n’est pas conforme aux «obligations juridiques internationales et aux dispositions constitutionnelles de l’Inde de respecter et de protéger les droits à la liberté d’association, d’expression et de réunion». La Commission a également souligné que ses «dispositions imposeraient des obstacles arbitraires et extraordinaires à la capacité des défenseurs des droits de l’homme et d’autres acteurs de la société civile à mener à bien leur important travail».

Outre le projet de loi FCRA, il y a eu une augmentation des affaires à motivation politique intentées par les autorités indiennes en vertu de lois sévères sur la sédition et le terrorisme contre les critiques du gouvernement. Des dizaines de militants de la société civile ont déjà été emprisonnés pendant la période de verrouillage et continuent d’être arrêtés. La société civile incarne les préoccupations des pauvres, des défavorisés et des vulnérables. C’est un lien crucial entre l’individu et l’État, et les individus se rassemblent dans cet espace. Les associations détiennent avec elles la capacité de contester tout pouvoir abusif de l’Etat.

Les organisations de la société civile indienne ont été reconnues pour leur travail continu et exemplaire en matière de pandémie. Mais ils sont considérés avec méfiance par le gouvernement. Plaider pour le …

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire