L’Inde n’est pas prête pour le RCEP

Auteur: Nilanjan Ghosh, ORF

Le 15 novembre 2020, 15 pays (les 10 pays de l’ASEAN, l’Australie, la Chine, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud) ont signé le Partenariat économique global régional (RCEP). La clameur autour de la décision de l’Inde de se retirer du méga accord commercial était forte. Mais le bloc commercial a laissé la porte ouverte au retour de l’Inde à la table des négociations.

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a organisé une réunion virtuelle entre les dirigeants de l'Asie du Sud-Est et le Premier ministre indien Narenda Modi lors du 17e sommet ASEAN-Inde, le 12 novembre 2020 (Photo: Reuters / Thinh Nguyen, Minh Nguyen).

Le contexte économique du départ de l’Inde est lamentable. Le verrouillage national en réponse au COVID-19 a eu un impact délétère sur l’économie indienne, le PIB se contractant de 23,9% au premier trimestre et de 7,5% au second. Le côté positif est que le chiffre du deuxième trimestre était meilleur que prévu, mais de gros problèmes demeurent. La croissance indienne au cours des trois dernières décennies a été largement tirée par la consommation, mais la consommation a été frappée par le blocage. Il est peu probable que les moratoires sur les prêts aident beaucoup, car seule une petite proportion de la population indienne bénéficie de prêts au secteur formel. Pour stimuler la demande globale, les revenus disponibles doivent être augmentés grâce à des mesures fiscales telles que des déductions fiscales directes et des transferts de revenus directs ciblés.

La croissance économique de l’Inde ralentissait même avant la pandémie, probablement en raison d’une mauvaise combinaison de problèmes structurels et de cycle économique. Avec la pandémie, l’ambition de l’Inde de parvenir à une économie de 5 000 milliards de dollars américains d’ici 2024 est irréalisable, ce qui oblige le PIB à doubler avec des taux de croissance annuels moyens herculéens de 23 à 24%. Les signes actuels de reprise économique sont, tout au plus, le résultat d’une demande latente reportée du blocage et de certaines mesures du côté de l’offre résultant de politiques budgétaires et monétaires expansionnistes.

Le discours du Premier ministre Narendra Modi en mai 2020 a présenté une grande vision de redémarrer l’économie et de la rendre plus autonome. Cette «autosuffisance» est une extension de son idée antérieure «Make in India» et doit être interprétée comme un moyen de créer une économie nationale robuste grâce à la demande d’investissement et de consommation.

Il ne s’agit ni d’une substitution des importations, ni d’empêcher les investissements étrangers. Mais sans un environnement commercial agréable, il n’est pas possible de parvenir à une économie nationale robuste. Par conséquent, Modi a souligné la nécessité de s’attaquer à la terre, au travail, à la liquidité et aux lois pour créer les incitations institutionnelles nécessaires pour relancer l’économie languissante.

Malheureusement, la vision n’a guère été traduite en action. Les interventions proposées du côté de l’offre, telles que l’assouplissement du crédit et certaines incitations du marché des facteurs en faveur des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) sont souhaitables, mais il y a eu peu d’impulsions pour stimuler la demande. La décision du gouvernement de ne pas lancer d’appels d’offres mondiaux pour des achats d’un montant maximal de 2 milliards de roupies (27 millions de dollars) aidera à isoler les MPME de la concurrence mondiale, mais ne résoudra pas les problèmes à long terme. La politique nationale de l’acier 2017, par exemple, identifie les problèmes à long terme comme étant un manque de demande intérieure, des coûts d’intrants élevés et des importations bon marché en provenance de Chine et des pays de l’ASEAN. Ce sont les symptômes du problème et non sa cause.

Beaucoup ont déclaré que le retrait du RCEP était une occasion manquée pour l’Inde, car l’accord aurait aidé les entreprises indiennes à s’intégrer efficacement dans les chaînes de valeur régionales asiatiques. Le RCEP permettrait également à l’Inde d’attirer davantage d’investissements en raison d’un accès préférentiel au marché en croissance des pays du RCEP et de la fuite des capitaux de Chine en réponse à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et à la pandémie.

Pour profiter de ces avantages, l’Inde a besoin d’un environnement commercial compétitif. En termes d’indice de facilité de faire des affaires, l’Inde est en retard sur tous les pays du RCEP, à l’exception du Cambodge, du Laos et des Philippines. Il est donc peu probable que le RCEP soit bénéfique pour les visions «Faire en Inde» ou «Inde autonome» à moins que les réformes des facteurs institutionnels et des marchés de produits nécessaires ne soient mises en œuvre. Celles-ci incluent des réformes dans un marché du travail fragmenté – malgré l’adoption récente de trois projets de loi en 2020 qui ont leurs propres problèmes – et des taxes, y compris le régime de taxe à la consommation qui a un coût élevé de conformité.

Si l’on met de côté les problèmes géopolitiques liés à la présence de la Chine dans le bloc, il existe également des préoccupations macroéconomiques et d’équité en Inde à propos du RCEP. Selon certaines estimations, les gains attendus pour l’Inde en termes de PIB, de commerce et d’investissement grâce au RCEP pourraient être compensés par une baisse du bien-être économique global, compte tenu des effets distributifs sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Cela indique un impact potentiellement problématique du méga accord commercial dans une économie qui est mal positionnée pour l’adopter.

Mais certaines analyses laissent entendre que le RCEP pourrait entraîner un transfert important du commerce des pays non membres vers les pays membres, les traitements préférentiels créant une barrière commerciale relative pour les premiers. Avec l’Inde en dehors de l’accord, cela coûterait à l’Inde à long terme.

Là…

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss