Il est temps de repenser l’éducation et la santé à Delhi au milieu du COVID-19

Auteur: Shivkrit Rai, Haute Cour de Delhi

Le 7 décembre 2020, il a été signalé que les enseignants des écoles publiques de Delhi avaient été mis sous le «  devoir challan  » du COVID-19, imposant des amendes aux citoyens pour ne pas porter de masque facial dans les lieux publics pour arrêter la propagation du virus. Ce n’est pas seulement un piètre substitut à des messages et des services de police efficaces en matière de communication sur la santé du gouvernement, mais cela met également le premier devoir d’enseigner des enseignants en suspens.

Les étudiants interagissent avec leurs enseignants lors de l'inauguration de l'Atal Tinkering Lab à New Delhi, en Inde, le 17 décembre 2020 (Photo: Reuters / Pradeep Gaur).

Pourtant, ce n’est pas le premier cas où le gouvernement du Territoire de la capitale nationale de Delhi (GNCTD) a négligé de défendre les droits socio-économiques fondamentaux. Le 7 juin 2020, le GNCTD a annoncé une politique visant à restreindre les admissions à l’hôpital aux résidents de Delhi uniquement – en discriminant ses non-résidents.

Depuis mars 2020, les enseignants sont chargés de collecter des données, notamment de mener des enquêtes porte-à-porte, ainsi que de distribuer des rations aux travailleurs migrants. En conséquence, les enseignants n’ont pas pu enseigner. Dans certaines régions, il n’y a qu’un enseignant pour 1 000 élèves – ce qui rend impossible d’enseigner et encore moins d’évaluer et d’évaluer les élèves des écoles publiques.

Alors que le débat sur les devoirs des challans du COVID-19 attribués aux enseignants des écoles publiques a tourné autour de la «  dignité du travail  », l’impact de ces décisions politiques sur le droit à l’éducation – un droit fondamental expressément garanti par l’article 21A de la Constitution indienne – n’a pas encore été examiné. Ceci en dépit du fait que plus de 1,8 million d’élèves sont inscrits dans les écoles publiques sous le contrôle du GNCTD.

La politique du GNCTD est en violation directe de la loi de 2009 sur le droit à l’éducation (loi RTE). Conformément à la loi, le gouvernement a l’obligation de veiller à ce qu’une éducation de bonne qualité soit dispensée aux élèves. Selon le barème de la loi RTE, les enseignants doivent travailler au minimum 45 heures par semaine. Pourtant, comme le gouvernement attribue aux enseignants des tâches COVID-19, il est devenu difficile, voire impossible, de respecter ces normes.

La politique augmentera l’écart en matière d’éducation entre ceux qui dépendent de l’éducation financée par l’État et ceux qui ont accès à l’enseignement privé. Cela entraînera également des taux d’abandon plus élevés dans les écoles publiques. Un rapport de 2018 a montré que les taux d’abandon parmi les élèves des écoles publiques de Delhi étaient déjà en hausse malgré les efforts déployés par le gouvernement pour augmenter les inscriptions.

La pandémie COVID-19 aggrave la situation. Le gouvernement n’a pas pris de mesures adéquates pour aider les étudiants à poursuivre leurs études en toute sécurité pendant la pandémie, comme la fourniture de tablettes ou d’ordinateurs portables aux étudiants pauvres qui étudient dans les écoles publiques de Delhi.

De plus, la politique de repas de midi lancée pour assurer la sécurité alimentaire et maintenir les niveaux de nutrition des élèves des écoles publiques reste suspendue.

Le programme est considéré comme une augmentation des inscriptions dans les écoles. Il a également aidé les ménages pauvres car le fardeau de nourrir les enfants était allégé par les écoles publiques. Au début de la pandémie, les responsables du GNCTD ont assuré que l’argent des repas de midi serait transféré sur les comptes bancaires des ménages éligibles, mais aucun argent n’a été transféré depuis avril 2020.

La situation a finalement été portée devant la Haute Cour de Delhi, où le GNCTD a déposé un affidavit réclamant la bonne mise en œuvre de son programme de repas de midi pendant la pandémie. La Cour a constaté des divergences dans l’affidavit et a ordonné au GNCTD de le soumettre de nouveau.

Le problème est que le gouvernement estime que de tels programmes peuvent avoir des impacts mesurables et directs sur l’éducation – mais il ne s’agit pas d’une compréhension nuancée d’un phénomène aussi complexe que l’éducation.

En revanche, l’approche d’Amartya Sen se concentrerait sur la capacité de l’individu à convertir des ressources en réelles opportunités. Les capacités individuelles découlent de la «vraie liberté» et pas seulement des «libertés formelles». Un individu a besoin non seulement de la liberté formelle de faire ou d’être quelque chose, mais aussi des opportunités socio-économiques pour y parvenir.

Alors que le GNCTD attribue aux enseignants des tâches COVID-19, le droit à l’éducation pour la majorité des élèves des écoles publiques de Delhi est devenu une simple liberté formelle – réduisant leurs opportunités réelles de réaliser leurs capacités.

Bien que la Government School Teachers Association fasse valoir que le retrait des enseignants de leurs fonctions COVID-19 serait dans l’intérêt des élèves, aucune mesure ne semble avoir été prise pour inverser la situation.

La situation est peut-être pire sur le front de la santé. Le 7 juin 2020, le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal, a annoncé que les hôpitaux publics et privés de la ville ne seraient accessibles qu’aux résidents de Delhi. Cela exclut non seulement les non-résidents d’accéder à leur droit à la santé, mais risque également d’aggraver la propagation du COVID-19.

Contrairement au droit à l’éducation, il n’y a pas de …

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire

Powered by VLoss