Le retour prudent de l’Inde en Afghanistan

Auteur : Manoj Joshi, ORF

Bien qu’elle ait été renversée par l’effondrement du gouvernement Ghani d’Afghanistan à la mi-août 2021, New Delhi a rapidement rétabli sa présence dans le nouvel Afghanistan dirigé par les talibans.

Début juin 2022, une équipe dirigée par JP Singh, co-secrétaire à la tête du bureau Pakistan-Afghanistan-Iran au ministère indien des Affaires extérieures, s’est rendue à Kaboul et a rencontré de hauts ministres talibans.

Alors que l’Inde a clairement indiqué que rien de tout cela n’impliquait la reconnaissance du gouvernement taliban, les talibans ont souligné l’importance politique de la visite.

New Delhi a agi rapidement pour s’affirmer comme un acteur important en Afghanistan après la chute du gouvernement Ghani. Alors que l’Inde donne l’impression de jouer en solitaire, elle agit en réalité en étroite coordination avec les États-Unis sur la base d’intérêts partagés. Les deux nations cherchent à stabiliser le pays, à promouvoir un gouvernement inclusif et à refuser l’espace aux groupes militants. Le représentant spécial des États-Unis pour l’Afghanistan, Tom West, s’est entretenu avec des responsables indiens en mai 2022, ainsi qu’avec Abdullah Abdullah, l’ancien directeur général de l’Afghanistan à New Delhi.

L’Inde a de nombreuses raisons de favoriser des relations plus étroites avec l’Afghanistan. Le communiqué de presse accompagnant la visite de Singh parlait des «liens historiques et civilisationnels» de l’Inde – mais sa politique est principalement motivée par la crainte qu’un Afghanistan dirigé par les talibans ne renforce le poids géopolitique du Pakistan.

Les talibans eux-mêmes ne sont pas considérés comme une menace pour l’Inde, mais leurs liens avec le Pakistan et des groupes djihadistes tels que Lashkar-e-Tayyiba et Jaish-e-Mohammad sont inquiétants. L’Afghanistan est important pour les aspirations économiques continentales de l’Inde, y compris des liens plus étroits avec l’Asie centrale et l’Iran. Ces objectifs sont actuellement entravés par le blocage par le Pakistan de l’accès indien à la région.

L’essentiel est résumé par le titre de l’étude de l’universitaire SOAS de l’Université de Londres Avinash Paliwal sur la politique afghane de l’Inde, « My Enemy’s Enemy ». Les talibans ont peut-être des liens étroits avec Islamabad, mais les relations historiques entre l’Afghanistan et le Pakistan n’ont pas été amicales, en particulier lorsqu’ils contestent la ligne Durand (la frontière afghano-pakistanaise) et le statut des Pachtounes qui vivent au Pakistan et en Afghanistan. En effet, les talibans offrent un sanctuaire au groupe d’insurgés anti-pakistanais Tehreek-e-Taliban Pakistan (les talibans pakistanais).

La relation Pakistan-Taliban reste compliquée. Le gouvernement intérimaire taliban avait une forte faction pro-pakistanaise basée sur le réseau Haqqani, une organisation militante islamiste fondée dans les années 1970 qui opère désormais comme une partie importante des talibans. Au lieu d’aider le Pakistan à contrôler les Tehreek-e-Taliban Pakistan, les talibans s’efforcent de conclure un accord de paix à long terme pour mettre fin à leur insurrection de 14 ans contre Islamabad – un accord qui nécessiterait des concessions importantes de la part du Pakistan.

Une région tribale stabilisée des deux côtés de la ligne Durand réduirait la violence dans les deux pays et bloquerait la résurgence de groupes comme l’État islamique de la province de Khorasan (ISIS-K) et Al-Qaïda. Mais cela n’atténuerait pas les inquiétudes de l’Inde quant à l’accès que les groupes djihadistes pakistanais pourraient avoir au territoire afghan. Pour y parvenir, l’Inde aura besoin d’un effet de levier sur les talibans, tandis que des liens avec New Delhi fourniraient au régime de Kaboul un moyen d’équilibrer le Pakistan.

En novembre 2021, le conseiller indien à la sécurité nationale Ajit Doval a organisé le troisième dialogue sur la sécurité régionale sur l’Afghanistan à New Delhi. L’Inde a clairement indiqué que son objectif n’était pas de ressusciter une alliance pour renverser les talibans, mais qu’elle cherchait à empêcher la renaissance de groupes comme ISIS-K et Al-Qaïda. Ce thème de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’Afghanistan a été répété lors des pourparlers de juin 2022.

L’Inde a annoncé en février 2022 qu’elle fournirait 50 000 tonnes de blé à l’Afghanistan pour l’aide humanitaire et que, dans une concession inhabituelle, le Pakistan a autorisé ces expéditions à voyager par voie terrestre à travers son territoire. L’Inde est le plus grand fournisseur d’aide au développement de la région en Afghanistan depuis 2001, ayant investi 3 milliards de dollars américains dans des projets d’infrastructure couvrant des écoles, des routes, des barrages et des hôpitaux – qui augmentent tous leur influence sur les talibans.

Tout dépendra de l’évolution des talibans 2.0. Sans un chef suprême comme le fondateur en 1994 du premier émirat islamique d’Afghanistan, le mollah Omar, les nouveaux talibans sont confrontés à des défis selon des clivages tribaux, régionaux et personnels.

New Delhi a signalé sa volonté de renforcer ses liens avec Kaboul de manière calibrée – elle envisage d’autoriser le transporteur national afghan à reprendre ses vols vers l’Inde et a posté une “équipe technique” dans son ambassade à Kaboul pour fournir des services consulaires aux Afghans. Le grand défi pour l’Inde et les États-Unis est d’apaiser les craintes des Pakistanais que l’Inde…

Source : East Asia Forum