Catégories
Inde

Lutter contre la corruption en Inde et en Chine

Auteur : Yifei Yan, Université de Southampton

Le 19 mai 2023, la Reserve Bank of India a annoncé le retrait de la circulation de ses billets de 2 000 roupies avec effet immédiat. Bien que présentée comme un « non-événement », cette décision était un rappel clair de l’initiative de démonétisation du pays de 2016 – largement reconnue comme l’initiative phare de lutte contre la corruption du Premier ministre Narendra Modi.

Le Premier ministre indien Narendra Modi et le président chinois Xi Jinping assistent au sommet des BRICS à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 27 juillet 2018 (Photo : Reuters/Mike Hutchings)

L’engagement de Modi dans la lutte contre la corruption s’est poursuivi depuis lors. La présidence indienne du G20 en 2023 comportera une série de réunions de groupes de travail anti-corruption visant à renforcer la coopération internationale dans ce domaine.

Malgré ses ambitions, les progrès de Modi dans la réduction de la corruption semblent limités. La récente performance de l’Inde dans l’indice de perception de la corruption (CPI) de Transparency International a été décevante et l’administration Modi a fait face à une vague de critiques concernant ses campagnes anti-corruption.

La Chine, voisine de l’Inde et autre membre du G20, a également eu du mal à concrétiser ses ambitions anti-corruption. Malgré la campagne anti-corruption très médiatisée et sans précédent du président chinois Xi Jinping, qui visait à attraper à la fois les « gros tigres » et les « petites mouches », l’amélioration de l’IPC de la Chine a été tout aussi limitée et a été critiquée comme se faisant au détriment des libertés fondamentales. .

L’IPC est une mesure largement utilisée de la perception de la corruption au niveau national. Les perceptions de la corruption couvertes par l’IPC sont principalement celles des experts, des hommes d’affaires et des citoyens ordinaires, tandis que les perceptions des fonctionnaires et des agents publics ont été largement ignorées. Mais les fonctionnaires sont à la fois les cibles et les exécutants des initiatives anti-corruption. Tirer parti de leur « point de vue interne » sous-exploré peut contribuer à élargir la compréhension actuelle de la corruption et des efforts de lutte contre la corruption.

Une étude récente a exploré ces « perspectives internes » à travers des entretiens approfondis et ouverts avec 44 responsables gouvernementaux de Chine et d’Inde. L’étude a recueilli les perceptions des personnes interrogées sur l’efficacité des politiques et institutions anti-corruption existantes et a mis en évidence les facteurs qui, selon eux, faciliteraient le mieux la réduction de la corruption.

Les résultats de cette étude suggèrent un large degré d’accord sur le fait que le gouvernement, ou plus spécifiquement le pouvoir administratif, peut et doit jouer un rôle à travers une variété de canaux politiques sociaux, éducatifs et numériques. Ce point peut être mieux apprécié à la lumière de la manière dont les efforts anti-corruption ont été dirigés depuis longtemps dans les deux pays.

Traditionnellement, l’Inde s’appuie fortement sur le système judiciaire et législatif ainsi que sur la vigilance des citoyens pour lutter contre la corruption. Entre-temps, les organes de contrôle du parti – en particulier la Commission centrale de contrôle de la discipline – ont assumé un rôle dominant dans le réseau politique anti-corruption de la Chine. La proactivité du gouvernement dans la construction de plateformes numériques améliorant la transparence ou le renforcement de la moralité bureaucratique par le biais de programmes de formation et de sensibilisation à l’intégrité du secteur public est ainsi proposée et mise en pratique de diverses manières dans les deux pays comme moyen efficace de signaler son engagement et d’améliorer l’efficacité des initiatives anti-corruption.

Au-delà de leur accord global sur le rôle du pouvoir administratif, les opinions des personnes interrogées divergent nettement sur ce qu’est la corruption. Les responsables des deux pays ont souligné que la corruption n’est pas un problème purement économique et que sa réduction ne peut être obtenue uniquement par le développement économique. Mais les répondants chinois ont souligné que la répartition des bénéfices du développement est un déclencheur potentiel de corruption. Pour les répondants indiens, la corruption est davantage liée au faible niveau de développement du pays et à l’accessibilité des services sociaux, notamment pour les populations défavorisées.

De telles différences peuvent refléter les défis de développement distinctifs auxquels les deux pays sont confrontés, ainsi que les diverses formes de corruption auxquelles ils sont confrontés. La pauvreté est une plus grande préoccupation en Inde, tandis qu’en Chine, ce sont les inégalités qui sont plus alarmantes. La corruption liée à l’accès à l’argent — dans le cadre de laquelle de vastes projets de collusion visent à redistribuer des actifs autrefois détenus par l’État entre les élites — est plus répandue en Chine, tandis qu’en Inde, la corruption prend le plus souvent la forme de paiements « d’argent rapide » destinés à accélérer le transfert d’argent. accélérer le processus bureaucratique ou éviter la file d’attente pour les services publics de base.

Indépendamment de ces différences, les responsables des deux côtés ont estimé qu’aucun des mécanismes actuels visant à réduire la corruption n’était particulièrement efficace à lui seul. Même les propositions très populaires sur la transparence et la technologie, telles que celles mises en œuvre dans le cadre des réformes de l’administration électronique, n’ont pas reçu beaucoup d’éloges, la majorité des responsables interrogés estimant que l’administration électronique ne pourrait contribuer à réduire la corruption que sous certaines conditions. Entre autres choses, une meilleure éducation et des infrastructures ont été soulignées…

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading