Ghosn critique le système de poursuites japonais comme discriminatoire

L’ancien président de Nissan Motor Co. Carlos Ghosn, qui a fui le Japon en 2019 avant d’être jugé pour inconduite financière présumée, a réitéré lundi son innocence lors d’une conférence de presse virtuelle et a critiqué le système de poursuites japonais comme étant manifestement discriminatoire.

Ghosn, qui a sauté la caution et s’est enfui au Liban, a justifié sa fuite en notant que son arrestation en 2018 et le traitement ultérieur avaient été une violation de ses droits humains en vertu du système juridique du pays.

“J’ai découvert petit à petit, la discrimination, l’injustice, qu’à la fin de la journée je n’aurais pas un procès équitable”, a-t-il déclaré au Club des correspondants étrangers du Japon.

L’ancien président de Nissan Motor Co. Carlos Ghosn s’exprime lors d’une conférence de presse en ligne organisée par le Club des correspondants étrangers du Japon le 6 décembre 2021. Ghosn a sauté la caution et a fui le Japon pour le Liban en attendant son procès en 2019. (Kyodo) == Kyodo

Couverture associée :

L’ex-assistant de Ghosn maintient son innocence lors de l’audience finale sur l’affaire Nissan

Les procureurs veulent des peines de prison de 2 ans pour les Américains qui ont aidé Ghosn à fuir

Au cours de la conférence de presse, Ghosn a exprimé sa croyance en l’innocence de l’ancien dirigeant de Nissan, Greg Kelly, qui a été inculpé pour avoir aidé son ancien patron à sous-estimer sa rémunération. Le tribunal de district de Tokyo rendra sa décision le 3 mars.

“Il a fallu 3 ans et 3 mois pour le juger sur une seule accusation”, a déclaré Ghosn. “Combien d’années cela va-t-il prendre pour moi?”

La conférence a eu lieu alors que l’édition japonaise de son livre “Broken Alliances” co-écrit avec un ancien journaliste français Philippe Ries devrait être mise en vente cette semaine au Japon.

“Le livre a été écrit parce que je ne pouvais pas parler”, a déclaré l’ancien président. “(Je) m’exprime pour la première fois… après plusieurs mois passés dans l’ignorance.”

“Ce pour quoi je me bats, ce sont mes droits et ma réputation. Rien d’autre”, a-t-il déclaré.

Ghosn, qui a été arrêté pour la première fois en novembre 2018, fait face à des accusations de sous-déclaration de sa rémunération pendant des années et d’utilisation abusive des fonds du constructeur automobile.

L’ancien président, qui a dirigé Nissan pendant environ deux décennies, a nié toutes les accusations, insistant sur le fait que d’autres responsables de l’entreprise complotaient pour le forcer à quitter le constructeur automobile japonais.

Deux Américains, qui ont aidé Ghosn à s’échapper en le cachant dans une boîte et en l’amenant à bord du jet privé vers la Turquie, ont été reconnus coupables plus tôt cette année à l’issue d’un procès au Japon.

Source : Kyodo News