Le Japon s'inquiète des exercices militaires chinois près de Taïwan

Le Japon a exprimé mercredi son inquiétude concernant l’activité militaire chinoise autour de Taïwan à la suite de la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi sur l’île, soulignant la nécessité d’une résolution pacifique des problèmes inter-détroit dans un contexte de tensions accrues.

Des préoccupations similaires ont été partagées par les ministres des Affaires étrangères du Groupe des sept pays industrialisés, qui comprend le Japon, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Ils ont réaffirmé dans un communiqué leur “engagement partagé à maintenir l’ordre international fondé sur des règles, la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et au-delà”.

A Tokyo, le porte-parole du gouvernement japonais, Hiroakazu Matsuno, a déclaré que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan sont importantes non seulement pour la sécurité du Japon mais aussi du monde.

“Nous espérons que les problèmes concernant Taïwan seront résolus pacifiquement par le dialogue”, a déclaré Matsuno lors d’un point de presse.

Tokyo a fait part de son inquiétude à la Chine concernant les exercices militaires prévus près de l’île autonome, que Pékin considère comme la sienne, affirmant que la zone touchée chevauche la zone économique exclusive du Japon.

Les exercices militaires, y compris des exercices de tir réel, devraient avoir lieu dans six endroits autour de Taïwan de jeudi à dimanche.

Le Japon a suivi de près la visite à Taïwan du président de la Chambre des représentants des États-Unis, la première du titulaire du puissant poste au Congrès en 25 ans, pour évaluer son impact sur la sécurité régionale.

Lorsqu’on lui a demandé si le Japon soutenait la visite de Pelosi à Taïwan, Matsuno a répondu : “Nous ne sommes pas en mesure de commenter”.

Cette visite très médiatisée a entraîné une montée des tensions entre la Chine et les États-Unis. Pékin avait averti que l’armée chinoise “ne resterait jamais les bras croisés”, tandis que Washington a déclaré que la visite ne signalerait pas un changement dans sa politique à Taiwan.

Pékin considère Taïwan comme une province renégat à réunifier au continent, par la force si nécessaire.

Le Japon entretient des liens économiques étroits avec Taïwan depuis la rupture des relations diplomatiques avec Taipei et leur établissement avec Pékin en 1972.

Les tensions accrues entre le détroit – et le risque d’une éventualité – sont une préoccupation pour le Japon en raison de sa proximité avec Taïwan. Le Japon et la Chine sont en désaccord sur les îles Senkaku en mer de Chine orientale, des îlots inhabités administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine.

“C’est dans notre quartier. Nous devrions éviter une situation dans laquelle (les exercices) affecteraient le Japon de quelque manière que ce soit”, a déclaré un haut responsable du gouvernement.

Les ministres des Affaires étrangères du G-7 ont déclaré dans leur déclaration qu’ils étaient “préoccupés par les actions menaçantes récentes et annoncées” de la Chine, en particulier les exercices de tir réel et la coercition économique.

“Il n’y a aucune justification pour utiliser une visite comme prétexte à une activité militaire agressive dans le détroit de Taiwan”, ont-ils déclaré, avertissant que la “réaction d’escalade de Pékin risque d’accroître les tensions et de déstabiliser la région”.

“Nous appelons la RPC à ne pas modifier unilatéralement le statu quo par la force dans la région”, a déclaré le G-7, faisant référence à l’acronyme de la République populaire de Chine, le nom officiel du pays.

Les autres membres du G-7 sont le Canada, l’Allemagne et l’Italie, plus l’Union européenne.

Dans le cadre de sa tournée en Asie, Pelosi doit se rendre au Japon plus tard cette semaine et pourrait rencontrer le Premier ministre Fumio Kishida.

Matsuno a déclaré que le gouvernement “salue” sa première visite au Japon en sept ans comme une opportunité de promouvoir les échanges bilatéraux.

Couverture connexe :

La présidente de la Chambre des États-Unis, Pelosi, arrive à Taiwan, provoquant la colère de la Chine

Les États-Unis ne veulent pas de crise avec la Chine à propos du voyage de Pelosi à Taiwan (responsable)

Source : Kyodo News

Laisser un commentaire

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

La Chine exhorte le Japon à rester fidèle à son engagement en matière de désarmement nucléaire

La Chine a exhorté lundi le Japon à rester fidèle à son…

Le Japon bat le Chili 1-0 pour atteindre les quarts de finale de football féminin

Le Japon s’est qualifié mardi pour les quarts de finale de football…

Le Japon étend 30 milliards de dollars. yens de prêts à Maurice après une marée noire

Le Japon accordera jusqu’à 30 milliards de yens (284 millions de dollars)…