Catégories
Japon

Le Japon envisage de clarifier l’héritage d’Abe dans une directive de sécurité révisée

Le Japon prévoit de mettre en lumière les initiatives diplomatiques prônées par l’ancien Premier ministre assassiné Shinzo Abe dans sa politique de sécurité à long terme qui devrait être mise à jour d’ici la fin de cette année, a indiqué mercredi une source gouvernementale.

Dans la stratégie de sécurité nationale révisée, Tokyo mentionnera également qu' »aucun changement unilatéral du statu quo par la force ne sera toléré » sur Taïwan, car la Chine a intensifié la provocation militaire contre l’île démocratique autogérée.

Photo d’archive prise le 8 août 2022 montrant le ministère de la Défense à Tokyo. (Kyōdo) ==Kyōdo

Abe, qui a été tué par balle en juillet, est connu pour avoir proposé un cadre de sécurité appelé « Quad », impliquant l’Australie, l’Inde, le Japon et les États-Unis, et promu un « Indo-Pacifique libre et ouvert » pour faire face à la croissance régionale croissante de la Chine. assurance.

Ces formulations ne sont pas clairement mentionnées dans la stratégie de sécurité actuelle. En héritant de la politique d’Abe, le Premier ministre japonais Fumio Kishida devrait tenter de travailler avec d’autres pays démocratiques pour la stabilité dans la région Asie-Pacifique.

Pékin et Taipei sont gouvernés séparément depuis leur séparation en 1949 à la suite d’une guerre civile. La Chine considère Taiwan comme une province à réunifier au continent, par la force si nécessaire.

La Chine a tenté de renforcer sa sécurité et son poids économique dans la région pour contrer le Quad et le plan Indo-Pacifique libre et ouvert, le président Xi Jinping décrivant à plusieurs reprises Taiwan comme un « intérêt fondamental ».

Si le Japon révise sa stratégie nationale d’une manière qui irriterait la Chine, les tensions entre les deux puissances asiatiques pourraient encore se détériorer, mettant éventuellement en péril l’environnement sécuritaire dans les eaux voisines, ont déclaré des experts des affaires étrangères.

Les relations sino-japonaises se sont effilochées après qu’Abe, le Premier ministre japonais le plus ancien avant de démissionner en 2020, a déclaré à la fin de l’année dernière que toute urgence concernant Taiwan en serait une pour le Japon et pour l’alliance de sécurité nippo-américaine.

Au Japon, pendant ce temps, le Parti libéral démocrate, dirigé par Kishida, s’est fixé pour objectif de doubler les dépenses de défense du pays à 2 % ou plus du produit intérieur brut au cours des cinq prochaines années dans le cadre des efforts visant à lutter contre les menaces militaires de la Chine.

Le Parti communiste chinois au pouvoir a critiqué la décision du Japon, tout en fustigeant les États-Unis et leurs alliés en matière de sécurité pour s’être efforcés de construire une « alliance anti-chinoise en Asie » et d’établir une version asiatique de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord.

Kishida, qui s’est engagé à renforcer « fondamentalement » les capacités de défense du Japon, a convoqué un groupe d’experts pour discuter de la mise à jour de trois documents gouvernementaux clés liés à la sécurité, dont la stratégie de sécurité nationale.

Il s’agirait de la première révision de la directive sur la politique de sécurité et de diplomatie depuis son adoption en 2013, alors qu’Abe en était à son deuxième mandat en tant que premier ministre. Abe a été le premier à lancer le Quad et son concept Indo-Pacifique libre et ouvert a ensuite été intégré à la stratégie américaine.

Après la mort d’Abe, un faucon conservateur, les États-Unis, le plus important allié du Japon en matière de sécurité, ont salué ses réalisations, le président Joe Biden déclarant dans un communiqué que la vision indo-pacifique libre et ouverte de l’ancien dirigeant « durera ».

Pour le Japon, une éventualité autour du détroit de Taiwan est particulièrement préoccupante, étant donné la proximité des îles Senkaku en mer de Chine orientale, un groupe d’îlots inhabités administrés par Tokyo mais revendiqués par Pékin.

Taïwan est également devenu une source de souches américano-chinoises. La Chine s’est fermement opposée à tout échange officiel entre les États-Unis et Taïwan.

Début août, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, la troisième plus haute responsable du pays, s’est rendue à Taïwan malgré une violente réaction de la part de la Chine.

À la suite de la visite de Pelosi, la Chine a effectué des exercices militaires à grande échelle dans les zones entourant Taïwan en représailles, tirant des missiles balistiques, dont certains sont tombés dans la zone économique exclusive du Japon en mer de Chine orientale.

Source : Kyodo News


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading