East Asia Forum

Auteur: Phuong Pham, Université Queen Mary de Londres

Le Vietnam gère relativement bien l’épidémie de COVID-19. Le Vietnam a confirmé un total de 327 cas avec 278 récupérés et aucun décès, ce qui est assez faible compte tenu de sa proximité avec la Chine. Le Vietnam a gagné des distinctions internationales comme l’un des pays les plus prospères d’Asie pour contenir le virus. Mais le Vietnam pourrait gagner plus que des éloges internationaux, surtout en termes politiques.

La gestion efficace du coronavirus a donné au Parti communiste du Vietnam (CPV) l’occasion de « regagner la confiance de son peuple et de renforcer sa légitimité au milieu des critiques sur la façon dont le parti a traité plusieurs problèmes fin 2019 et début 2020 ». La légitimité du Parti s’est récemment détériorée en raison d’un certain nombre de problèmes, notamment l’affrontement meurtrier entre le gouvernement et les civils cette année concernant un différend foncier à Dong Tam ainsi que la corruption généralisée au sein du Parti.

Le Vietnam est considéré comme l’un des régimes les plus répressifs d’Asie, avec un bilan abyssal en matière de droits de l’homme. Mais le régime a été très transparent dans sa réponse à la crise, diffusant régulièrement à la télévision et tenant ses citoyens informés de la pandémie via des SMS. Compte tenu de cela, les médias nationaux sont inondés d’éloges du public sur l’efficacité du gouvernement et du Parti.

L’amélioration de l’image du CPV sera essentielle pour l’avenir de la politique intérieure au Vietnam, en particulier alors que le Parti se prépare pour le 13e Congrès national, qui devrait se tenir en janvier 2021. Les éloges internationaux et nationaux pour le CPV lui ouvriront la voie pour gagner. le consensus du peuple sur ses futures initiatives.

L’épidémie de coronavirus au Vietnam offre également aux forces militaires et de police l’occasion de renforcer leur image. Tant l’armée que la police ont conquis le cœur des gens en les soutenant dans la lutte contre la pandémie. Si l’épidémie est contenue, la crédibilité des militaires et de la police augmentera certainement. Ces forces sont deux instruments essentiels utilisés pour maintenir la sécurité du régime vietnamien. Si leur crédibilité est élevée, le CPV pourra les utiliser plus efficacement pour renforcer leur pouvoir politique.

Avant l’épidémie de COVID-19, les forces militaires et de police du Vietnam n’avaient pas une bonne réputation publique. La brutalité policière est généralisée, plusieurs décès ayant été signalés en garde à vue. La campagne anti-corruption du CPV a également poursuivi plusieurs généraux militaires de haut rang, notamment le vice-ministre de la défense nationale, l’amiral Nguyen Van Hien. Mais au milieu de la crise du COVID-19, la crédibilité de ces deux forces est sans précédent. Les photos sont devenues virales sur Facebook, les saluant comme des «héros nationaux» et des «soldats de l’oncle Ho», ce qui étouffe momentanément les griefs du passé.

L’efficacité du leadership du CPV pendant la pandémie de COVID-19 renforce également le prestige du Vietnam sur la scène internationale. Avec seulement une fraction du budget des soins de santé d’autres pays prospères, la performance des services de santé du Vietnam est surprenante. Non seulement le Vietnam a réussi à contenir le virus, mais il a également fait don de fournitures médicales à d’autres pays, vendant même des combinaisons médicales aux États-Unis.

Les largesses du Vietnam reflètent son esprit international et son sens des responsabilités. Le Vietnam est actuellement président de l’ANASE et membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Avec sa réponse exceptionnelle au virus, sa coopération et sa transparence, le Vietnam bénéficiera sans aucun doute d’un soutien international accru à l’avenir. De plus, le Vietnam offre un modèle pour d’autres pays de la région qui cherchent à contenir COVID-19 avec des ressources limitées.

Pourtant, des mesures de contrôle strictes ont eu un impact négatif sur l’économie du Vietnam. La croissance du PIB du Vietnam a atteint environ 3,82% au premier trimestre 2020, le plus bas depuis 2010. La fermeture prolongée et à grande échelle a entraîné la perte de près de 5 millions de travailleurs vietnamiens.

Malgré cela, les gains de légitimité du CPV l’emportent toujours sur les pertes. En plus de prioriser les ressources pour lutter contre la pandémie, le gouvernement a également mis en œuvre des politiques pour atténuer l’impact économique de COVID-19. Par exemple, le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a publié la directive 11, définissant des mesures pour aider les entreprises touchées par l’épidémie.

Le Vietnam va probablement rebondir rapidement après la pandémie grâce à l’efficacité et à la résilience du gouvernement pendant la crise. En effet, le gouvernement lève progressivement son verrouillage et permet aux gens de reprendre le travail. Des blocages subsistent dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est. Cela signifie que le Vietnam sera une bonne destination pour les entreprises occidentales à investir pendant la période post-coronavirus, en particulier les entreprises des États-Unis ou d’Europe. Ces développements pourraient ouvrir la voie pour que le Vietnam devienne une puissance intermédiaire à part entière d’ici 2030, ce qui est une mission vitale pour le régime.

Le Vietnam a obtenu non seulement des éloges de la communauté internationale, mais aussi des gains politiques substantiels de l’épidémie de COVID-19. Sortir de la crise avec peu de dégâts renforcera considérablement la légitimité du CPV, qui à son tour jettera les bases de l’avenir du régime à parti unique.

Phuong Pham est un étudiant diplômé de la School of Politics and International Relations de l’Université Queen Mary de Londres.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire