Catégories
Viêtnam

À la recherche de pâturages plus verts pour une croissance durable au Vietnam

Auteur : Joseph Négrine, ANU

Comme dans de nombreux pays, les perspectives de croissance du Vietnam sont remises en question par des objectifs contradictoires. Le Parti communiste au pouvoir vise à atteindre le statut de pays à revenu élevé d’ici 2045, ce qui améliorerait les indicateurs de bien-être. Mais le Parti s’est également engagé sur divers objectifs environnementaux. Compte tenu de la vulnérabilité du Vietnam au changement climatique, il devrait donner la priorité à la « croissance verte » – en veillant à ce que les atouts naturels de l’économie puissent soutenir le bien-être des générations futures.

Des fruits et légumes sont en vente sur un marché à Hô Chi Minh-Ville, le 18 avril 2023. (Photo : Reuters/Alexandra Schuler/dpa via Reuters Connect)

Au cours des trois dernières décennies, le Vietnam a utilisé ses avantages compétitifs dans l’agriculture et sa main-d’œuvre bon marché pour augmenter ses exportations à un taux moyen de 12 % par an. Mais la longévité de cette croissance tirée par les exportations est douteuse. La baisse des rendements du riz et des captures de la pêche suggère que les niveaux de production du Vietnam, encouragés par la demande d’exportation, épuisent ses ressources naturelles.

Les agriculteurs du delta du Mékong ont cherché à augmenter leur production de riz avec des semences à haut rendement et des engrais chimiques. Cette culture intensive a dégradé la qualité des sols, ce qui risque de réduire la fertilité globale des sols et les rendements des cultures au fil du temps. Pour éviter que des développements internes non durables n’étouffent la croissance future, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a soutenu les méthodes du système de riziculture intensive visant à augmenter les rendements du riz tout en réduisant les coûts et la consommation d’eau. Des études récentes indiquent qu’une plus grande coordination entre les agriculteurs et le gouvernement – ​​ainsi qu’une formation accrue – sont nécessaires pour sa mise en œuvre.

Le potentiel disruptif des nouvelles technologies pose un défi supplémentaire à la croissance du Vietnam tirée par les exportations. Une automatisation de plus en plus sophistiquée pourrait éliminer l’avantage concurrentiel du Vietnam dans le secteur manufacturier à forte intensité de main-d’œuvre et conduire les usines à déménager ailleurs. Les stratégies de croissance existantes ne peuvent ni améliorer le niveau de vie, ni protéger l’environnement.

Si la croissance rapide des secteurs agricole et manufacturier vietnamiens a amélioré le niveau de vie, elle s’est accompagnée d’une augmentation spectaculaire de la demande énergétique des producteurs et des consommateurs. Les émissions de gaz à effet de serre ont plus que quadruplé entre 2000 et 2015 et cette tendance devrait se poursuivre. Grâce aux ambitions de croissance économique du Vietnam, plus de la moitié de sa population pourrait avoir rejoint la classe moyenne mondiale d’ici 2035. Cela devrait entraîner une croissance de la demande d’électricité de 6 à 7 % par an, à mesure que les consommateurs exigent des technologies numériques et d’autres ressources énergétiques. biens intensifs.

Une part importante du « mix énergétique » vietnamien est constituée de sources non renouvelables nocives comme le charbon (49,7 pour cent), le pétrole (21,7 pour cent) et le gaz (5,9 pour cent). L’utilisation continue d’énergies non renouvelables est préoccupante en raison de l’impact du changement climatique sur le pays. Le Vietnam est l’un des pays les plus gravement touchés par le changement climatique. Les plus pauvres du Vietnam – dont beaucoup vivent le long du delta du Mékong, dans des zones fréquemment inondées – seront touchés de manière disproportionnée.

La dégradation de l’environnement – ​​causée en partie par des pratiques de croissance non durables – augmentera la pollution de la mer et de l’air, avec toute une série de conséquences sociales et sanitaires. Une étude de 2017 a révélé que « la pollution de l’air était la sixième cause de décès au Vietnam » et une majorité de participants Hanoïens à une autre enquête ont déclaré que la pollution de l’air était plus préoccupante que la sécurité de l’emploi. Ces conséquences ont des répercussions négatives sur l’économie. L’augmentation des taux de maladie et de décès impose un fardeau plus lourd au système de santé et aux finances publiques, tout en réduisant également la productivité.

Plusieurs défis clés ont un impact sur la capacité du Vietnam à passer à des pratiques durables, dont beaucoup résultent de la conception institutionnelle et du leadership du pays.

La faisabilité d’une stratégie de croissance verte dépend largement de la capacité des décideurs politiques à « fixer les bons prix » et à corriger les défaillances du marché. Les instruments actuels de tarification du carbone au Vietnam, incarnés dans la taxe de protection de l’environnement, sont « inférieurs à ceux de la plupart des pays et trop faibles pour encourager une décarbonation à grande échelle ». Pour galvaniser le changement structurel, il faut une combinaison de taxes et de subventions plus élevées qui encouragent l’utilisation des sources d’énergie renouvelables et l’investissement dans celles-ci.

La croissance verte est limitée par la capacité institutionnelle à investir dans des technologies plus vertes et à les adopter. La prédominance des entreprises publiques dans les secteurs industriels – et l’inefficacité de leur allocation des ressources – limite ce potentiel. Une plus grande participation du secteur privé est considérée comme une voie vers une augmentation des niveaux de productivité et la faisabilité de la croissance verte. Les entreprises privées, notamment étrangères, sont mieux placées pour accéder et adopter des technologies plus vertes. Le gouvernement vietnamien devra peut-être s’engager à accroître la participation du secteur privé et la croissance sur le marché intérieur.

Les directives et la planification du gouvernement vietnamien provoquent actuellement des échecs de coordination qui limitent les progrès. Cela se voit dans les objectifs environnementaux contradictoires et qui se chevauchent entre la stratégie nationale du Vietnam sur le changement climatique à l’horizon 2050 et sa stratégie de croissance verte 2021-2030. Des échecs de coordination sont également constatés dans la région du delta du Mékong, où « les rôles de planification et de mise en œuvre sont répartis entre plusieurs ministères, agences et provinces ».

Même si la coordination institutionnelle est améliorée, la corruption reste une préoccupation. L’acceptation de pots-de-vin et de paiements irréguliers pour échapper aux réglementations environnementales limite l’efficacité des mesures environnementales.

Malgré les avantages considérables que la croissance verte pourrait apporter au Vietnam, sa faisabilité est fortement compromise. Même si ces défis ne sont pas insolubles, ils nécessitent des changements importants dans la conception institutionnelle et la philosophie du gouvernement.

La résolution de ces problèmes générera probablement des problèmes supplémentaires. La transition vers une croissance durable déclenchera des changements structurels, nécessitant des filets de sécurité sur le marché du travail pour recycler les travailleurs déplacés – dont beaucoup sont pauvres et non qualifiés. Les taux de croissance pourraient également en souffrir, réduisant ainsi la capacité du Vietnam à atteindre son objectif de revenu élevé pour 2045. Malgré cela, des mesures doivent être prises pour promouvoir la croissance verte et éviter les conséquences économiques, sociales et sanitaires à long terme d’une croissance non durable.

Joseph Negrine est boursier Tuckwell à l’Université nationale australienne. Il est chercheur invité au Centre Asie-Pacifique pour le droit de l’environnement (APCEL) de l’Université nationale de Singapour. Les opinions exprimées dans cet article sont les siennes et ne reflètent pas celles de l’APCEL.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading