La fausse promesse d’une industrialisation de substitution aux importations en Inde

Auteur : Arvind Panagariya, Université de Columbia

Les attentes selon lesquelles la substitution des importations en Inde pourrait réussir cette fois-ci reposent sur la double hypothèse que la politique est mise en œuvre dans un environnement très différent du passé et que les instruments déployés sont également différents. Mais les précédents épisodes de substitution aux importations du pays différaient également les uns des autres sur ces dimensions et chacun d’entre eux a échoué.

Le Premier ministre indien Narendra Modi attend ses invités au sommet du G20 à New Delhi, en Inde, le 9 septembre 2023 (Photo : Kay Nietfeld/Reuters).

Si les partisans de l’industrialisation par substitution aux importations jugent son succès uniquement sur sa capacité à établir et à maintenir l’industrie ciblée, on pourrait admettre leur argument. Avec des importations de marchandises représentant 21 pour cent du PIB en 2022 contre moins de 5 pour cent en 1970, l’économie offre des possibilités considérables de substitution des importations. Les volumes importants d’importations de nombreux produits témoignent de l’existence d’une demande intérieure pour ceux-ci. Refuser l’entrée de leurs importations créera un espace pour l’émergence de fournisseurs nationaux de ces mêmes produits ou de proches substituts.

Mais un tel succès ne serait pas différent des précédents cycles de substitution des importations, que l’Inde a poursuivis pendant plusieurs décennies après son indépendance. À cette époque, l’Inde a réussi à établir de nombreuses industries – notamment l’acier, l’aluminium, les engrais, les produits chimiques et l’automobile – derrière un mur de protection.

Cette fois-ci – sans licences d’investissement, marchés du travail et des capitaux moins rigides, aucune restriction imposée à la production à grande échelle, entrée plus libre des investisseurs étrangers et absence de restrictions sur les importations de technologies – la réponse de l’offre intérieure sera probablement plus rapide. La différence entre les prix des importations et les coûts de production nationaux est également plus faible, ce qui limite la perte de bien-être due aux distorsions provoquées par les droits d’importation.

Le véritable succès de la substitution des importations ne doit pas être jugé par sa capacité à créer et à maintenir des industries protégées, mais par sa capacité à accélérer la croissance de l’ensemble de l’économie. Les arguments en faveur de la substitution des importations s’effondrent selon cette métrique. Les produits bénéficiant d’une protection coûtent souvent plus cher à produire dans le pays qu’à l’étranger, alors que l’inverse est vrai pour les produits non protégés. La protection soutient les produits les plus coûteux en incitant les ressources à y accéder et à quitter les produits moins coûteux.

Une erreur courante parmi les décideurs politiques est que la substitution des importations peut être poursuivie avec succès parallèlement à la promotion des exportations pour stimuler le PIB. Cela ne tient pas compte du fait qu’avec un volume fixe de ressources disponibles à un moment donné, soutenir un sous-ensemble d’industries signifie en décourager d’autres.

Un examen des séries totales d’importations et d’exportations pour n’importe quel pays sur une période de 10 ans ou plus démontre que lorsque la substitution des importations réussit à réduire les importations totales, elle réduit également les exportations totales.

Les droits d’importation sur les intrants sont un canal par lequel les droits d’importation nuisent aux exportations et aux produits finaux de substitution aux importations. Ces droits réduisent la rentabilité des produits finaux utilisant les intrants, qu’ils soient exportés ou vendus sur le marché intérieur. Un canal plus général par lequel les droits de douane nuisent aux exportations est l’appréciation du taux de change réel. L’appréciation de la monnaie fait que l’exportateur gagne moins de roupies indiennes pour chaque dollar américain d’exportations.

Deux évolutions récentes, qui se renforcent mutuellement, ont encore plus compromis le succès d’une politique activiste d’industrialisation de substitution aux importations. Premièrement, grâce aux progrès des technologies des transports et des communications, le coût du transport de marchandises et d’informations sur de longues distances a considérablement diminué. Deuxièmement, la technologie moderne a donné naissance à des produits complexes de consommation de masse, tels que les smartphones et les tablettes, dotés d’une conception et d’un contenu informatifs substantiels. Cela a également permis de diviser plus efficacement les processus de production des anciens et des nouveaux produits.

Ces développements ont permis d’atteindre l’efficacité en localisant l’innovation des produits, la conception des produits, la production des composants et l’assemblage dans de nombreux pays, en fonction de leurs avantages en termes de coûts. L’iPhone en est un bon exemple : son innovation, sa conception, la fabrication de nombreux composants et son assemblage sont répartis dans deux douzaines de pays. L’industrialisation par substitution aux importations décourage l’industrialisation en mettant des obstacles à cette spécialisation internationale.

Le scepticisme à l’égard d’une industrialisation de substitution aux importations ne doit pas être confondu avec un pessimisme quant aux perspectives économiques de l’Inde. Malgré le retour à une forme légère d’ISI, l’Inde a pris les bonnes mesures dans presque tous les autres domaines. En plus d’éliminer les rigidités des marchés de produits et de facteurs grâce à des réformes économiques libérales, le pays a construit ses infrastructures à une vitesse vertigineuse, en se concentrant sur les routes, les chemins de fer, les voies navigables, les ponts, les aéroports, les ports et les plateformes numériques.

Le gouvernement central et certains gouvernements d’État ont également courtisé les multinationales…

Source : East Asia Forum