Catégories
Indonésie

Les Indonésiens investissent hors de leurs frontières

Les Indonésiens investissent davantage à l’étranger, notamment en Asie, en Amérique latine et, plus récemment, en Afrique.

Les investissements directs indonésiens à l’étranger ont été multipliés par trois en 2011. Ils sont passés de 2,7 milliards de $ (2010) à 7,7 milliards de $ l’an dernier, selon des statistiques de la Banque centrale rapportées par le Jakarta Post. « Les compagnies indonésiennes ont commencé à réaliser que le marché domestique est en train de se saturer », estime, toujours selon le quotidien anglophone, Sofjan Wanandi, président de l’Apindo (l’Association indonésienne des employeurs).

L’économie indonésienne est l’une des plus dynamiques d’Asie, avec un taux annuel moyen d’expansion de 6,5%. Mais les goulots d’étranglement sont importants. Selon le Lipi (l’Institut indonésien des sciences), les transports représentent 30% des coûts de production en Indonésie (contre 12% en Chine). En outre, les syndicats indonésiens sont très influents. A la suite de débrayages, ils viennent d’obtenir une augmentation de 23% du Smig dans des banlieues industrielles de Jakarta (au lieu des 16% proposés par l’Apindo). Entre-temps, les investissements directs indonésiens à domicile se sont élevés à 8,4 milliards de $ en 2011, contre 6,7 milliards de $ l’année précédente, soit une augmentation de 25%.

Catégories
Indonésie Société

En Indonésie, manifestez votre indignation avec sandales ou fleurs

La population commence à réagir face aux brutalités policières et à l’intransigeance de la justice à l’égard des adolescents.

Deux frères, Faisal, 14 ans, et Busri, 17 ans, ont été retrouvés morts dans leur cellule à Sumatra. Faisal avait été arrêté pour vol d’un tronc de mosquée et Bursri pour celui d’une moto. La police affirme qu’ils se sont pendus. Des organisations humanitaires ont constaté que leurs corps étaient couverts de blessures, de marques d’électrochoc, etc.,- en bref, de nombreux indices de torture. Pour le moment, neuf policiers ont été légèrement sanctionnés pour n’avoir pas réussi à prévenir les soi-disant suicides.

Les petits délinquants sont maltraités par une police indonésienne trop longtemps impunie. La justice, de son côté, ne leur fait guère de cadeaux. Mais des changements s’amorcent. Pour avoir battu un adolescent qui lui avait volé une paire de tongs usés et deux de ses camarades, un policier à été condamné à trois semaines de détention. L’adolescent risquait cinq ans de prison. Mais une campagne publique – des milliers de tongs déposés dans les commissariats – a poussé le juge à relâcher le fautif. A Soe, ville florale de l’est indonésien, l’arrestation d’un adolescent de 16 ans, qui avait volé huit adeniums dans un jardin, a été suivie du dépôt de mille de ces fleurs au commissariat par la population.

Catégories
Indonésie Société

Consommation de drogues: des pilotes indonésiens sanctionnés

L’aviation civile indonésienne effectue des contrôles auprès des équipages. Résultat : sept pilotes ont été récemment sanctionnés pour consommation de drogues.

L’Indonésie a connu, voilà quelques années, de graves problèmes de sécurité aérienne, à telle enseigne que ses avions, y compris ceux de la compagnie nationale Garuda, avaient été temporairement interdits dans les aéroports européens. Alors que cette mauvaise image s’estompe, le trafic aérien se heurte à une nouvelle difficulté. Des tests sanguins effectués de septembre 2011 à début février 2012 ont déjà conduit à la sanction de six pilotes, tous employés par la compagnie privée Lion Air. Leurs licences ont été révoquées.

Le septième cas a été révélé, le 6 février à l’aéroport international Sukarno-Hatta de Jakarta, lors du contrôle de 94 membres d’équipages. «Un co-pilote a été interdit de vol parce qu’il s’est avéré positif» à la consommation de drogues, selon le vice-ministre des transports, Bambang Susantono. «Une analyse plus poussée [des urines] est donc nécessaire», a-t-il ajouté. L’identité du co-pilote et celle de la compagnie qui l’emploie n’ont pas été divulguées. Le vaste archipel indonésien est un lieu de passage et de consommation de drogues, notamment
d’amphétamines.

Catégories
Indonésie Politique

Indonésie : les extrémistes deviennent des terroristes

La frontière entre radicaux et terroristes islamistes est de plus en plus brouillée, conclut une enquête à Cirebon (Java ouest).

Contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne vont plus au Pakistan ou en Afghanistan apprendre la fabrication et le maniement des explosifs. En Indonésie, les auteurs, en 2011 d’attentats-suicides (à Cirebon, contre une mosquée, 32 blessés ; à Solo, contre une église) ont appris seuls, sur la Toile, à assembler leurs bombes. Ces hommes « sont passés du maniement des bâtons et des pierres, au nom de la moralité et de la lutte contre la déviance, à l’utilisation de bombes et d’armes automatiques,- une tendance qui peut devenir la norme », estime Sidney Jones, experte de l’ICG (International Crisis Group).

Le rapport – Indonésie : From Vigilantism To Terrorism (www.crisisgroup.org) – fait valoir que les frontières idéologiques et tactiques parmi les radicaux islamistes sont désormais brouillées. Du coup, les groupes extrémistes ou les milices islamistes peuvent nourrir en recrues le terrorisme. Chômeurs sans instruction sont, au départ, des militants de mouvements radicaux animés par des prédicateurs islamistes qui prônent la violence. L’ultime pas à franchir est celui de l’action. La tolérance des autorités à l’égard des milices islamistes facilite cette évolution.

Catégories
Histoire Indonésie

Suharto, « principal responsable » des massacres de 1965

L’ancien dictateur (1966-1998) a été le « principal responsable » des massacres qui ont fait un demi-million de morts en 1965-1966.

La Commission nationale des droits de l’homme (Komnas-HAM) a publié, le 8 février, un rapport attribuant à Suharto « la principale responsabilité » dans les massacres anti-communistes de 1965-1966 qui ont fait, selon plusieurs experts, au moins un demi-million de victimes en Indonésie. « Notre enquête montre que le Commandement opérationnel en charge de la restauration de la sécurité et de l’ordre [Kopkamtib], dirigé par l’ancien président Suharto, a été le premier responsable », a déclaré au Jakarta Post Adi Prasetyo, membre de Komnas-HAM.

Après l’assassinat de six généraux le 30 septembre 1965, le général Suharto avait pris la situation en mains, créé Kopkamtib et blâmé le parti communiste (interdit en 1966), déclenchant un bain de sang dans lequel avaient également trempé les milices musulmanes. Depuis la chute de Suharto, l’armée et de la nomenclature d’ancien régime se sont efforcés de prévenir tout débat public sur ces évènements. L’enquête de Komnas-HAM représente un pas en avant dans l’établissement de la vérité. Kontras, la Commission sur les disparus et les victimes de violence, estime toutefois qu’il est insuffisant.

 

Catégories
Indonésie

A Jakarta, la cinquième plus haute tour de la planète

Tomy Winata, l’un des hommes les plus riches d’Indonésie, a décidé de doter Jakarta d’une tour de 111 étages, la cinquième la plus haute de la planète.

638 m, 111 étages, un milliard de dollars, la tour « Signature » sera plantée au centre de Jakarta, sur le bvd Sudirman. Telle est l’ambition de Tomy Winata, auquel Forbes a attribué en 2006 la 35ème fortune d’Indonésie. Elle sera légèrement plus élevée que la Shanghai Tower (632 m) dont la première pierre a été posée le 8 janvier 2012. Selon le site Arch Daily, repris par le Jakarta Post, la tour Signature se retrouvera en cinquième position derrière la Kingdom Tower (Jeddah, 1.000 m), le Burj Khalifa (Dubai, 828 m), la tour Ping An (Shenzen, 660 m, dont l’inauguration est prévue en 2015) et la tour LightDMC (Séoul, 640 m).

Né en 1958, d’origine chinoise, Tomy Winata est un homme d’affaires controversé, présenté comme un membre du « gang des 9 », une mafia indonésienne. Selon Wikileaks, l’ambassade des Etats-Unis à Jakarta l’a gratifié de « relations particulièrement proches » avec le président indonésien, ce qui a été démenti par les intéressés. Tomy Wanata, pilier du groupe Artha Graha, a confié la réalisation de « Signature » à la société JIHD, dont il est le principal actionnaire (15,87%) avec Sugianto Kusuma (9,76%), autre membre du « gang des 9 ».

 

Catégories
Indonésie

Indonésie: les 40 premières fortunes représentent 10% du PNB

La richesse accumulée par les 60 millions d’Indonésiens les plus pauvres est l’équivalente de celle des 40 premières fortunes de leur pays.

De telles disparités n’existent ni au Vietnam ni en Thaïlande. Si l’économie indonésienne, la plus importante d’Asie du sud-est, affiche une croissance robuste depuis quelques années (un taux annuel d’expansion supérieur à 6%). Les écarts de revenus ont tendance à se creuser : les 40 premières fortunes du pays représentent plus de 10% du PNB, soit la richesse accumulée par les 60 millions d’habitants les plus pauvres, selon une enquête de l’ONG Perkumpulan Prakarsa citée par le Jakarta Post.

Setyo Budiantoro, directeur de cette ONG, a précisé que les écarts de revenus étaient aujourd’hui supérieurs à ceux observés du temps de Suharto, acculé à la démission en 1998 et décédé dix ans plus tard. La famille de Suharto et son entourage ont été accusés d’avoir accumulé des dizaines de milliards d’€ pendant les trente ans de règne de l’ancien dictateur. Selon le Jakarta Post, Setyo a estimé que le creusement des écarts de revenus échappait, aujourd’hui, au grand public en raison du silence du gouvernement et des organisations financières internationales. Membre du G-20, l’Indonésie est courtisée à la fois par les Etats-Unis et la Chine en raison du rôle-clé qu’elle pourrait jouer dans la région.

 

Catégories
Indonésie Société

Indonésie : cachez ce short…

Les jeunes filles sont « encouragées » par la police à ne pas sortir en shorts. L’islamisation se renforce dans un pays qui compte près de 90% de musulmans.

Deux jeunes filles ont été réprimandées lorsqu’elles se sont présentées en shorts à l’entrée d’un stade pour y assister à un match de football. Les policières chargées du contrôle de sécurité leur ont demandé de se vêtir, la prochaine fois, de « tenues appropriées » afin « d’éviter la pornographie ». L’incident a été photographié et la police de Tangerang, municipalité limitrophe de Jakarta, a reconnu les faits.

Selon le Jakarta Globe, le porte-parole de la police municipale a rapporté que les policières avaient été invitées « à suggérer et à encourager » les filles « à ne pas porter de shorts parce que nous voulons éviter des choses indésirables ». Il a ajouté : « l’âge ne rentre pas en ligne de compte, seuls des vêtements appropriés comptent », a-t-il estimé. Les associations de défense des droits de l’homme ont protesté, estimant que les forces de l’ordre devraient protéger les femmes au lieu de « blâmer les victimes ». « Si elles interdisent aux femmes de porter des shorts, elles leur interdiront bientôt d’assister à des matchs de football et, pourquoi pas, de sortir de chez elles », a déclaré l’un de leurs représentants.