East Asia Forum

Auteur: Richard Javad Heydarian, Manille

Peu de temps après sa victoire électorale écrasante en 2016, le président philippin Rodrigo Duterte déclaré son intention de tracer une nouvelle voie pour les Philippines indépendantes des États-Unis. Quelques mois plus tôt, il rendu clair qu’il avait l’intention de contacter la Chine pour obtenir de l’aide au développement.

Quatre ans plus tard, Duterte a choqué le monde en nixation unilatérale l’Accord de 1999 sur les forces en visite (VFA) – la cheville ouvrière de l’alliance philippine-américaine depuis la fin de la guerre froide.

La présidence de Duterte marque la plus grande transformation de la politique étrangère des Philippines depuis Colonisation américaine il ya un siècle. Certains critiques le décrivent comme un Candidat mandchou – une ‘Philippin Hugo Chavez»- qui transformera un allié américain de longue date en mandataire régional de la Chine. D’autres le considèrent comme plus d’écorce que de morsure, soulignant fondamentaux solides des relations philippines-américaines malgré la menaces répétées pour les couper.

Un examen plus attentif révèle une image indéterminée, où Duterte n’a en grande partie pas le pouvoir unilatéral de dicter la politique étrangère et de défense du pays. Il doit faire face à la fois à l’establishment de la défense et au grand public, qui considèrent la Chine comme une menace stratégique majeure.

Des efforts concertés sont déployés, notamment par les plus hauts responsables de Duterte, pour sauver l’alliance. Même au sein de son propre cabinet, plusieurs responsables clés cherchent à maintenir le VFA, tandis que le Sénat philippin, dominé par des alliés de Duterte, a contesté la constitutionnalité de la décision unilatérale du président à la Cour suprême. Le résultat est un politique étrangère bifurquée avec diverses factions d’élite nourrissant des patrons stratégiques concurrents.

Il existe deux écoles de pensée concurrentes sur l’impact de Duterte sur la politique étrangère des Philippines. La première pose que la rhétorique douloureuse de Duterte doit être prise au sérieux, mais pas littéralement. Après tout, il a encore à agir sur ses menaces répétées d’expulser des soldats américains stationnés dans le pays.

La seconde fait valoir que la présidence de Duterte inflige des dommages importants à l’alliance philippine-américaine au milieu d’un soi-disant «pivoter vers la Chine».

En réalité, la politique étrangère des Philippines sous Duterte est un mélange de changement et de continuité.

Contrairement à son prédécesseur sceptique en Chine, Benigno Aquino – qui a poursuivi la Chine devant un tribunal international pour des différends en mer de Chine méridionale – Duterte rendu clair que Pékin est un partenaire de développement national privilégié. Il a aussi fièrement dit les médias chinois que les États-Unis sont un partenaire peu fiable, d’où sa préférence pour un «Doux» et «humble» relation avec Pékin. Cela signale une approche largement transactionnelle envers les grandes puissances.

Ce changement radical de politique étrangère est en partie le résultat de la marque de Duterte proto-nationalisme (ou ‘Dutertismo’), sa campagne présidentielle servant de référendum sur l’oligarchie libérale des Philippines à l’ouest. La victoire décisive de Duterte contre ses deux rivaux entraînés aux États-Unis, Manuel Roxas III et Grace Poe, a servi à rejeter partiellement Politique étrangère centrée sur les États-Unis.

Duterte a également exploité habilement un climat de peur, un favoritisme politique enraciné et notes d’approbation historiquement élevées pour pousser les Philippinesmarche présidentielle»À sa limite logique. En conséquence, il a rapidement colonisé différentes branches de l’État, créant un présidence impériale pour la première fois depuis la chute de la dictature de Marcos. Cette «autoritarisation» a permis à Duterte de refondre radicalement la politique étrangère de son pays. Duterte a également exploité une écart de crédibilité dans l’engagement des États-Unis aux Philippines, qui était entièrement exposé pendant la crise du haut-fond de Scarborough.

À l’opposé, la Chine offert une matrice claire des coûts – y compris escalade militaire – et avantages, à savoir investissements à grande échelle.

Pourtant, Duterte est confronté à un recul concerté d’autres centres de pouvoir aux Philippines, en particulier établissement de défense. Le secrétaire philippin à la Défense, Delfin Lorenzana, critique ouvertement leharcèlement»Des Philippines. Et à plusieurs reprises, les Forces armées des Philippines (AFP) fuite d’informations aux médias sur les actions agressives de la Chine dans la mer de Chine méridionale, tout en appel au gouvernement de prendre une position plus ferme contre la Chine.

Les Philippines’ laiton supérieur restes largement favorable d’une solide coopération en matière de défense avec les États-Unis. L’administration Trump double également repousser contre la Chine, expansion aide à la défense et clarifier les paramètres de son engagement envers des alliés régionaux tels que les Philippines.

L’AFP doit encore signer un accord de défense majeur ou un accord stratégique avec la Chine. Le conseiller philippin pour la sécurité nationale, Hermogenes Esperon, a ouvertement mis en garde contre le potentiel de sécurité nationale “menace»Posés par les investissements chinois aux Philippines. Les vues de l’AFP – qui ont facilité la chute de deux présidents au cours des dernières décennies – importent à Duterte, qui a ouvertement avoué ses craintes que les militaires ne le chassent s’il franchissait certaines lignes rouges.

Malgré sa popularité, Duterte est sous la pression constante du public. Enquêtes montrent à plusieurs reprises que près de neuf citoyens sur dix veulent que les Philippines affirment leurs droits souverains et résistent à l’empiètement de la Chine dans les eaux philippines. Grâce à la militarisation incessante de la Chine et àmilice-sation»Des différends en mer de Chine méridionale – associés à une quasi-absence de tous les investissements chinois importants dans les infrastructures – Duterte fait face à une riposte sans relâche contre son orientation stratégique favorable à Pékin.

Dans le même temps, l’intensification des désaccords sur les questions des droits de l’homme, y compris l’imposition par les États-Unis d’interdictions de voyager et d’autres sanctions potentielles contre les hauts responsables philippins, a conduit à gel diplomatique de fait dans les relations philippines-américaines.

En abrogeant unilatéralement la VFA, Duterte risque d’enhardir l’aventurisme chinois dans les eaux des Philippines, y compris la militarisation potentielle du haut-fond contesté de Scarborough. Il risque également d’affaiblir la capacité du pays à faire face à toute une série de menaces à la sécurité non traditionnelles.

Le résultat est un impasse stratégique, par lequel les Philippines ne développent ni nouvelle alliance avec la Chine, ni abandonnent totalement leur coopération en matière de défense avec les États-Unis. Malgré tous ses efforts pour révolutionner la politique étrangère des Philippines, Duterte a, au mieux, inauguré une ère de découragement stratégique.

Richard Javad Heydarian est un universitaire, chroniqueur et auteur basé à Manille L’Indo-Pacifique: Trump, la Chine et la nouvelle lutte pour la maîtrise mondiale (Palgrave, 2019) et La montée de Duterte: une révolte populiste contre la démocratie d’élite (Palgrave, 2017).

Une version plus longue de cet article apparaît dans la dernière édition du East Asia Forum Quarterly, «Jeu de puissance moyenne», Vol. 12 n ° 1.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

You May Also Like

Les internautes chinois protestent contre la journée de deuil national pour les victimes du virus

De nombreux internautes chinois ont été mécontents de l’annonce faite par le…

2000 cochons ont été expédiés par avion depuis Brest vers la Chine

https://fr.theepochtimes.com/2000-cochons-ont-ete-expedies-avion-brest-vers-chine-1285294.html Source link

Traiter avec les États-Unis tels qu’ils sont

Auteur: Comité de rédaction, ANU Les États-Unis sous le président Trump se…

L’Indonésie ou l’émergence d’une puissance moyenne

Un universitaire américain estime que l’Indonésie est devenue une puissance moyenne et qu’elle en joue désormais le rôle. Le jugement ne fait pas l’unanimité.