East Asia Forum

Auteur: Justin Yifu Lin, Université de Pékin

Afin de réaliser ses objectifs de doubler le PIB de 2010 et le PIB par habitant d’ici 2020, la Chine doit atteindre au moins 5,6% de croissance cette année. Cet objectif de croissance n’aurait pas été difficile à atteindre sans l’épidémie inattendue de COVID-19 en janvier.

La Chine a pris des mesures efficaces pour réprimer la pandémie. Tout le pays était sous verrouillage en février. En mars, les mesures de contrôle ont été assouplies et la production et l’activité ont repris. Mais de nombreuses entreprises orientées vers l’exportation ont connu une baisse ou une annulation soudaine des commandes en raison de l’impact de COVID-19 en Europe, aux États-Unis et dans d’autres parties du monde. Le PIB de la Chine a baissé de 6,8% en glissement annuel au premier trimestre de 2020.

Le risque d’une deuxième vague possible d’infections au COVID-19 signifie que des mesures de prévention doivent être inculquées et normalisées alors que la Chine s’engage sur la longue route de la reprise économique. Au deuxième trimestre, la croissance économique de la Chine devrait connaître une lente reprise. La croissance de la Chine en 2020 dépendra d’un rebond aux troisième et quatrième trimestres.

L’Organisation mondiale du commerce prédit cette marchandise mondiale le commerce va diminuer entre 13% et 32% cette année. La croissance de la Chine dépendra donc principalement de l’augmentation de sa demande intérieure d’investissement et de consommation. Si le taux de croissance peut atteindre 10% aux troisième et quatrième trimestres, le taux de croissance annuel se situera entre 3% et 4%.

Du point de vue de la marge de manœuvre budgétaire et monétaire de la Chine, et compte tenu de la capacité de mise en œuvre du gouvernement, il n’est pas impossible d’atteindre un taux de croissance de 5% ou plus pour l’année en stimulant l’investissement et la consommation intérieure. Mais pour y parvenir, la croissance en glissement annuel aux troisième et quatrième trimestres devra atteindre environ 15%.

Compte tenu de la nécessité de normaliser les mesures de prévention et de contrôle des épidémies ainsi que des incertitudes auxquelles est confrontée l’économie mondiale, la Chine devrait conserver une certaine marge de manœuvre politique au cours des prochaines années. Selon le FMI, Perspectives économiques mondiales publiée en avril, l’économie mondiale se contractera de 3% en 2020. Si la Chine peut croître de 3 à 4% cette année, ce sera une grande réussite.

Tant qu’elle maintiendra une croissance de 3 à 4% l’an prochain, les objectifs de doubler son PIB de 2010 et son PIB par habitant seront atteints d’ici 2021. Dans cette pandémie mondiale et récession économique qui se produit une fois en un siècle, il est tout à fait compréhensible et raisonnable de reporter d’un an la cible fixée il y a 10 ans.

Par le passé, l’impact des crises financières et économiques sur l’économie se faisait généralement sentir du côté de la demande. COVID-19, d’autre part, a choqué à la fois l’offre et la demande. Auparavant, le gouvernement chinois s’appuyait principalement sur des politiques monétaires et fiscales pour soutenir les investissements dans les infrastructures qui créaient des emplois et stabilisaient la croissance économique. Cette fois, en plus de nouveaux projets d’infrastructure, La Chine doit soutenir la consommation des ménages et aider les petites et moyennes entreprises à traverser cette tempête difficile.

Pour accroître la consommation, la Chine peut délivrer des bons aux familles pauvres, moyennes et à faible revenu des zones urbaines et aux chômeurs, et relever le niveau d’assurance-vie minimale et d’assistance aux familles à faible revenu à la campagne.

Selon une enquête de l’Université de Tsinghua, 85% des entreprises privées en mars auront du mal à survivre au cours des trois prochains mois. La faillite des entreprises entraînera une augmentation du chômage. De plus, une fois la pandémie terminée, les entreprises en faillite seront confrontées à de nombreuses difficultés lors de leur reconstruction. La protection des entreprises est donc essentielle car elle protège les emplois et maintient les fondements de l’économie chinoise. En termes de soutien aux entreprises, la Chine peut retarder le remboursement des prêts, augmenter les prêts aux entreprises et réduire leurs impôts et leurs dépenses de location.

Dans l’ensemble, le gouvernement chinois devrait profiter de son espace de politique budgétaire et monétaire favorable pour stabiliser le système financier, augmenter les crédits pour aider les entreprises, investir dans de nouvelles infrastructures et fournir le soutien nécessaire aux familles touchées par la pandémie. Ces mesures contribueront à accroître la demande intérieure, à maintenir la stabilité sociale et à éliminer le goulot d’étranglement de la croissance économique future. La Chine a la capacité de maintenir un taux de croissance raisonnable en 2020. Comme depuis 2008, la Chine stimulera la croissance et la reprise économiques mondiales à la sortie de la crise des coronavirus.

Justin Yifu Lin est doyen de l’Institut de nouvelle économie structurelle et professeur à l’École de développement national de l’Université de Pékin.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

L’Asean après le couac de Phnom Penh : trouver des rails

L’incapacité des Dix de l’Asean à adopter, face à Pékin, une position commune sur la mer de Chine du Sud annonce une phase de sérieuse introspection.

Pourquoi faut-il se méfier du fait que la Chine devient le leader mondial de la technologie 5G

La Chine a rapidement déployé l’équipement de la cinquième génération de la…