East Asia Forum

Auteur: Stephen Olson, Hinrich Foundation

La pandémie de coronavirus a remis en cause plusieurs hypothèses qui sous-tendent le commerce mondial depuis des décennies. Au moment où la poussière se dépose, l’approche mondiale du commerce pourrait être très différente.

Bien que ce réexamen soit antérieur à la pandémie, l’extension des chaînes d’approvisionnement mondiales aura beaucoup moins de sens dans le monde post-COVID-19. Les efficacités économiques très vantées générées par l’extrême spécialisation de la production et les stocks juste à temps seront désormais mis en balance avec les vulnérabilités qu’ils intègrent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales si même un seul maillon de la chaîne tombe en panne. La montée du nationalisme économique et les rivalités stratégiques aggravent encore ces vulnérabilités.

Dans l’équilibre entre l’efficacité économique et la sécurité de l’approvisionnement, le pendule revient vers la sécurité. Ce changement s’appliquera non seulement aux fournitures médicales essentielles mais à l’ensemble du spectre des échanges. Rappelez-vous que de nombreuses installations de production automobile, en Corée du Sud, au Japon et ailleurs, ont suspendu leurs opérations au début de l’épidémie de coronavirus lorsque le flux de composants critiques en provenance de Chine a été interrompu.

La production automobile n’est pas une question de vie ou de mort, mais la leçon – que la dépendance excessive à l’égard d’un marché unique n’est pas durable – reste la même. Les tendances mondiales indiquent que cette leçon est facilement absorbée.

Les entreprises et les gouvernements cherchent désormais activement une plus grande couverture contre le risque de dépendance dans le commerce. Des politiques encourageant une plus grande production intérieure – et à conserver davantage de ce qui est produit à la maison – sont mises en œuvre dans les économies développées et en développement. Le Vietnam a interdit les exportations de riz. L’Inde a restreint les exportations d’un antipaludéen qui pourrait être utile dans la lutte contre le COVID-19.

Les États-Unis, bien que modifiant ultérieurement leur position, ont interrompu les livraisons de masques faciaux produits par la société américaine 3M à destination d’autres pays. Selon Global Trade Alert, au moins 54 pays ont institué une certaine forme de restriction à l’exportation de fournitures médicales depuis le début de l’année.

La technologie joue également un rôle essentiel. La nécessité de produire des fournitures médicales a poussé des entreprises telles que Boeing, Ford et General Electric à adopter l’impression additive – une tendance qui ne fera que faciliter la délocalisation des chaînes d’approvisionnement.

Lors de la récente réunion des ministres des Finances du G20 à Riyad, le ministre français des Finances Bruno Le Maire – un ardent défenseur de l’approfondissement de l’intégration économique – a posé une question qui, il y a quelques années à peine, aurait semblé inconcevable:

«Voulons-nous continuer à dépendre au niveau de 90% ou 95% de la chaîne d’approvisionnement de la Chine pour l’industrie automobile, l’industrie pharmaceutique, l’industrie aéronautique ou en tirons-nous les conséquences pour créer de nouveaux usines, de nouvelles productions, et pour être plus indépendant et souverain? Ce n’est pas du protectionnisme – c’est juste la nécessité d’être souverain et indépendant d’un point de vue industriel ».

Le commentaire de Le Maire illustre le débat politique avec lequel les responsables du monde entier se débattent, même dans des pays qui ont toujours été de fervents défenseurs du commerce et de l’intégration.

Alors que les débats politiques et les délibérations du conseil d’administration continuent de se dérouler, il en résultera probablement des chaînes d’approvisionnement plus courtes, une plus grande importance accordée au commerce régional et une dépendance moindre à l’égard d’un seul partenaire commercial. Cela pourrait avoir de grandes implications pour l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (PTPGP). Le CPTPP fournit une plate-forme logique pour répondre à certains des risques découlant de COVID-19.

La Chine et les États-Unis sont les principaux partenaires commerciaux et d’investissement des membres du PTPGP. Étant donné l’importance économique des deux pays et les défis inhérents à la délocalisation des chaînes d’approvisionnement, cette tendance ne changera pas de façon spectaculaire du jour au lendemain. Mais puisque ni la Chine ni les États-Unis ne sont actuellement parties au PTPGP, l’accord est un véhicule utile pour réaliser une plus grande diversification des échanges et des investissements. Cet accord, ainsi que l’accord en cours du RCEP, permet aux membres d’Asie de l’Est de renforcer leurs relations plus près de chez eux plutôt qu’à travers le Pacifique.

En tant que groupement d’économies auto-sélectionné et volontaire, ostensiblement déterminé à promouvoir le commerce et l’investissement entre ses membres, le PTPGP pourrait fournir un certain degré d’isolation contre la montée des restrictions à l’exportation.

Le CPTPP étant positionné pour devenir plus pertinent dans le monde post-COVID-19, le nombre de membres augmentera. Bien qu’une certaine opposition nationale se soit manifestée, la Thaïlande devrait être la première, mais plusieurs autres pays, dont la Corée du Sud, l’Indonésie et les Philippines, ont également manifesté leur intérêt.

Le Japon semble être le responsable informel du recrutement de nouveaux membres, les responsables japonais travaillant déjà en étroite collaboration avec leurs homologues thaïlandais sur les mécanismes d’adhésion. Le rôle du Japon n’est pas un hasard. Les responsables japonais comprennent désormais les dangers d’une dépendance excessive à l’égard d’un marché unique. Le Japon dépend de la Chine pour environ 37% de ses importations de pièces automobiles et 21% de ses importations de biens intermédiaires dans l’ensemble.

À la lumière des perturbations du COVID-19, le Japon fait un effort concerté pour réduire ses dépendances de la chaîne d’approvisionnement vis-à-vis de la Chine. Le récent projet de loi de relance adopté par le législateur japonais a alloué 2,2 milliards de dollars américains pour aider les fabricants japonais à délocaliser leur production hors de Chine. Ce désir d’une plus grande diversification s’inscrit dans le cadre de l’engagement ferme du Japon envers le PTPGP et conduit à une poussée encore plus proactive de nouveaux membres.

La pandémie de COVID-19 va reculer à un moment donné. Mais son impact sur le commerce perdurera. Le monde peut s’attendre à voir moins de chaînes d’approvisionnement tributaires de la Chine et un PTPGP renforcé, ce qui pourrait stimuler la forte orientation régionale de l’ANASE.

Stephen Olson, basé à Hong Kong, est chercheur à la Hinrich Foundation Ltd.

Cet article fait partie d’un EAF série spéciale sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

La société civile indienne mise à l’écart dans une pandémie

Auteurs: Niharika Rustagi et Alfred M Wu, NUS La réponse de la…

Le secteur bancaire indien: un handicap pour l’efficacité de la politique monétaire?

Auteur: Rajeswari Sengupta, IGIDR L’efficacité de la politique monétaire dépend largement de…

Comment protéger les travailleurs migrants invisibles de l’Inde?

Auteur: Monika Chaudhary, Université IIHMR Les migrants sont invisibles en Inde. Il…