Les grands constructeurs japonais plus optimistes et la confiance dans les services au plus haut depuis 30 ans, selon la BOJ

La confiance des principaux constructeurs japonais s’est améliorée pour le troisième trimestre consécutif en décembre, les constructeurs automobiles étant devenus plus optimistes, tandis qu’une reprise du tourisme récepteur a contribué à renforcer la confiance des non-fabricants à un sommet en trois décennies, a annoncé mercredi la Banque du Japon.

L’indice clé, qui mesure la confiance parmi les entreprises telles que celles des secteurs de l’automobile et de l’électronique, est passé à 12 en décembre contre 9 trois mois plus tôt, dépassant la prévision moyenne du marché d’une amélioration à 10 dans une enquête Kyodo News.

Marquant le septième trimestre consécutif de hausse, l’indice des grandes entreprises non manufacturières, y compris le secteur des services, s’est amélioré à 30, un niveau jamais vu depuis novembre 1991, contre 27 lors de l’enquête de septembre.

L’enquête très surveillée Tankan a montré la résilience de l’économie japonaise après le ralentissement de sa croissance cet été, même si les deux secteurs sont moins optimistes quant aux perspectives.

Un nombre croissant d’entreprises ont pu répercuter la hausse des coûts des matières premières, et le secteur automobile, l’épine dorsale d’une économie axée sur les exportations, a vu sa production augmenter après avoir eu du mal à faire face à des pénuries de pièces détachées.

La demande refoulée a continué de soutenir les prestataires de services qui étaient à la traîne des fabricants dans leur reprise après les retombées causées par le COVID-19, propulsant la confiance des exploitants d’hôtels et de restaurants à son plus haut niveau jamais vu. L’enquête suggère néanmoins que les pénuries de main-d’œuvre jettent une ombre sur le secteur des services.

“La confiance des entreprises reste solide et les plans d’investissement restent optimistes. Mais cela ne signifie pas que la BoJ peut abandonner sa politique de taux d’intérêt ultra-bas, car il existe une incertitude quant aux perspectives, en particulier lorsque l’économie américaine semble se diriger vers une récession”, a déclaré Saisuke Sakai, économiste principal chez Mizuho Research & Technologies.

Pour le trimestre en cours jusqu’en décembre, les économistes s’attendent à un rebond de la troisième économie mondiale, mais des inquiétudes subsistent quant à l’impact négatif des hausses de taux agressives aux États-Unis et en Europe et au ralentissement de la Chine, un partenaire commercial majeur du Japon.

En ce qui concerne les trois prochains mois, les secteurs manufacturier et non manufacturier sont moins positifs, la confiance devant se détériorer respectivement de quatre points à 8 et de six points à 24.

Les entreprises japonaises prévoient d’augmenter leurs investissements de 12,8 % au cours de l’exercice 2023 par rapport à l’année précédente, selon le Tankan, soit une légère baisse par rapport aux 13,0 % de l’enquête précédente.

Même si les entreprises japonaises ont conservé leur position proactive en matière de dépenses d’investissement, cela ne s’est pas encore traduit par de bons résultats. Sakai a expliqué que cela s’explique en partie par le fait que de nombreuses entreprises ont du mal à faire face à des pénuries de main-d’œuvre et restent prudentes quant à l’augmentation des investissements pour acheter de nouveaux équipements et construire de nouvelles installations.

“Les projets de dépenses en capital seront probablement révisés à la baisse dans les mois à venir. Avec une croissance économique faible, une baisse des salaires réels et un ralentissement de l’inflation, les chances d’un changement de politique de la BoJ sont encore faibles”, a ajouté Sakai.

Les résultats du Tankan font partie des éléments qui seront évalués par la BOJ lors d’une réunion de définition politique la semaine prochaine.

Les entreprises japonaises s’attendent à une hausse des prix de plus de 2% par an d’ici trois et cinq ans, même si la banque centrale maintient son point de vue selon lequel le pays est encore loin d’atteindre de manière stable son objectif d’inflation de 2% induit par la croissance des salaires.

Le taux dollar-yen supposé pour l’exercice 2023 a été révisé à la hausse, passant de 135,75 yens à 139,35 yens. Il reste inférieur à la zone des 145 yens dans laquelle la monnaie américaine s’échangeait mercredi.

Le taux euro-yen a également été relevé à 148,80 yens contre 144,62 yens, contre environ 157 yens actuellement.

La BOJ a interrogé 9 072 entreprises, dont 99,3 % ont répondu entre le 9 novembre et mardi.

Couverture connexe :

La confiance des grands constructeurs japonais en hausse et les services au plus haut depuis 1991, selon Tankan

La BoJ envisage de relever ses perspectives d’inflation à près de 3 % pour l’exercice 2023

La confiance des grands constructeurs japonais s’améliore pour la première fois en 7 trimestres

Source : Kyodo News