East Asia Forum

Auteur: Cai Fang, CASS

En février 2020, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exhorté les pays du monde entier à profiter de la fenêtre d’opportunité offerte par l’action rapide de la Chine pour se rendre compte de la nature du problème afin d’accélérer la préparation à l’arrivée de COVID-19. Beaucoup ont malheureusement manqué l’occasion et la pandémie désastreuse a pris de l’ampleur comme le souligne Henry Kissinger dans sa récente le journal Wall Street rédaction, argumenter maintenant sur le passé ne fait que compliquer la tâche. Pour l’avenir, il y a encore des leçons à tirer de la réponse chinoise COVID-19.

La première étape clé pour contenir la propagation du COVID-19 nécessite de verrouiller les épicentres du virus – des endroits où la densité de personnes infectées est beaucoup plus élevée qu’ailleurs. Mettre en quarantaine les personnes soupçonnées de contracter COVID-19 ou autant de cette population que possible est inévitable et doit être la première règle si la pandémie doit être contenue.

Le gouvernement chinois a imposé un lock-out à Wuhan le 23 janvier 2020, lorsque les cas confirmés de virus étaient tous confinés en Chine. Après le verrouillage, la courbe épidémiologique a atteint un sommet en 20 jours, puis a diminué. À partir du premier jour du verrouillage, il a fallu à la Chine environ 40 jours pour parcourir l’intégralité de la courbe épidémiologique en forme de V.

La stratégie de la Chine au cours de cette période s’est faite au détriment de la plupart des activités commerciales et sociales, avec l’introduction de fermetures, de mesures de distanciation sociale et la fermeture de presque toutes les activités économiques. Le gouvernement a depuis commencé à encourager la reprise des activités économiques, citant la courbe entrant dans sa queue fine début mars comme justification.

Deuxièmement, avec la renaissance de l’économie chinoise, les décideurs politiques rencontrent une série de difficultés principalement causées par les arbitrages effectués entre contenir le virus et redémarrer l’économie. Il y a des raisons crédibles d’hésiter avant de reprendre pleinement l’activité économique. Des cas sporadiques se produisent toujours dans le pays, ce qui signifie que les gouvernements locaux et les entreprises ont toujours tendance à pécher par excès de prudence. Alors que la pandémie continue de se propager dans le monde entier, le risque de réapparition de cas de COVID-19 en Chine est également en augmentation. Les mesures de confinement mises en œuvre par d’autres pays ont cessé des chaînes d’approvisionnement avec la Chine, alors maintenant les producteurs chinois perdent beaucoup d’acheteurs.

Troisièmement, bien que la reprise économique puisse survenir plus tôt pour certains pays et plus tard pour d’autres, la reprise de l’une des principales économies du monde dépend encore de la reprise d’autres. Alors que l’économie chinoise est sur le point d’entamer sa reprise économique, le reste du monde continue de grimper la courbe épidémiologique mondiale, dont le pic sera beaucoup plus élevé qu’en Chine. La fermeture mondiale des entreprises, de la fabrication, des ventes et du commerce continuera d’être un obstacle majeur à la reprise économique complète de la Chine.

Comme l’a dit Confucius, il ne faut pas imposer aux autres ce que vous ne désirez pas. Chaque pays a sa propre courbe épidémiologique et fait partie de la courbe épidémiologique mondiale. La plupart des pays connaîtront une voie de reprise similaire à celle que connaît la Chine. L’expérience de la reprise en Chine indique que la coopération – et non l’obstruction – et la connexion – et non le découplage – sont les seuls moyens de vaincre la pandémie.

Quatrièmement, il existe également des avantages pour les pays qui viennent relancer leur économie le long de la courbe épidémiologique mondiale. D’une part, ces économies ont la possibilité de profiter des retombées des redressements des chefs de file. Alors que la Chine redémarre son moteur de croissance, elle contribuera à d’autres pays en fournissant des équipements et des services médicaux urgents. Sa reprise contribuera à maintenir les chaînes d’approvisionnement mondiales, à protéger mondialisation économique et générer une demande pour l’importation de biens de consommation, de matériaux et d’équipements d’investissement d’autres pays.

L’avantage du second moteur le plus important pour les économies en reprise est la possibilité de modifier le modèle chinois consistant à essayer simultanément de contenir le virus et de restaurer l’économie à un rythme beaucoup plus rapide. Les pays devraient tester autant de personnes que possible afin que les populations puissent être divisées en deux groupes – les personnes sécurisées et les personnes à risque contagieuses. Alors que le groupe sécurisé peut reprendre ses activités, le groupe à risque doit rester en quarantaine. Comme test …

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire